Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Juliette Mézenc

Poésie / Roman
photo Juliette Mézenc

Juliette Mézenc vit et écrit à Sète. Elle travaille régulièrement avec d’autres écrivains et artistes, en particulier Stéphane Gantelet et Cécile Portier. Ses terrains de jeu : l’écriture "entre les genres", la fiction transmédia, la performance et le vidéopoème.
Juliette Mézenc mène également de nombreux ateliers d'écriture auprès de publics très variés.

Photo de Benoit Viguier.

http://www.motmaquis.net/
Bibliographie

Publications
– Poreuse, roman (2012), Publie.net
– Sujets Sensibles (2009), Publie.net
Publications dans la revue numérique D’ici Là (n°4 et n°5, n°6, n°7 et n°10) ainsi que sur les sites remue.net et tapin²
A paraître : Elles en chambre (sept. 2014), aux Editions de l’attente

Projets en cours
– Le Journal du brise-lames, fiction transmédia qui se concrétise peu à peu sous différentes formes, mises en ligne sur le site Mot Maquis, expositions, performances... mais aussi FPS littéraire* qui permettra au lecteur de circuler librement dans l’œuvre, avec possibilité de faire apparaître images, sons, textes, au fil de l’exploration.
– Performance à la BPI Centre Pompidou pour la manifestation Chercher le Texte (sept. 2013) et résidence au Centre des arts d’Enghien (2013-2014), performance dans le cadre des Bains Numériques #8.
*FPS littéraire : le lecteur évolue en caméra subjective dans un environnement virtuel où lire/voyager fait gagner des points de vie.
Collaboration au projet Etant donnée de Cécile Portier, résidences à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, performances en juin 2013 au festival Kolyada Plays (Russie) et juillet 2013 à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon (40ème rencontre de la Chartreuse)
Mise en ligne sur Mot Maquis de la série Laissez-passer sur la notion de passage de frontières
Participation au collectif Général Instin

Lectures, débats, expositions
Performance collective « Nous sommes tous des presqu’îles » au Centre des Arts d’Enghien dans le cadre du festival les Bains numériques #8 (juin 2014)
Performance (avec Benoit Vincent et Mathilde Roux) autour de la figure du Général Instin pour le festival « Conquête du pays Ugogo » (juin 2014)
Participation au débat « Littérature numérique : chercher le texte ! » à la BPI Centre Pompidou (septembre 2013)
Participation au festival Entre chien et loup (2013)
Pecha Kucha sur le thème du « terrain de jeu » présenté au Centre Cerise (Paris 1er) à l’invitation d’Anne Savelli (2013) et mis en ligne sur le site remue.net
Intervention dans le cadre du colloque « Les métamorphoses de l’oeuvre et de l’écriture à l’heure du numérique : vers un renouveau des humanités ? » : lecture d’un « pecha kucha » associant images et texte sur le thème « écrire web ou comment s’invente la littérature aujourd’hui » (2012)

Extraits

"Journal du brise-lames"

Ulysse s’approche de Calypso. C’est lui, ses yeux rieurs. C’est elle, la nymphe aux belles boucles. Pas de doute là-dessus. Juste tu te dis : tiens, ils sont encore vivants. Tu les vois mais tu ne sais pas qui tu es. Juste un œil qui épie. Je me dis : et moi, je suis qui ? Et puis la scène me prend et je ne me dis plus rien.
Leurs corps se rencontrent, ça fait des bruits mats parce qu’ils jouent, leurs muscles comme des écureuils dessous la peau, roux et rapides. Ils sont nus et la lumière aussi.
Scène sur fond de béton + mer. Le béton tangue sous la lutte, la mer reste de marbre. Au loin : des cyprès en feu sur la colline, de l’autre côté de l’eau. Odeur qui entête, tu te dis : j’ai aussi un nez. Le vent se lève.
Ulysse tombe sur le dos, béton qui bascule puis retrouve l’horizontalité. La déesse bouclée profite de l’avantage : à califourchon, elle vient frotter sa vulve sur le ventre puis le torse du rusé. Il rit. Elle écarte de ses doigts les grandes lèvres pour que les petites puissent glisser à leur aise. Latin, tu te souviens : les nymphes sont les petites lèvres de la vulve. Tu te dis que vraiment c’est désagréable de raisonner ainsi en plein rêve, que tu risques d’en sortir, à force. Je te ramène à la raison, tu te concentres sur l’action. Les lèvres gonflent et font vagues sur Ulysse. Elle lui parle en arabe et dans le même temps va et vient lentement sur la poitrine de son amant. Ton œil se trouble, tu voudrais chasser l’eau qui brouille la vision mais impossible, pas de mains, une aile blanche traverse ton champ de vision, c’est tout. Tu essaies de cligner de l’œil mais impossible, ton œil est fixe, sans paupière. Tu fais avec, tu te contentes de la scène troublée. Moi pareil. On voit quand même, et très distinctement, un bleu à l’intérieur de la cuisse de la nymphe. Tu te dis : une déesse ? un bleu ? puis tu te rappelles que les nymphes sont des déesses de rang inférieur. Tu comprends qu’elles peuvent se faire mal, que leur peau peut marquer. Ulysse maintenant prend à pleines mains le cul de la déesse pour la renverser dans sa bouche, comme une outre. Il boit à même son sexe, la vision se trouble encore. Calypso rêveusement se touche pendant que la verge de l’homme aux mille ruses gagne du terrain, grandit jusqu’à venir taper dans les reins de la nymphe. Elle se retourne et rit, descend d’une main le mât droit vers les testicules. Elle les cajole un moment en souriant, et puis redevient grave, joue avec sérieux : elle applique des pressions douces sur tout le sexe de son amant, on dirait une savante qui expérimente, toute à son affaire tandis qu’Ulysse tète un clitoris qui grossit. Au-delà de toute mesure. Ses joues gonflent, un prodige dans sa bouche, la bouclée suspend son jeu – alentour tout observe et attend dans la fumée acre des cyprès et du vent – et bientôt d’un tour de rein bien divin projette le marin vers le ciel et le fait tournoyer autour de son machin. Il est là-haut et soleil. Tu penses à un soleil celtique, avec les rayons qui suivent le tournoiement s’échevelant. Un soleil blanc. Stop. Corps surexposés. Stop.
Quelques lignes noires délimitent encore le contour des corps et des blocs de béton, l’horizon.
Alors, tu pousses un cri mais c’est un criaillement qui sort, le rire affreux d’un goéland.

Lieu de vie

Occitanie, 34 - Hérault

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire