Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Anne-Marie Garat

Roman / Essais / Jeunesse
photo Anne-Marie Garat

Née à Bordeaux en 1946, elle descend de forestiers du Béarn, de vignerons du Médoc et d'une paysanne valaisanne, annexée à la famille par un détour romanesque de la Grande guerre. Sa naissance dans un quartier ouvrier, le paysage d'estuaire de la Gironde, la machine à coudre et l'appareil photo sont les principaux motifs autobiographiques de son oeuvre.
Marquée par l'héritage de la mémoire familiale, que traversent les deux guerres mondiales, son origine lui inspire un sentiment de rupture intime, qu'elle traduit par les figures de l'absence et du crime, où dominent les fantômes d'un passé qui ne passe pas. Souvent présentes dans ses romans, les images de la photographie et du cinéma, liées à celles du langage littéraire, y désignent, derrière les illusions du visible, la réalité des formes imaginaires qui hantent le quotidien, d'ailleurs, le plus souvent, elle écrit dans sa cuisine, qui constitue à ses yeux un petit laboratoire existentiel.
Elle revendique la fiction comme représentation vraie, incline à penser que le roman n'a pas de sexe mais un genre(très humain) et qu'il est, en dépit de ses détracteurs, plus que jamais un art de l'inquiétude, propre à la connaissance de soi et du monde. Son style emprunte autant au registre de la poésie que du réalisme, pour être grave son ton n'est pas exempt d'un certain humour, dont elle craint qu'il soit peu manifeste, mais elle ne désespère pas.
Ayant tenté une fois une année sabbatique pour se consacrer exclusivement à écrire, cette expérience stérile l'a convaincue qu'écrire est un rapt et non un état. Elle en a conclu que les acrobaties mentales pour rendre compatibles métier, enfants et passions amoureuses lui étaient un exercice salubre. Par ailleurs, elle aime planter des arbres, les nuages, marcher, le vin, le chocolat, peindre (les murs) et exagérer.

Cette citation lui semble une assez juste définition de son activité d'écrivain : …de toute évidence ce devait être quelque chose de très simple - la chose la plus simple et la plus impossible du monde; comme le serait par exemple la description de la forme exacte d'un nuage. (Joseph Conrad, Lord Jim)

A été professeur de littérature, de cinéma et de photographie, et chargée de mission pour l'Education artistique et l'Action culturelle du Ministère de l’Education nationale, de 2000 à 2005.
Auteur de romans et récits, ainsi que d'essais et d'articles sur la littérature, la photographie et le cinéma.
De 2007 à 2009, elle a été présidente de la Maison des écrivains et de la littérature.

http://anne-marie-garat.com
Bibliographie

Romans
Ed Flammarion
– L'Homme de Blaye, 1984.
– Voie non classée, 1985.
– L'Insomniaque, 1987 (Actes-Sud Babel 2000).
Prix François Mauriac.
– Le Monarque égaré, 1989. Point-Seuil, N° P205
– Chambre noire, 1990. Prix Alain-Fournier.

Ed du Seuil
– Aden, sept. 1992, Point Seuil R642. Prix Femina.
– Photos de familles, 1994. Coll “Fiction & Cie”.
– Merle, 1996. Point Seuil P621.
– Dans la pente du toit, 1998, Coll "Fiction & Cie"
– Istvan arrive par le train du soir, 1999 Coll Fiction & Cie
Prix de la SGDL

Ed Actes Sud
– L'Amour de loin, Image, 1998, Coll "Un endroit où aller"
– Les Mal famées, roman.Coll “Un endroit où aller” 2000
Prix Marguerite Audoux
– Nous nous connaissons déjà, 2003
– La Rotonde, 2004
– Un tout petit cœur, 2004 Actes-Sud Junior- Coll Cactus
– Une faim de loup, lecture du Petit Chaperon rouge, 2004
– Dans la main du diable, 2006
– Chambre noire, coll. Babel, 2008
– L'Enfant des ténèbres, avril 2008
– Hongrie, février 2009
– Pense à demain, 2010
– Photos de famille, un roman de l'album, 2011
– Programme sensible, roman, 2013
– La Source, roman, 2015

Autres
– Petite Fabrique de l'image,. Ed. Magnard. Manuel d'initiation à la culture de l’image. Nouvelle éd 2003
– Le cinéma des écrivains, Ed Cahiers du Cinéma, 1996.

Photographie, textes et préfaces
– Un noir tellement blanc, Photos H. Rabot, Ed Filigranes, 1994
– Georges Rousse; Sebastiao Salgado, Ed Muntaner, 1994
– Bassin, mer intérieure, Ed Auberon. Photos de Jean-Luc Chapin. 1996
– Falaises, estuaires, valleuses, Photos O. Mériel, Ed Images en manoeuvres, 1998
– Natures mortes, Photo-Poche Ed Delpire-Nathan, mars 2000
– Simulacres, Ed Filigranes, photos de Gilbert Garcin, avril 2002

Articles dans revues
Recherche Photographique, Trafic, Cahiers du Cinéma., Pour Voir, Cahiers Naturalistes, Quai Voltaire... et diverses publications de CRL

Dramatiques
France-Culture
– Flou dans les lointains, diffusion mai1994
– Le torrent, diffusion nov. 1996
– N'ouvre pas les yeux, diffusion juillet 2005

Extraits

Il était une fois … Rien de plus magique, de plus prémonitoire, que cette formule figée en son paradoxal temps d'imparfait, qui fait durer le peu à peu du passé, durer plus d'une fois tous les commencements de la littérature. A l'orée de tout récit, préside, au moins fantôme, cette formule consacrée, par laquelle nous entrons en région imaginaire. Par son petit martèlement dental, elle frappe à la porte des ombres. Par elle s'annonce l'inachèvement, l'incomplétude propre aux œuvres littéraires, qui nous donne cette faim nocturne, inassouvie par aucun livre. La lecture est ce temps dévoreur de temps qui nous rend un peu plus vivant, sinon plus savant. Et pas plus que d'écrire on n'achève de lire, on y renonce. Jusqu'à la prochaine fois, car désormais nous sommes entrés dans le ventre du Loup, dévorés par consentement. Nous savons qu'encore et encore Il était une fois recommence.
Une faim de loup, Lecture du Petit Chaperon rouge, Ed Actes-Sud, 2000.


Tandis que je naissais, mon père tira soudain un coup de fusil à bout portant sur la jeune sœur de ma mère.
Par accident, inadvertance, ou par fatalité, la balle à elle adressée alla toucher, au creux du cou, sa belle amie sortant de son lointain jardin, au Sud.
À l’instant, le frère de celle-ci, escaladant la falaise, par héroïsme ou vanité, surpris par la détonation, faisait une chute mortelle sur les rochers de la baie, au Nord extrême du paysage.
Ma mère, qui me mettait péniblement au monde, fut tant saisie de ces nouvelles que son lait tarit à l’instant même, et qu’une nourrice fut envoyée quérir d’urgence. Elle s’en vint courant chez nous, abandonnant son linge ; une à une les gouttes bleues heurtent la pierre, leur chute sonore emplit le lavoir désert.
L’orage gronde, la brise fraîche froisse la mer.
La Rotonde, Ed Actes-Sud, 2004.

Ma bibliothèque

Victor Hugo, Jean Giono, Arthur rimbaud, L.-F. Céline, Virginia Woolf, William Faulkner, Bohumil Hrabal, Joseph Conrad, Peter Esterhazy, Cormac MacCarthy, Franz Kafka, W. G. Sebald, Marcel Proust, Alexandre Dumas, Emile Zola...

Lieu de vie

Île-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Rencontres en milieu scolaire