Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Valéry Meynadier

Poésie / Roman
photo Valéry Meynadier

valérY meYnadier écrit depuis l’ailleurs un jour découvert. Sa mère partait. Où ? Ailleurs. Longtemps elle partait la mère alors l’enfant au fil des jours écrivait des lettres à l’ailleurs de sa mère. Sans savoir que son métier d’écrire était en train de commencer. Elle avait 6 ans. Ses textes parlent de l’impossible à nommer. Ils ont un air d’avant les mots. Quand les mots n’existaient pas encore. Chaque mot est pesé avant d’être posé dans la phrase. Elle n’hésitera pas à le débouter si l’écho renvoyé n’est pas juste. Elle écrit avec des mots, de la motérialité, comme elle dit. En atelier d’écriture, elle part de là, d’une lettre qui peut faire roman & qui fait mot si agencée à d’autres lettres. Elle ne manque pas d’humour. Elle travaille en maison d’arrêt, dans ce genre de milieu sans milieu, il est impératif de savoir rire de soi & du chaos environnant.
Son premier roman Ma mère toute bue- est une ode au meurtre de la mère ! Freud s’est trompé; c’est la mère qu’il faut tuer.
Son deuxième roman Centaure est l’histoire d’une femme coupée en deux, en haut, elle est humaine, en bas, animale. Autrement dit, c’est l’histoire d’une pute. Comment on devient pute ? & pourquoi les hommes achètent de la viande humaine ?
Ce livre est né d’une expérience avec les filles des rues.
Son troisième livre parle d’amour, de cet amour encore interdit en 1981, considéré comme une maladie. Divin danger est l’histoire d’une femme qui aime les femmes.

Ce tout écrit dans un genre transgenre, entre prose & poésie, jamais tout à fait l’un, jamais tout à fait l’autre. Francis Ponge appelait ça de la proésie. Oeuvrière, elle casse les genres, les mots, les rythmes…

valérY meYnadier, animatrice d’ateliers d’écriture, est aussi art-thérapeute, entre le soin & la créativité, entre la cicatrice & la signature.
Elle fait des lectures publiques & participe à des rencontres tous publics.

Thèmes : crimes en tous genres (matricide, inceste etc). Prostitution. Milieu carcéral. Alcool. Amour de tous genres, hétéro, homo etc.

Bibliographie

Romans
– Ma mère toute bue, éditions du Chèvre Feuille-étoilée, 2007
– Centaure, éditions du Chèvre Feuille-étoilée, 2010
– Divin Danger, éditions Al Manar, 2017 (dessins Albert Woda)

Poésie
– Présent Défendu, éditions La villa des cent regards, 2008

Nouvelle e.book
Entre (l’arbre chez le psy) aux éditions internet fr.blurb.com 2012 avec des encres de Marie-Lydie Joffre & une préface de Pascale Amara

En revues
Traviole, Grèges, Supérieur Inconnu, Monsieur Toussaint Louverture, Etoile d’encre, Souffles…

Prix d’excellence pour la nouvelle « Que la haine repose en paix » éditée par le Forum Femmes Méditerranée de Marseille 2006

Recueil de textes de personnes détenues : Intérieur/Extérieur publié avec L’ADDA Scènes Croisées & la Maison d’arrêt de de Mende, en Lozère 2006

Recueil de textes autour des ateliers d’écriture : Balises pour un parcours d’ateliers d’écriture publié par la Région Paca & le Conseil Général Bouches du Rhône 2007

Extraits

Extrait de Centaure
Quand elles poussent la porte, le soleil calme répandait sa lumière, l’envie de mordre au-dedans comme dans un fruit. Les dents pleines de lumière, Centaure sourit à Nakusha qui se glisse une tige de marijuana derrière l’oreille comme un bambin une fleur des champs.

-Tu fumes ?
-Non.
-Viens. Nan. Rokia. Jamila. Mariam. Jia
et toutes les autres.

Toutes filles de Boucher car Viandes nous avons été. Ecorchées. Fouillées. Pendues à un crochet d’on ne sait quelle espèce humaine. Dans une chambre froide, glacée, devenue notre quotidien mais pas notre être. L’être a fini par s’endormir et par rêver loin, loin de tout ça.
Dans un cimetière mon Frère, si tu devinais mon projet, tu deviendrais fou.
Tous les jours, j’écris mon testament, ceci est mon testament. D’une écriture serrée comme ses lignes écrites les unes sur les autres pour taire les mots écrits, les mots dits, les mots pensés. J’écris, moi, Anne-Marie Dindon, alias Centaure, que sur la terre que tu m’as léguée dans ton infinie bonté, je ferai pousser le premier cimetière de Prostituées du monde et viendront leurs enfants se recueillir, se reconnaître, partager…
Je n’en suis pas là, pour l’instant, je suis en Suisse où j’écris Centaure, où je suis en train de guérir de Centaure.
Une fois guérie, tu viendras mon frère, sur ma tombe, déposer gerbes d’orchidées et roses rouges, s’il te plait, dans le cimetière des Prostituées.


Extrait de Divin Danger
Je me laisse porter par l’évènement. Le temps s’y prête, ensoleillé et mon coeur, merci, dans les nuages. J’ai quitté Doriane. Une femme me suit depuis une bonne demi-heure. Une histoire commence. Je suis à la pointe du commencement. Dans ma tête, dans mon corps, l’histoire se noue, m’entoure, me domine. Je lui plais. Elle me plaît. Elle me dépasse parfois, joue avec ses mains dans son dos. Sexuel. Cheveux châtaigne. Démarche assouvie. Assise de femme qui a vécu, ne s’en laisse pas conter.
Je m’engouffre dans le métro.
L’heure de pointe. Histoire qu’elle se frotte à moi.
Va-t-elle comprendre ? Est-elle toujours derrière ?
Tu es là toujours.
Tu montes derrière moi. Le métro bondé se prête au corps à corps Tu me dis “pardon”. Ton pardon se frotte à moi comme un chien. Les portes se ferment. Reprend de la vitesse. Je me dis que l’odeur de cette femme à côté de nous est impossible à lécher. Sûrement pénétrable, possible même très possible, odeur épicée, chaude, sensuelle, odeur pour les doigts, pour la verge, pas pour une langue ni pour un nez. J’aimerais te demander ton avis... Trop tard. J’oublie instantanément la femme d’à côté. Ton corps bandé contre le mien se permet un certain mouvement. Ta main, pickpocket du sexe vient me voler un peu d’écume. J’ai honte. D’une honte généreuse qui me vient d’un ciel avalé et recraché par la mer. Le ciel est rentré dans le métro avec nous. Ta main s’y entend bien. L’écume fait foi. Ne t’arrête pas en chemin, s’il te plait. Va jusqu’au bout.

Ma bibliothèque

Homère. Shakespeare. Nietzsche. Deleuze. Oury. Louis Ferdinand Céline. Virginia Woolf. Heinrich Von Kleist. Robert Musil. Thomas Bernhard. Cormac Mc Carthy. William Faulkner. Toni Morrison. Elsa Morante. Wajdi Mouawad. & Joseph Brodsy, Yannis Ritsos, René Char…

Lieu de vie

Île-de-France, 93 - Seine-Saint-Denis

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Rencontres en milieu scolaire