Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Marc Blanchet

Poésie / Essais
photo Marc Blanchet

Marc Blanchet a publié un premier livre, un recueil de poèmes, en 1998. D'autres recueils, des essais, de courtes fictions, des récits et du théâtre ont suivi.
En 2001, il a commencé un travail photographique, avec une première exposition à Bordeaux en 2008, et la présentation de son travail à la Galerie Ivan Ptakhine à Paris en novembre et décembre 2013.
Dramaturge, il a donné à partir de 2011 des cours auprès d'étudiants, et développé avec des élèves de conservatoires et des amateurs des "ateliers d'écriture avec restitution théâtrale". Chroniqueur, il est intervenu dans plusieurs publications et a également rédigé des chroniques sur la musique. Il intervient depuis deux ans à l'Opéra-Comique auprès de l'Académie de Chant.
Depuis 1988, Marc Blanchet anime et/ou organise des manifestations littéraires.Il a animé plus de deux cents rencontres littéraires et artistiques dans plusieurs festivals ou colloques (Salon du Livre, Belles Étrangères) ou des associations avec des écrivains du monde entier et des artistes (plasticiens, musiciens, photographes…).
De 2007 à 2012, Marc Blanchet a animé une revue parlée La République des poètes, une rencontre mensuelle autour de l'actualité poétique à la Maison de la Poésie à Paris, et a été directeur artistique du Printemps des Poètes en Seine et Marne pour la programmation, le rédactionnel et animation. Il continue dans ce département d'animer des rencontres chaque année au Musée Mallarmé.

Comme chroniqueur a écrit entre 1995 et 2004 des chroniques pour le Ministère des Affaires Étrangères dans la publication Vient de paraître, pour le cipM dans CCP, la Nouvelle Revue Française et Le Matricule des anges.
De juin 2006 à juin 2009, il a été membre de la commission Poésie du Centre national du Livre.
Il a obtenu plusieurs missions Stendhal du Ministère des Affaires Étrangères (Portugal, Inde, Sri Lanka, États-Unis, Syrie).
En 2009, il a organisé avec Jean-Yves Masson un colloque consacré à Gérard Macé à la Sorbonne Paris IV (actes publiés dans La Revue des Sciences Humaines.)
Depuis 2011, il anime chaque année des ateliers d'écritures avec restitution théâtrale au Conservatoire régional d'Art Dramatique de Tours (également en 2012 à celui d'Angers). En 2012, il a animé un cours d'analyse des représentations à la faculté de Tours aux élèves du parcours Arts du Spectacle et a enseigné la dramaturgie en 2012 et 2013 au Conservatoire régionale d'art dramatique de Tours .
Des poèmes de Marc Blanchet ont été mis en musique par Patrick Burgan, d'autres le sont actuellement par György Kurtag.

Bibliographie

Récits et proses
– Méditations & autres brièvetés, éditions la lettre volée, 2013
– Trophées: cinq récits mythiques, éditions farrago, Tours, 2005
– L'éducation des monstres: proses fantasmatiques, La lettre volée, Paris, 2009
– L’ondine, Éditions de l'Arbre vengeur, Talence, France, 2010

Essais
– Lokenath Bhattacharya l’autre rive, éditions Jean-Michel Place, Paris, 2001
– Les Amis secrets, éditions José Corti, Paris, 2005
– Jean-Gilles Badaire, dans cette rigueur en désordre, Le Temps qu’il fait, Cognac, 2005, publié à l'occasion de l'exposition présentée au Château de Tours, 12 juillet-28 août 2005,
– Gérard Titus-Carmel, La Bibliothèque d'Urcée, Musée de Soissons, Soissons, 2010, publié à l'occasion de l'exposition présentée au Musée de Soissons 7 mai - 5 septembre 2010

Poésie
– Poèmes de la Chartreuse - Avec théâtre de chairs, éditions Obsidiane, Sens, 1998
– Sanctuaires, Prix Roger-Kowalski 1999, éditions Cheyne, Chambon-sur-Lignon, 1999
– Le Jardin des morts, La Part des anges, Pessac, 2001
– L’incandescence, La Passe du vent, Genouilleux, 2001
– La Langue volée au serpent, éditions Le Bois d’Orion, L'Isle-sur-la-Sorgue, 2003
– Meurtrières, L’Atelier la Feugraie, Paris, 2005,
– Cheval blanc, éditions Virgile/ Ulysse fin de siècle, Fontaine-lès-Dijon, 2005
– Les Naissances, éditions Le Bois d’Orion, L'Îsle-sur-la-Sorgue, 2006,

Extraits

7. Côté austérité, faire court
Dans la maison de mon esprit, un petit escalier descend vers la pièce de l’enfance. Je l’emprunte rarement. Songer à son enfance est-il un acte de régression ? L’évoquer ou s’en souvenir réveille-t-il quelque blessure ? Quoi qu’il en soit, il y a tout en bas cette pièce où je crains de ne retrouver aucun objet (et d’en affronter le vide). Rien à voir, tout à se remémorer : le mal est là. Et tous les prétextes sont bons pour demeurer dans la chambre en haut.

19. Postulat (changement de régime)
Les choses heureuses surgissent en courbes. Elles viennent comme une aspiration du passé sans le manifester clairement. Elles cachent par ce mouvement – avant un recul qui prend des années – une ligne droite qui nous évite de regarder vers hier comme dans les yeux d’un mort. Puis elles continuent leur trajet courbe en masquant l’avenir. Ceci, avec une sorte de perfection. Ainsi empêchent-elles toute assurance et maintiennent hors de toute prétention le règne de l’inconnu. Les choses douloureuses, elles, surgissent comme des os brisés de ces corps délicats. Corps délicats, qui rêvez d’une vie invertébrée : vous êtes les seuls à connaître le secret de leurs apparitions. Et me voici sur la grande place de ma tristesse quand j’aperçus la barque tant attendue.

74. À propos de ce que je ne sais pas faire
On peut envisager un récit comme une façon de narrer par le détail ce que ne peut dire le surgissement poétique. Le récit est un art de l’obsession : un seul vers décliné en scène capitale. Avec le roman, chaque personnage a voix au chapitre. Le roman brasse plusieurs thèmes et contrarie l’urgence. Hors de cette dilation, pas de roman.

75. À propos également
Je ne peux étendre ma pensée dans aucun traité. Ces méditations sur lesquelles souffle le doute s’établissent dans la brièveté. J’aurais encore plaisir à les défaire, les débarrasser de toute affirmation. Je me contente de songer. Vous pouvez me déranger à toute heure.

76. Ceci de commun
Ce paradoxe : nous écrivons droit – avec la fermeté d’horizons inébranlables – des soubresauts et des bégaiements. Nos écrits ont la même apparence que les discours et les comptes rendus journalistiques. N’était la blancheur. Parmi ces lignes espacées, des reliefs apparaissent, s’accentuent, combattent. Défigurent l’apparente fixité du monde.

Lieu de vie

Centre-Val de Loire, 37 - Indre-et-Loire

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers d'écriture en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire