Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

François Coudray

Poésie
photo François Coudray

Né en 1977 dans les Alpes, François Coudray vit et travaille actuellement à Montevideo (Uruguay), après quatre années passées à Manille (Philippines). Depuis Saisons-Pérégrinations (2008) et écrit avec de la terre (2010), il ne cesse d’interroger la douceur et la déchirure d’être de ce monde. Il collabore régulièrement à plusieurs revues (N47/4728, Les Citadelles, Décharge, Écrit(s) du Nord, Triages, Contre-allées, Catastrophes…). Ses projets l’amènent à faire dialoguer poésie, musique, théâtre et arts plastiques. Il travaille notamment avec la plasticienne Nicole Courtois, le photographe Erick Mengual, le compositeur Matthieu Lemennicier (transhumance, 2011) et la comédienne Clémentine Amouroux (l’amour n’a que nos corps, 2012). Formateur pour l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, il anime également depuis 2019 l’opération POÉCLIC, engageant un dialogue entre la poésie et les poètes francophones d’aujourd’hui et les jeunes francophones d’Amérique latine (de la maternelle à la terminale).

Bibliographie

En poésie
on se retrouvait avec (nos corps), avec la plasticienne Vanessa Durantet, La tête à l'envers, coll. Fibre.s, 2021
croisement des silences, avec le céramiste Charles Hair et le plasticien Christian Perrier, la fabrique poïein, n°193, 2019
frau(x), ouvrage collectif (avec, entre autres, Catherine Bédarida, Alain Freixe, Romain Fustier, Amandine Marembert, Erwann Rougé, James Sacré, Christiane Veschambre et Mary-Laure Zoss), éditions du Frau (Odile Fix), 2019
l'enfant de la falaise, avec des encres de Sacha Cotture et une postface de Gérald Boucard, L’Harmattan, collection « Témoignages poétiques », 2018
l'herbe noire, avec cinq peintures de Jean-Michel Marchetti, éditions du Frau, 2016
trois couleurs pour Éloïse, images et conception plastique de Nicole Courtois, collection privée, 2016
chaque jour, images et conception plastique d'Érick Mengual, la fabrique poïein, n°146, 2015
une montagne, L’Harmattan, collection « Témoignages poétiques », 2014
suite pour une montagne, Encres vives, n°435, 2014
corps, images et conception plastique de Nicole Courtois, la fabrique poïein, n°127, 2013
la fuite du fleuve, images et conception plastique de Nicole Courtois, la fabrique poïein, n°112, 2013

Extraits

on se retrouvait avec (nos corps) - éditions la tête à l’envers, 2021 / EXTRAITS

courir projetés de tout notre poids par la pente
dévaler prés et bois (partout la roche affleure sous
l’herbe grasse les feuilles mortes)
sauter le petit mur de pierres sèches
et le talus plus raide encore nous
happe projetés de tout notre poids encore le
grand chahut de nos corps emportés ça
s’envole et résiste
jouit
comme chute
on s’éprouvait vivants

dans la tension et l’envol
la chute et le rebond
contre la terre


*

ton corps n’a plus de poids lorsqu’entre ses bras
il te descend te
couche sur le sol (un tapis sur le carreau froid)
et le mien continue de battre


l’herbe noire - éditions du frau, 2016 / EXTRAITS

rechercher tout ce qui de ma chair fait corps

la respiration de la pierre

le cri de la chevêche dans la nuit qui tombe

l’empreinte des mousses des lichens comme morsure torse

et plus bas la terre la fuite des eaux toutes les eaux le sable nous emportent

l’humidité gagne mon être avec le froid la nuit

et c’est matière d’être rendu à l’éphémère dans la danse des ombres grandes et des lambeaux de lune, étranges ramures, entre les blocs, dans la combe

nuit de cris et de chants

dans l’herbe noire

contre la pierre

l’enfant de la falaise - L’Harmattan, 2017 / EXTRAITS

le vent dans les fougères dans les rues de la ville folle

on marche
comme sous un ciel plus bas
dans la lumière torve du couvert des sapins

sur le béton
tapis d’épines, humus, mousses, épilobes et digitales
et quelques roches

on chemine entre les tours
l’enfant erre en ce chant

*

l’enfance n’est pas un refuge

mais elle desserre la corde étranglée du soir sur la ville

avec la nuit les mots à force d’essayer tissages incertains béances abandons

dénouent le chant

l’air sur la peau descend de la montagne

le dos contre la pierre la nuit

la ville

respirent

la lumière tremblante des phares

la solitude d’un poème

Ma bibliothèque

Me nourrir, chaque jour, des mots des autres.
Mais s’il ne faut en citer que quelques-uns, alors, rendre hommage sans hésitation à Jacques Réda, dont Amen, Récitatif et La tourne m’ont initié à l’écriture poétique, et à Yves Bonnefoy, qui m’a lu et encouragé, et dont tous les ouvrages, poétiques et critiques, m’accompagnent toujours.
Et n'oublier ni Jacques Ancet, dont chaque nouvel écrit nous remet en chemin, ni Richard Rognet, dont les mots comptent, chaque jour.

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire