Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Théo Ananissoh

Roman
photo Théo Ananissoh

Naissance en 1962 en Centrafrique, de parents togolais. Enfance dans ce pays de l’Afrique centrale jusqu’à l’âge de douze ans, adolescence au Togo. Je suis donc un écrivain originaire du Togo. J’ai commencé à Lomé des études de lettres modernes que j’ai terminées à Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Maîtrise de lettres modernes puis doctorat en littérature générale et comparée.
J’ai enseigné le français dans des établissements secondaires de la région parisienne, puis la littérature africaine de langue française à l’université de Cologne. Je vis en Allemagne, tout près de Düsseldorf, depuis 1994. Mon premier roman est paru en 2005 chez Gallimard Continents noirs. Je publie également des comptes rendus de livres sur lacauselitteraire.fr

Bibliographie

– Lisahohé, Gallimard, 2005.
– Un Reptile par habitant, Gallimard, 2007
– Vingt ans pour plus tard (récit de voyage), collectif, éd. Elyzad (Tunis), 2009
– Ténèbres à midi, Gallimard, 2010

Extraits

Extrait de „Ténèbres à midi“ éd. Gallimard, 2010. Page 120

« Autrefois, vers l’âge de dix ans, j’accompagnais parfois mon père lors de ses tournées commerciales. Nous vivions à Carnot, en Centrafrique, et mon père exerçait la fonction de chef de secteur dans une société française. Il possédait une Land Rover de couleur verte. Je me souviens de déplacements de nuit que nous faisions sur les routes forestières de la Haute-Sangha, à l’ouest du pays. Je ne dormais jamais pendant ces voyages. La lumière des phares ouvrait le chemin dans une obscurité épaisse et comme palpable. Ce qui me maintenait ainsi éveillé, c’était ce contraste mobile, la clarté devant nous et les ténèbres tout autour, la nuit qui reprenait possession du monde au fur et à mesure qu’avançait le véhicule. »


Extrait de « 1 moins un », récit de voyage en Tunisie in Vingt ans pour plus tard, éd. Elyzad, Tunis 2009. Page 29
« Ce que je contemplais le long du trajet méritait qu’on fît un tel voyage. Le bus était confortable et les routes en bon état. Nous traversions des paysages montueux et dégagés de toute végétation ou presque, puis des plaines qui s’achevaient au loin par des collines pelées. En été, selon Moez, ces espaces vides que variaient à peine des haies de cactus brutes se recouvraient de champs de blé. En Afrique noire puis en Allemagne, je vis avec des arbres autour de moi. Là, pendant des heures, je n’en voyais guère. Le sol, ocre, d’aspect argileux ou caillouteux, n’y était sans doute pas favorable. La route montait sans cesse et nous étions nettement plus en hauteur qu’à Tunis. »

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers d'écriture en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire