Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Aurélien Manya

Roman
photo Aurélien Manya

Aurélien Manya est né en 1980 à Marseille. Très tôt, il décide que le cinéma guidera ses pas. En 1998, il quitte la cité phocéenne direction Nantes puis Paris, où il se lance dans le montage de films. Parallèlement à cette activité, il travaille comme concierge dans un hôtel de luxe, vend des maillots de bains, distribue des journaux, surveille des enfants agités et se spécialise dans l’œuvre du cinéaste Wong Kar-wai. Et il voyage, beaucoup.
Au terme de ses études de cinéma à la Femis, il réalise un documentaire à Cuba, La Route de Camilo. A force de voyager, de tomber amoureux et de manipuler des images, il se plonge dans l’écriture d’un roman, Le temps d’arriver (Gallimard/L’Arpenteur).
Sa vie est aujourd’hui rythmée par l’écriture et le montage.

Thèmes
Courir après les trains, être seul puis multiple, franchir, traverser, changer de vie, sublimer l'énergie du désespoir.

Lieux de vie : Paris/Marseille

http://aurelienmanya.blogspot.com
Bibliographie

Roman
– Le temps d'arriver - Gallimard/L'Arpenteur - 2013

Filmographie
aurelienmanya.blogspot.com

Extraits

Extrait du roman : Le Temps d'arriver

Je dévale les sept étages qui me séparent du sol, avec cette impression de descendre pour ne jamais remonter.
Je laisse derrière moi les trente-cinq mètres carrés qui ont porté quatre ans de notre vie. Est-ce qu’un appartement peut être triste ?

J’ouvre la porte cochère, et quand elle se referme derrière moi, j’ai déjà bien entamé la rue des Petites-Écuries. J’ajuste les lanières de mon sac, je glisse entre les passants, il est difficile de se frayer un chemin avec un si gros bagage; bouteille d’eau, fringues en vrac, sandales, paire de baskets, cape de pluie, appareil photo, baladeur MP3, carnet, caleçons et chaussettes, serviette, lampe, trousse de toilette, sac de couchage, mouchoirs, portable, chargeur, boussole, cartes de randonnée, trois romans, de quoi écrire et dessiner.

C’est le trajet que je fais tous les matins pour aller travailler. Je descends le grand boulevard jusqu’à la Seine, je traverse l’île puis monte sur la rive gauche, mais à l’intersection du boulevard Saint-Germain je ne tourne pas à droite. Ici s’arrête mon chemin quotidien, au cours duquel mes idées se réveillent chaque matin.
Je continue, tout droit.

Je dépasse, je trace. J’arrive devant la grande église d’Alésia, cette ville touche bientôt à sa fin, et soudain je me rends compte que je ne suis pas loin de ce bar où j’ai eu des nouvelles de toi pour la dernière fois. Paris est devenu un terrain miné, où que j’aille il y a toujours un lieu trop proche qui fait briller ton absence.
Alors ton visage apparaît et me submerge, je suis projeté vers tes rues ensoleillées qui se déversent dans la mer, je te vois marcher devant moi, ta belle allure, tes cheveux en bataille, je te suis, je te poursuis, un klaxon me ramène brusquement à la réalité, trêve de réminiscences, trêve de combinaisons, je chasse ces images obsédantes, il faut dégager à présent, dernier trottoir de Paris, un trait rouge sur les cinq lettres de ma ville, le périphérique qui gronde sous mes pieds, puis la grande ligne droite bifurque, je me dirige vers le sud-est, je zigzague entre les piétons et les voitures mal garées.

Mes jambes me portent, direction Marseille,
direction toi


Lieu de vie

Île-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers d'écriture en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire