Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Patrick Autréaux

Poésie / Roman / Nouvelle / Essais / Théâtre
photo Patrick Autréaux

Patrick Autréaux est né en 1968. Parallèlement à des études de médecine et d’anthropologie, il écrit de la poésie et des critiques d’art contemporain. Il décide d’arrêter sa pratique de psychiatrie d’urgence en 2006. L’expérience de la maladie comme expérience intérieure est le thème d’un cycle d’écriture, achevé avec Se survivre (Verdier). Il a publié, aux Éditions Gallimard, Dans la vallée des larmes, Soigner, Le Dedans des choses (récits). Et chez ce même éditeur en 2015, Les Irréguliers (roman). A été programmé au festival d’Avignon 2015 son « poème debout », Le grand vivant (Éditions Verdier).

Photo: Catherine Hélie, crédit Gallimard

http://www.patrickautreaux.fr/
Bibliographie

Romans-Récits-Essais
2017 La Voix écrite, Verdier
2016 Le grand vivant, Verdier
2015 Les Irréguliers, roman, coll. Blanche, Gallimard
2013 Se survivre et autres tableaux, Verdier
2012 Le Dedans des choses, coll. Blanche, Gallimard
2010 Soigner, coll. L’un et l’autre, Gallimard
2009 Dans la vallée des larmes, récit, coll. Blanche, Gallimard
2008 Thérèse de Lisieux, la confiance et l’abandon, essai, Points Sagesses, Seuil

Théâtre-Opéra
2016 L’Etrangère de Mantinée, livret d’après Diotime et les lions de Henri Bauchau et Le Banquet de Platon, musique de Philippe Forget
2015 Le grand vivant (création Festival Hors Limites, Saint-Ouen, mise en scène de Thierry Thieû Niang)
2014 Âmes errantes (création Marathon des mots, Toulouse, avec la collaboration de Thierry Thieû Niang)

Articles et nouvelles
2016 Une fantaisie, in Jean Genet, l’échappée belle, MuCEM-Gallimard
2016 Je suis Charlie-Un an après, note de l’Institut Diderot, préface de Dominique Lecourt.
2016 Les Perches du Nil, de l’écosystème éditorial, revue Décapage, n°55
2013 Satori à New York, in Des nouvelles du monde, Nouvelles Éditions Loubatières, Toulouse.
2013 Cybercondrie, Libres cahiers pour la psychanalyse, Une inquiétude mortelle, l’hypochondrie, n°27
2013 Signe vivant, revue Décapage, n°46
2013 Le ventre du temps, in Souffrance, jouissance, guérison, sous la direction de Monique David-Ménard, Éditions Campagne-Première
2012 L’enfant de Goya, Libres Cahiers pour la Psychanalyse, Au-delà du principe de plaisir, n°25
2011 Se survivre, La Nouvelle Revue Française, Moi & Je, n°598
2011 Nuit verte, Libres Cahiers pour la Psychanalyse, L’amour de transfert, n°23
2006 Portrait d’un poète vietnamien : Hoàng Câm, Carnets du Vietnam, n°12

Écrits sur l’art
2016 Essence du visage in Alix Le Méléder – peintures, éditions Tituli
2013 … du printemps de Thierry Thieû Niang, éditions du Mac/Val
2011 Les deux éternités in Escaut : rives, dérives. Festival international de sculpture contemporaine (Somogy Éditions)
2010 Guy de Lussigny ou L’art des arlequinades décomposées (catalogue de la rétrospective Lussigny, musée de Cambrai)
2010 Alix Le Méléder (galerie Bernard Zürcher, Paris)
2009 Parole à voir : dialogues en noir blanc gris (musée des Ursulines, Mâcon)
2007 Un homme heureux. Portrait d’un collectionneur (catalogue de la donation Le Bozec, musée de Cambrai)
2005 L’Ithaque d’André Le Bozec (musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis)

Prix
2016 Prix Coupleux-Lassalle (en partage avec Philippe Forget, compositeur)
2015 Prix de la résidence d’auteur de la Fondation des Treilles
2012 Prix Amic de l’Académie française

Extraits

Extrait de Se survivre (Verdier) :

Mon premier grand voyage, c’est au Vietnam que je l’avais fait.
Là-bas, je m’étais lié à un poète dissident. Plusieurs fois, j’ai tenté d’écrire son histoire. Sans y parvenir.
La maladie est aussi un voyage, répète-t-on.
Il est illusoire de croire que dans une chambre on se souvient de sa vie, et je doute qu’au moment de mourir on se remémore tout en accéléré.
Il y a des souvenirs qui n’ont pas la force de nous accompagner jusqu’au bout, on ne peut prendre que très peu de bagages avec soi. Et à partir d’un certain point, qui n’est pas encore la mort, plus aucun. Ce point-là, d’autres en ont parlé. Je me sens proche d’eux désormais. Mes frères, oui, mes frères. Comme ce vieux poète.
Il y a aussi des souvenirs qui indiquent ce qu’on doit faire.
Dans mon île, c’est la promesse à ce vieil homme qui me taraude surtout. Culpabilité ou désir d’être en paix : si je dois mourir bientôt, me dis-je, qu’au moins j’aie pu accomplir cela.


Ma bibliothèque

www.lecteurs.com/article/la-bibliotheque-ideale-de-patrick-autreaux/2191831

Lieu de vie

Île-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire