Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Gilles Larher

Roman / Nouvelle / Jeunesse / BD
photo Gilles Larher

Je suis né en 1966, non loin de l'Essonne où j'ai vécu les 33 années suivantes. J'ai dévalisé les deux principales bibliothèques de Corbeil-Essonnes jusqu'à ce que j'obtienne mon premier salaire et la capacité d'acheter mes propres livres. Après quelques tentatives infructueuses dans le domaine musical, je découvre à 18 ans que je suis fait pour l'instrument souverain pour tester la patience de mes parents et des voisins : la batterie !
C'est en tant que batteur que j'intègre un trio de métal dans les années 90, où je deviendrai parolier. Je réalise ainsi l'un de mes autres rêves, le plus grand : écrire. Parallèlement à cette activité, je découvre les joies du travail à temps partiel et, durant presque une décennie, je profite de mon temps libre pour lire, jouer de la musique, apprendre et aussi voir beaucoup de films à la salle d'Art et d'Essai de Ris-Orangis ainsi que sur Paris.
À la faveur d'un plan social, je quitte avec joie la région parisienne à la fin de l'année 2000 pour reprendre avec mon associé la librairie TOM, à Perros-guirec. Depuis, ma vie oscille entre mon activité diurne de libraire et mes activités nocturnes d'auteur et de musicien.
Grand amateur de Bandes Dessinées, je travaille durant deux ans à l'élaboration d'un scénario de roman graphique. Le livre voit le jour pour Angoulême 2008 et s'intitule "L'Accablante apathie des dimanches à rosbif" (avec Sébastien Vassant au dessin, pour les éditions Futuropolis). "La Voix des hommes qui se mirent", recueil d'histoires courtes, arrive un an plus tard. Sébastien en assure toujours le dessin, et Futuropolis l'édition.
En 2009 toujours, ma nouvelle "L'étrange affaire du poisson rouge mort de soif" est publiée dans le recueil "Carte blanche", qui réunit des nouvelles policières dans un but caritatif : recueillir des fonds pour les « Nez Rouges ».
À l'automne 2010, une autre nouvelle, "Fruitcher jusqu'à la truffe", fait partie du numéro 13 de la revue "Bordel !" (éditions Stéphane Million), un numéro spécial Desproges.
J'ai consacré l'année 2011 à la rédaction (à 4 mains, en collaboration avec Eddy Pallaro, auteur de théâtre) d'un roman à partir de 40 textes rédigés par les membres d'un ESAT de Picardie.
Je travaille aujourd'hui au scénario de mon troisième roman graphique.

Bibliographie

Bande Dessinée
– La Voix des Hommes qui se Mirent
Dessin: Sébastien Vassant - Editeur: Futuropolis, 2009

– L'Accablante Apathie des Dimanches à Rosbif
Dessin: Sébastien Vassant - Editeur: Futuropolis, 2008

Policier
– Fruitcher Jusqu'à la Truffe
Nouvelle dans le numéro 13 de la revue « Bordel ! »
Stéphane Million Editeur, 2010

– L'étrange Affaire du Possion Rouge Mort de Soif
Nouvelle dans le collectif CARTE BLANCHE
Edition: Les Ateliers de Porthos, 2009

Extraits

Fruitcher jusqu’à la truffe
(...)
Je me retourne pour rejoindre la sortie.
Et là, que Dieu me pétrisse (mais uniquement s'il a les mains propres et s'il s'est consciencieusement brossé les ongles), je tombe sur la plus sublime des femmes.
Une bombe haaaaaaaaaaaaaanatomique gorgée de monceaux de rondeurs enjôleuses où le regard hétérosexuel mâle se damnerait pour pouvoir poser un peu plus que lui-même, avec un sourire mutin qui aurait transformé le capitaine Bligh en agnelet sous la mère – et pourtant, Dieu sait si le mutin, c'était pas sa tasse de thé, à Bligh ! -, et des yeux où l'on se noierait avec le sourire aux lèvres.
Elle devait se tenir juste derrière moi dans la file.
Là, dans mon dos.
Où, à mon grand regret – ai-je pensé à cet instant même pour la première fois de mon existence – il n'y a point d’œil.
Elle était belle !... On aurait dit mes pieds.
Parfaitement ! J'ai de très beaux pieds !
Je le sais depuis un matin où je sortais en baillant de ma canadienne, au camping de Fécamp, et n'avais pas encore eu le temps d'enfiler mes spartiates. Un solaire et matutinal rayon vînt taper droit sur mes orteils, et me mis dans l'obligation de museler ma légendaire modestie: mes pieds, on dirait du Rodin, s'il avait pu faire un stage d'un an ou deux chez Michel Ange.
(...)

L'Etrange affaire du poisson rouge mort de soif
(…)
Cette fois, c'était Shondra, la fidèle secrétaire. La plus belle femme que j'aie jamais vue, si l'on exclut ma mère lorsqu'elle était jeune. Elle avait des yeux, des cheveux et des jambes et des seins, et on aurait pu croire qu'un Dieu esthète et adepte des défis les plus fous avait décidé de réunir toute la grâce du monde en un seul corps: le sien. Je l'ai sur le champ rayée de ma liste de suspects potentiels, tout en me réservant le droit de l'interroger très longuement dès que j'en aurais le loisir. Sur requête de ma part, c'est elle qui a ramené l'holo-agenda du défunt, que j'ai saisi comme pièce à conviction. L'enquête avançait à pas de géant. Ne me restait plus qu'à quitter les lieux. En investigation raisonnée, il faut savoir partir à temps. Trop d'Enquêteurs s'attardent pendant des heures et finissent par lasser. J'aime frapper comme la foudre, et revenir conclure quand je suis sûr de moi. Certain(e)s, d'ailleurs, m'attendent encore...
(…)

Lieu de vie

Bretagne, 22 - Côtes-d'Armor

Types d'interventions
  • Ateliers en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire