Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Adèle Gascuel

Théâtre / Traduction
photo Adèle Gascuel

Née en 1989, Adèle Gascuel est autrice et comédienne.
Ancienne élève de l’ENS de Lyon, elle est titulaire d’une thèse en études théâtrales. Elle utilise autant l’écriture que la scène pour porter des colères, imaginer des futurs désirables et habiter le présent.
Elle a récemment écrit Sirène (lauréat de l’aide à la création Artcena, sélectionné pour le prix Godot des Lycéens 2021). En 2020-21, elle participe à la conception collective d’un protocole artistique autour de la production culturelle et des services publics, Etat Général (MC93, scène nationale de Bobigny). Elle co-crée également La Dernière Séance (Théâtre Nouvelle Génération - CDN de Lyon) avec Catherine Hargreaves, avec laquelle elle travaille régulièrement.
Shakespeare fait aussi partie de son paysage. Après avoir joué le rôle d'Hamlet sous la direction de Valérie Marinese (2014), elle publie à l'Avant Scène en co-traduction avec Catherine Hargreaves une série de monologues jeune public, les Moi, Shakespeare, de l'auteur britannique Tim Crouch.
À partir de l'automne 2020, elle entame une résidence avec l'équipe de recherche-création PARVIS à l'Université Eiffel dans le cadre d'un partenariat avec la Maison des écrivains et de la littérature. Elle y travaille à l'écriture de fictions autour des représentations des villes du futur à l'aune du réchauffement climatique.
Elle donne parfois des ateliers de théâtre à destination de publics divers : en établissements scolaires, en prison, en maison de retraite, en école de théâtre, et à l'université.

Bibliographie

Moi, Shakespeare, (traduction), Avant-Scène Théâtre, 2018

Extraits

Sirène, 2020

"LÉO. Si on va au bout de la logique du compost qu'on s'est fixée ensemble, si l'idée c'est de réduire vraiment notre empreinte écologique, alors je me dis que oui, le suicide collectif c'est -

OPÉRA. Wilfried a parlé à la dernière assemblée d'une réduction volontaire de population, pas un suicide collectif.

WILFRIED. Et puis de toute façon, c'est pas développement durable. On ne peut pas se tuer, et ne pas réfléchir à la suite. À ce qui se passera même avec nos corps.

LÉO. Ça se composte un corps Wilfried. On pourrait faire pleins de trucs avec.

OPÉRA. C'est vrai ça Léo. Il y a quelque chose à faire, avec les morts. On pourrait... on pourrait faire pousser des forêts entières avec tous les corps de la communauté, ce serait un patrimoine protégé. Le patrimoine de la communauté du compost.

LÉO. Exactement. Et nous - toi Opéra, toi Wilfried, moi, on sera la forêt.

OPÉRA. Avec des grandes feuilles aux rainures rouge et or, avec des mèches rebelles de palmier punks et des coupes au bol de chêne vert, avec de la mousse qui plisse contre nos écorces et une petite odeur de gland, de liège et de moisissure, avec des souterrains de paroles secrètes sur des centaines de mètres et des racines qui racontent des blagues aux champignons et les champignons hilares qui hallucinent à se fendre la poire, avec - avec nos intestins devenus branches de fougères battues par les vents, par le sel, la mer. "

Ma bibliothèque

Roger Gilbert-Lecomte, René Daumal, William Shakespeare, Sarah Kane, Roberto Bolano, Simone Weil, Kae Tempest, Samuel Beckett, Donna Haraway, Paul B. Preciado, Gustave Flaubert

Lieu de vie

Auvergne-Rhône-Alpes, 69 - Rhône

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Ateliers d'écriture en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire