Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Anne et Laurent Champs-Massart

Poésie / Roman / Nouvelle / Essais / Contes / Récits
photo Anne et Laurent Champs-Massart

Anne & Laurent Champs-Massart se sont rencontrés en 2006 (An Zéro pour eux). Littéraire de formation, Anne était en khâgne, diplômé en sciences, Laurent travaillait en région parisienne. Leur rencontre modifia leur avenir de façon absolue. La situation du premier et les visées universitaires de la seconde se sont naturellement effacées devant le projet d’écrire à quatre mains. Le couple quitte la France et passe une année à Berlin pour y suivre le module de traduction à la Humboldt Universität.
Désirant ouvrir une librairie francophone dans le quartier des ferrailleurs de Bangkok, le couple s’en va en Asie. L’affaire capote, laissant les apprentis libraires au cœur du monde, libres d’assouvir tant leur envie d’écrire ensemble que leur curiosité. Entre l’Asie du sud-est, la Chine et l’Inde, ils composent, entre autres choses, "Lèse-Raison", récit inédit d’un télégraphiste pris dans le Paris communard. Dès leur arrivée en Asie centrale, ils se passionnent pour l’histoire de cette région, qu’ils étudient en Ouzbékistan, à l’IFEAC. A l’endroit même de l’intrigue, ils écrivent un roman sur les routes de la soie à une période historique charnière et peu connue : le VIIIème siècle. Ce texte, "Mille et dix mille pas", innervé par leurs recherches, est directement inspiré des paysages traversés et des ruines explorées. Le couple traverse ensuite le Caucase et la Turquie, pour finalement atteindre le Proche-Orient. Toutes ces années d'Asie deviendront la matière de "Libraires envolés, Bangkok-Damas", éditions La Bibliothèque, 2020.
En hiver 2010, Anne & Laurent arrivent en Egypte où ils sont les témoins directs du "printemps arabe". Emportés par l'absolu du voyage, ils gagnent l'Abyssinie, le monde swahili, le bassin du Congo... Au Bénin, ils découvrent un étrange monument à Abomey et ont l'idée d'enquêter sur les dessous des guerres franco-dahoméennes : ce sera "Soldats peints en noir"... Eruptive, contrastée et inattendue, ils relatent leur aventure africaine dans "Précis d'errance floue, Le Caire-Dakar", éditions La Bibliothèque, 2021.
Arrivés au Sénégal, Anne & Laurent se tournent alors vers le continent américain qu'ils parcourent dans son intégralité. Au Brésil, à Cuba, ainsi qu’en Haïti, ils étudient les religions afro-américaines qu'ils mettent en regard avec les animismes rencontrés en Afrique. Parvenus au Mexique, ils s'éprennent de ce pays et se sédentarisent dans la ville de Oaxaca. Là, en plus de leur enseignement du français et des ateliers d'écriture qu'ils animent, ils sont guides conférenciers. Le volet américain refermera cette trilogie du voyage : ce sera "En Amérique, Rio-Oaxaca", prochainement à La Bibliothèque.
Au gré de cette errance ininterrompue qui dura 13 ans, Anne & Laurent Champs-Massart ont disséminé pas mal de choses : des caisses de livres, des poèmes et des amitiés, un jardin suspendu, des voix et des regards un peu partout, des rêves dans les bus, une soixantaine de carnets tachés, ou encore le récit de tout cela. Depuis 2019, date de leur retour en France, Anne & Laurent, domiciliés en Bretagne, poursuivent leur démarche artistique, centrée sur l'écriture en duo et la connaissance du monde.

Bibliographie

— Mille et dix mille pas, Tome 1, Samarcande aux pêches d’or, Vibration éditions, 2019, roman historique
— Mille et dix mille pas, Tome 2, La nuit des trois califes, Vibration éditions, 2019, roman historique
— Libraires envolés, Bangkok-Damas, éditions La Bibliothèque, collection l'Ecrivain Voyageur, illustrations de Véronique Aurégan-Poulain, 2020
— Précis d'errance floue, Le Caire-Dakar, éditions La Bibliothèque, collection l'Ecrivain Voyageur, illustrations de Grégoire Louis, 2021

Extraits

Libraires envolés, Bangkok-Damas, La Bibliothèque, 2020
"La route passe aussi devant le zoo municipal, une attraction incongrue à Kaboul, mais qui existe, dont la vedette a longtemps été un lion, né à Cologne à la fin des années 70, une bête sourde, aveugle, à moitié handicapée, et ayant perdu toutes ses dents. Ce lion devait son piteux état à l’explosion de trois grenades. Les projectiles lui furent lancés en 1995, en représailles, par un individu qui voulait venger son frère, qui avait fait le pari qu’il descendrait dans la fosse, et qui s’y était fait disséquer. Le fameux lion, qui s’appelait Marwan, n’eut pas la satisfaction de voir ni d’entendre, puisqu’il était devenu aveugle et sourd, que le lanceur de grenades, quoiqu’heureux d’avoir accompli sa vengeance, se fit bientôt attraper, et rouer de coups jusqu’à ce que mort s’ensuive par la population de Kaboul, indignée de toute cette violence faite au félin.
Quoi qu’il en soit, Marwan a fini par mourir, mais l’incroyable, c’est qu’il est mort de vieillesse. Pour lui qui témoigna de l’invasion soviétique et de la guerre civile, qui sentit l’haleine de toutes sortes de bombardements et passa au travers des Talibans, quoique ceux-là eussent tôt ou tard trouvé une allusion contre les lions dans le Coran, et qui essuya trois grenades à mains, c’était effectivement la plus extraordinaire façon qu’il y avait de mourir, ce qu’il fit en 2005. Il était si célèbre, il fut si regretté, que les Kaboulis lui érigèrent une statue dans l’allée principale du zoo.
Apprenons en outre que lors de notre passage, le zoo de Kaboul abritait l’unique porc d’Afghanistan, offert en 2002 par la Chine. Son nom est Kanzir, ce qui en arabe veut dire : porc. Jusqu’ici, Porc n’a pas été lapidé et n’a essuyé aucun jet d’explosifs.


Mille et dix mille pas, Tome 1, Samarcande aux pêches d’or, Vibration éditions, 2019
"Les femmes offrirent très respectueusement une large part de viande au gam, assis dans un coin de la hutte silencieusement. Lui seul, en tant que shaman, pouvait entreprendre quelque chose contre l’odieuse déesse Al, qui possédait soixante-dix seins, si flétris et ignobles qu’elle devait les rejeter par-dessus son épaule pour libérer ses mouvements et pouvoir commettre ses détestables actions. Al aime appuyer sur la poitrine des femmes grosses, ce qui leur coupe le souffle et les entraîne vers la mort. Il arrive parfois qu’elle arrache les poumons des mères et des enfants, et qu’elle jette les organes dans un lac pour ôter tout espoir d’aller les récupérer. Ses mains sont si grandes, que chacune d’elles peut étrangler une gorge, et si crochues que deux hommes ne peuvent lui faire lâcher ce qu’elle tient. Tout Kirghiz sait qu’Oumay elle-même ne se risque point à passer sur l’ombre d’Al."

Ma bibliothèque

Günther Anders, Cendrars, Musil, Babel, Spinoza, Erigène, Bodinat, Yourcenar, Marcuse, Aragon, Carpentier, Villon, Genet, Kobo Abe, Jünger, Kafka, Plotin, Shankara et tant d'autres...

Lieu de vie

Bretagne, 35 - Ille-et-Vilaine

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences