Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Guilhem Méric

Roman / Jeunesse / Auteur illustrateur
photo Guilhem Méric

Né en avril 1971 à Sète, j’ai toujours été un artiste polyvalent. Dessinateur de BD durant mon enfance, auteur compositeur à 30 ans d’une comédie musicale inspirée de l’abbaye restaurée par mon père, j’ai mis de côté mon travail d’infographiste pour me consacrer à l’écriture de romans. Il m’aura fallu trois ans pour bâtir l’univers d'un projet de longue haleine : la saga fantasy Myrihandes. Inspirée du Discours d’Aristophane et de la mythologie grecque, elle narre d'une manière inédite la légende des Ames-Sœurs au cœur d'un monde oublié. En parallèle, j’ai écrit le scénario et, en 2014, j’ai signé un contrat d’option avec une société de production aux USA pour le projet d’adaptation cinéma. Ainsi en 2010, un teaser et un documentaire vidéo ont vu le jour : www.myrihandes.fr

http://www.myrihandes.fr
Bibliographie

Romans Fantasy
– Aetherna, l’émissaire de l’Au-delà, J'ai lu, 2015
– Myrihandes, le secret des âmes-soeurs, Au Diable Vauvert, 2010
Lauréat du Premier Roman Fantasy de Maurecourt, 2011
Sélection pour le Prix Méditerranée des Lycéens, 2012
Sélection pour le Prix du Meilleur Roman Fantasy Jeunesse d’Elbakin (2011)

Extraits

Extrait 1
Il y a bien longtemps, les Myrihandes foulaient les terres d’Oesion libres, heureux et en paix. Le monde n’avait alors rien de commun avec celui que nous connaissons. Des lointaines contrées du Continent Sans Age au Désert du Sud, la vie prospérait dans la quiétude et l’harmonie, car toutes les créatures qui peuplaient ce vaste univers ne connaissaient ni Bien ni Mal, ni même la convoitise, la peur ou le malheur. Les Myrihandes étaient leurs bergers. C'étaient des êtres uniques et parfaits, créant et recréant leur propre bonheur en osmose avec le monde naturel. Chacun d’eux vivait dans l’Amour de toutes choses et de lui-même, dans l’ignorance absolue des guerres, de la colère et de toutes les vanités qui assombrissent le cœur des Hommes. Nés de la seule puissance de l’Amour, divines créatures tout à la fois androgynes et indivisibles, ils étaient les enfants d’une Conscience Infinie, qui ne redoutaient pas même la mort, car ils savaient qu’au-delà, ils se retrouveraient toujours d’un côté ou de l’autre de ce monde.
En ces temps reculés, les cimes des montagnes n’avaient que peu d’attraits, alors que les vallées et les plaines fleurissaient d’une nature généreuse. Les Myrihandes s’y étaient établis pour vivre leur rêve de paix, à l’abri des hautes frondaisons verdoyantes qui s’étendaient à quelques pas des rives de la Mer. Leurs propres habitations étaient des prolongements de cette flore dont ils recueillaient les moindres bienfaits sans jamais lui nuire. Bien au contraire, ils participaient à sa richesse en entretenant chacune de ses épaisses futaies et rendaient quotidiennement hommage à l’âme de la forêt.

Extrait 2
Ecleïes se risqua à poser une main sur l’ épaule du Maître Archiviste.
Du plus lointain que je me souvienne, tu as toujours été l’un des plus précieux alliés des Ch’Ken, rappela-t-il. La Guilde du Second Souffle te doit beaucoup. Et les jours qui s’annoncent sont peut-être ceux qui bouleverseront notre destin à jamais.
Te voilà donc persuadé que ces deux jeunes gens pourraient devenir ce Myrihande que vous attendiez ?
Celui que nous attendions. Nous avons tous ressenti son retour dans notre chair à l’instant même des retrouvailles entre Helya et Sisam, et je sais que tu l’as forcément senti toi aussi.
Santoriès écarta sèchement la main chaleureuse de son invité.
Vous n’êtes décidément que des fous inconscients ! cracha-t-il. Quelle chance croyez-vous avoir de défaire Morlhed et son armée ? Ils sont parmi nous depuis des générations pour faire régner la loi de Doldometh, et aucune Ame-Sœur n’a jamais pu échapper à leur contrôle. Tes deux jeunes Ch’Ken ne sont qu’une aiguille dans leur botte de foin, et les Gouverneurs eux-mêmes chercheront à étouffer l'affaire, quitte à y sacrifier celles et ceux de leur propre sang !
Jamais Phonkerf ne prendrait une telle décision ! s'indigna brusquement Helya en s’avançant vers lui. Comment pouvez-vous dire une chose pareille ?
Avec un sourire sans joie, Santoriès se pencha vers la jeune fille à la chevelure amarante et la fixa de ses yeux de loup blanc.
Phonkerf ne décide pas seul de tous les artifices politiques de nos Cités, jeune Helya. Les Gouverneurs ne prendront jamais le risque de perdre leur petite autonomie en désobéissant à Kryom. Crois-moi, si tu veux sauver ta vie et celle des gens que tu aimes, abandonne les rêves insensés de ceux qui se prétendent tes amis, et retourne auprès des tiens.

Ma bibliothèque

– La Nuit des Temps,René Barjavel
– Le Meilleur des Mondes, Aldous Huxley
– Chroniques des Vampires, Anne Rice
– L’Alchimiste, Paolo Coelho
– Les Fourmis, Bernard Werber
– La Ligne Verte, Misery, Ça, Stephen King
– Des Fleurs pour Algernon, Daniel Keyes
– Le Seigneur des Anneaux, J.R.R Tokien
– Neverwhere, Neil Gaiman
– Apocalypsis, Eli Esseriam
– Dire non, Edwy Plenel
– Gallica, Henri Loevenbruck

Lieu de vie

Occitanie, 34 - Hérault

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire