Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Dominique Maurizi

Poésie / Récits

Dominique Maurizi vit à Paris, écrit de la prose et de la poésie.

Bibliographie

Livres

Rituels, Faï fioc, à paraître 2022
Pizarnik autrement, La Barque, à paraître 2022
La ballade du vent au-delà de l’abîme, Isolato, 2021
Zinger, Miles & Co, 2021
Vacarmes, Le phare du cousseix, 2017
Septième rive, La tête à l’envers, 2017
La lumière imaginée, Faï fioc, 2016
Fly, Les Arêtes, 2014
Dire à Dieu ce que je ne devrais pas dire qu’à lui, Les Arêtes, 2012
Avril suivi de Cendres d’or, Isolato, 2012
Langue du chien, Albertine, 2011
Le livre de la nuit, Albertine, 2010
Rectoverso, Albertine, 2009
Lettres à Léo Ferma (sous le pseudonyme de Jeanne Blizard), Albertine, 2007
Les tables des matières, Albertine, 2006
Petit portrait de ma mère en étoile, Albertine, 2006
Jour d’hiver, Presses Le temps qu’il fait, 2000
Un boxeur a plus de chances qu’un artiste d’atteindre son adversaire,
Presses Le temps qu’il fait, 1996


En revue

"Pizarnik, autrement" (extrait), La Barque dans l’arbre, hiver 2020-2021
"Rituels", Po&sie n°172-173, 2020
Poèmes, Po&sie n°155, 2016
Entretien et poèmes, Décharge n°161, 2014
Poèmes, Po&sie n°131-132, 2010
"L’acteur ou la naissance du cinématographe" suivi de "Une fois",
Neige d’août, printemps 2005
"Les tables des matières", Europe n°900, 2004
"Les tables des matières", Neige d’août, automne 2002
"De jour comme de nuit", Traverse, automne 2000
"Rouge", Patio n°11, 1988
"La Palestine", Europe n°691-692, 1986

Livres d’artiste

De la chose endormie et du rêve, Champfleury, 1990
Rouge, Champfleury, 1988

Livres pour enfants

Billie Holiday, rien que la musique, À dos d’âne, 2014
Calder ou les mobiles célestes, À dos d’âne, 2013

Lectures publiques : maisons de la poésie, médiathèques, théâtres, librairies
Festivals de poésie : Montréal, Struga, Nancy, Paris, Lyon, Avignon
Ateliers de poésie : théâtres, médiathèques, musées, écoles élémentaires, collèges.

Extraits

Je m'écorche aux diamants qui dansent dans mon corps. Ça joue, brûle, ça me piétine. Seules les ombres sont réelles, seuls les fantômes sont vrais. Des roses, des nuages, et des épines. C'est la mélancolie du soir qui me saisit, c'est le jour, poignant, qui commence, où sombrent les années dans l'oubli. Peut-être. Dans les ailes de mon moulin maman tourne parce qu'elle court avec moi depuis les premières lignes. À qui d'autre les devrais-je ? Son roman est la toupie de ma maison. Un poème. Sous l'arbre des cieux, mon paradis et mon enfer, je guette, l'oreille tendue. J'aime ça à la folie. Ça me mord jusqu'au sang. Ça mord tout mon corps, et les lèvres du livre se répandent comme autant de voix. Le poème. Dans la plaine nue je suis seule, seule, et la bêtise n'est pas triste mais elle est hantée. Des guerres, des guerres, des guerres, maman, ça me tue ! Quelle idée de m'avoir traînée partout avec toi. Je l'entends dans le noir te traiter de catin, pauvre con. Ça mord tout mon corps. Mais les nœuds se défont, maman, et l'ardente insolence passe entre les lignes et sous les digues. Ça bat dans le ciel comme dans l'océan. Le poème. Je sais maintenant comment le monde a commencé.

Extrait de La ballade du vent au-delà de l’abîme, éditions Isolato, 2022

Lieu de vie

Île-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Rencontres en milieu scolaire