Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Jean-Pierre Martin

Roman / Essais / Récits
photo Jean-Pierre Martin

Né à Nantes en 1948. Hypokhâgne au lycée Louis-le-Grand, études de philosophie à la Sorbonne. Après 68, militant de la Gauche prolétarienne. Travaille pendant 5 ans en usine, successivement à Saint-Nazaire et à Saint-Etienne. Eprouve ensuite un désespoir révolutionnaire, à la mesure de sa croyance. Tentatives d’apaisement dans la campagne du nord-Finistère (trois ans), puis dans la montagne à vaches de l’Auvergne (dix ans). Artisanat (spécialiste du célèbre sabot suédois rose indien), chantiers… S’essaie au piano jazz. Voyages en Amérique et en Asie. N'a jamais vécu en communauté, n'a jamais pratiqué l'élevage de chèvres. En 1987, passe par correspondance l’agrégation de Lettres. Thèse sur Michaux. Devenu Professeur de littérature contemporaine à l’Université Lyon 2, membre de l’Institut Universitaire de France, ne se considère pas pour autant comme rangé des mécaniques. Conçoit l’écriture comme un artisanat et une consolation. Aime mêler le récit et l’essai, la fiction et la méditation .

http://www.jeanpierremartin.net
Bibliographie

– Henri Michaux, écritures de soi, expatriations, José Corti, 1994 (Prix Rhône-Alpes de l’essai)
– Contre Céline, ou D'une gêne persistante..., José Corti, 1997, 189 pages. (rééd. 2013)
– Le laminoir, roman, Champ Vallon, 1995.
– Le piano d'Épictète, récits, José Corti, 1995.
– La bande sonore, Beckett, Céline, Duras, Genet, Perec, Pinget, Queneau, Sarraute, Sartre, José Corti, 1998.
– Corner-line, monologue, Paroles d'aube, 1998 (épuisé)
– Henri Michaux, ADPF, éditions du Ministère des Affaires Etrangères, 1999, 62 p.
– Henri Michaux, biographie, Gallimard, 2003 (Ouvrage couronné par l’Académie française, Prix Louis Barthou de littérature générale)
– Sabots suédois, roman, Fayard, 2004.
– Le Livre des hontes, Seuil, coll. « Fiction &Cie », 2006 (Grand Prix de la critique décerné par le Pen-Club et l’Association Internationale de la critique littéraire, traduit en russe et en roumain)
– Eloge de l’apostat ou La réinvention de soi, Seuil, coll. « Fiction &Cie », 2010, Le livre de poche, « Biblio essais », 2013.
– Les liaisons ferroviaires, roman, Champ Vallon, 2011, « J’ai lu » 2013 (sélection prix France-Culture/Télérama)
– Les écrivains face à la doxa, essai sur le génie hérétique de la littérature, José Corti, 2011.
– Queneau losophe, Gallimard, coll. « L’un et l’autre », 2011.
– L’autre vie d’Orwell, Gallimard, coll. « L’un et l’autre », 2013.
– La nouvelle surprise de l'amour, Gallimard, 2016.
– La honte, réflexions sur la littérature, Folio essais, 2017.
– Real Book, Autopianographie, Seuil, coll. "Ficion & Cie", 2019.
– La curiosité, une raison de vivre, Autrement, 2019.

Extraits

Extrait 1 L’autre vie d’Orwell, Gallimard, coll. « L’un et l’autre », 2013.

La rencontre entre un homme et un paysage a quelque chose d’un peu fortuit. On ne peut cependant s’empêcher, dans le cas d’Orwell, de donner à son choix extrême une signification symbolique. Cette solitude au bord de l’océan, cette ferme battue par les vents, cette île presque inhabitée, toutes ces conditions dans lesquelles s’est écrit un roman devenu mythique donnent au dernier livre d’Orwell, comme à sa dernière vie, une dimension légendaire – autant que cette vie rude qui est comme une survie, cette maladie qui s’aggrave au fil des mois, rétrécissant l’horizon et assignant à une échéance.
Une maison dans une coin de nature où l’on ne serait dérangé que par les animaux sauvages, où l’on pourrait se mettre à l’écart des contraintes du journalisme, cultiver des légumes, élever des animaux, chasser, pêcher tout en écrivant le roman du futur innommable, ce projet date à peu près de la guerre. Peut-être Orwell a-t-il secrètement toujours voulu vivre dans un bout du monde, avec comme seul spectacle le ciel, la mer, la lande, les cerfs et les phoques. Mais pourquoi les Hébrides ?

Extrait 2 Les écrivains face à la doxa, essai sur le génie hérétique de la littérature, José Corti, 2011.

La doxa n’est pas une maladie grave. Elle est en quelque sorte constitutive de l’être humain. Chacun de nous en porte le virus, qui ne se déclare pas de la même façon chez tous les individus. Le symptôme essentiel de cette affection chronique est la répétition, ou la répétition aggravée, dite psittacisme. Elle exige un traitement de fond (symptomatique à effet différé) adapté à chacune de ses formes variées.
Il en est de même de la doxa littéraire, qui prend de multiples formes : théoriciste, idolâtre, antibiographique, doctrinaire - chacune réclamant une médication spécifique.
Dans les cas de crise aiguë, recourir, pour les premiers soins, à quelques pages d’écrivains (parmi lesquels Proust, Péguy, Gracq, Sarraute, Barthes, Gombrowicz…), qu’on aura choisies pour leur pensée libre et inattendue.

Lieu de vie

Auvergne-Rhône-Alpes, 07 - Ardèche

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire