Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Isabelle Lévesque

Poésie / Essais
photo Isabelle Lévesque

Isabelle Lévesque est née aux Andelys, en Normandie. Elle est poète et critique. Elle a collaboré avec les peintres : Jean-Gilles Badaire, Christian Gardair, Colette Deblé, Gaetano Persechini, Fabrice Rebeyrolle, Marie Alloy…
Collaboratrice de La Nouvelle Quinzaine Littéraire pour la poésie contemporaine, elle écrit également des articles pour les revues Europe, Terres de Femmes, Diérèse, Terre à ciel…
Elle anime des rencontres et lectures autour de la poésie.

Pour en savoir plus :
www.terreaciel.net/Isabelle-Levesque#.ViJQ8yurnRw
Pour Nous le temps l’oubli et Voltige ! :
lherbequitremble.fr/catalogue-Levesque.html
Un entretien sur Terre à ciel avec Sabine Dewulf :
www.terreaciel.net/Dix-questions-plus-une-de-Sabine-Dewulf-a-Isabelle-Levesque#.WvBnP8BOKie

http://www.terreaciel.net/Isabelle-Levesque
Bibliographie

Ses livres :
– D’ici le soir (Encres Vives, 2010)
– La Reverdie (Encres Vives, 2010)
– Trop l’hiver (Encres Vives, mai 2011, n° 394)
– Or et le jour dans Anthologie Triages, printemps 2011 (Éd. Tarabuste)
– Ultime Amer (Rafael de Surtis, 2011)
– Terre ! (Éditions de l’Atlantique, 2011)
– Ossature du silence, préface de Pierre Dhainaut, encres de Claude Lévesque (Les Deux-Siciles, 2012)
– Va-tout (Les Vanneaux, 2013)
– Un peu de ciel ou de matin, postface de Pierre Dhainaut, peintures et dessins de Jean-Gilles Badaire (Les Deux-Siciles, 2013)
– Ravin des nuits que tout bouscule, préface de Pierre Dhainaut – Prix des Trouvères 2013 (Henry, 2014)
– Nous le temps l’oubli, avec des peintures de Christian Gardair (L’herbe qui tremble, 2015)
– Le chemin des centaurées, livre d’artiste avec Fabrice Rebeyrolle, en 12 exemplaires (Mains-Soleil, 2017)
– Source et l’orge, (Le Petit Flou, 2017)
– Voltige !, (L’herbe qui tremble, 2017), peintures de Colette Deblé, postface de Françoise Ascal. Prix International de Poésie Francophone Yvan Goll 2018.
– Ni loin ni plus jamais, (Le silence qui roule, 2018)
– La grande année, à deux voix, avec Pierre Dhainaut (L’herbe qui tremble, 2018)
– Le fil de givre, avec des peintures de Marie Alloy (Al Manar, 2018)

En italien (livres d’artiste) :
– Neve, photographies de Raffaele Bonuomo, traduction de Marco Rota (Edizioni Quaderni di Orfeo, 2013)
– Tes bras seront (Le tue braccia saranno), poèmes inédits traduits en italien par Marco Rota – Edizioni Il ragazzo innocuo, coll. Scripsit Sculpsit, 2015)

Anthologies :
– Christophe Dauphin, Riverains des Falaises, Une anthologie des poètes en Normandie du XIe siècle à nos jours (Clarisse, novembre 2010)
– Il n’y a pas de meilleur ami qu’un livre (Voix d’encre, 2015)
– Poésie naissante (Le Bateau Fantôme, 2017)

Préfaces :
– Thierry Metz, Carnet d’Orphée et Autres Poèmes (Les Deux-Siciles, 2011)
– Angèle Paoli, Italies Fabulae (Al Manar, 2017)
– Co-direction des dossiers Thierry Metz dans Diérèse n°52-53 (printemps 2011) et n°56 (printemps 2012), Gérard Titus Carmel, Diérèse n°57, Nicolas Dieterlé Diérèse n°59

Extraits

Ravin des nuits que tout bouscule (Henry, 2014) :

« Jour flagrant du bout du monde, lumière traversant la pierre, prenant au ciel lierre de terre, des feuilles douloureuses coupées de l’âtre, tonnerre éveillé de colère. Ordre. Mot de départ enchevêtré dans les nuages bas filant dans un feu fier et fou.
Attente. Exacerbée.
Dénouons, rendons au ciel sa vertu première.

Commencement. »


Nous le temps l’oubli (L’herbe qui tremble, 2015) :

Si tard.

Parenthèses – faux pas laissé,
dans la nuit quelque chose a disparu.

Le repère des ombres tance la lumière. Laps
déchiré,
étoffe enfoncée dans le temps.
Tout recule et songe
la dispersion. Le feu
sourd attend. Nul tour.
Quel silence traverser
pour renaître ?

**
Voltige ! (L’herbe qui tremble, 2017) :

« Derrière l’apparence bleue, ce signe saigne. Sans voix dessine le feu-flamme, monte vers ce qui n’est pas. Cru dévale le talus percé de chardons, lignes fines vers le nuage chargé de mots. Il ne s’arrête pas, le vent faucheur abat les fleurs. Penchées se troublent et relèvent pour perdre leur éclat, combat perdu (le temps les tue). Aucune ne peut. Rival, le vent vacille, poursuit, attend l’heure de mai. »

**

Lieu de vie

Normandie, 27 - Eure

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire