Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Frédérique Martin

Roman / Nouvelle / Jeunesse
photo Frédérique Martin

Née en 1963 en Auvergne, de sexe féminin, je vis maintenant près de Toulouse, sans avoir rien changé à ma nature d’origine. Le rêve de la petite fille de huit ans – être écrivain –, la femme d’aujourd’hui s’emploie à le réaliser. Premières publications en 1997, recueils collectifs, revues, anthologies et en 2004, le Prix Prométhée, pour un recueil de nouvelles publié aux éditions du Rocher : L’écharde du silence. Des naissances depuis, et d’autres livres qui s’écrivent, parfois aux forceps. Nouvelles, poésie, récit, roman, je suis résolument une exploratrice. Tout ceci en menant de front une vie de famille et un métier d’assistante de Direction dans une entreprise.
Je voudrais dire à mes cousins des villes que l’écrivain de campagne n’est pas un réfugié Kurde. Il ne réclame pas l’asile politique et invite chacun à vérifier une réalité physique : tous les chemins qui montent à Paris descendent aussi en province.

De la question du thème.
Suis-je vraiment la mieux placée pour définir les thèmes majeurs de mon travail ? Mes textes ont souvent plusieurs clefs de lecture et traitent de l’individu comme du monde dans lequel il évolue. Je dirai même qu’ils ouvrent le monde à travers l’histoire des individus. Le premier fil conducteur, c’est la cruauté. Cette inépuisable cruauté des hommes entre eux, des hommes avec le monde. Depuis longtemps, certains gestes, certains mots, certaines situations s’enkystent en moi. Durant vingt ans, ils m’ont exténuée. Maintenant, ils ressurgissent sous la forme d’histoires. Je n’écris pas d’autobiographie ou d’auto-fiction, mais je raconte, à travers le prisme de l’imagination, les réalités auxquelles, chaque jour, je me confronte.
Je ne me lasse pas d’expérimenter la large gamme des émotions humaines. Je privilégie les petites choses de la vie quotidienne, la grâce inoubliable de la poésie parfois, et l’insoutenable constance de la férocité, le plus souvent. La famille, le couple, l’amitié sont les lieux de toutes les névroses, et on y trouve en petit comité ce qui mène le monde à plus grande échelle. Mais n’est-ce pas l’éternel combat humain que ces déchirements entre le meilleur et le pire de soi ? Qu’est ce qui pousse en nous, pourquoi agissons-nous ou n’agissons-nous pas de telle manière, quels sont les ressorts secrets, les mécanismes intimes qui nous tiennent, où est notre véritable liberté ? Qui sommes-nous, en vérité ?
Mes thèmes sont des questions, des explorations, des incertitudes, toutes les obsessions du créateur. Très tôt, j’ai pressenti que la solitude est notre seul véritable sort, que les hommes sont enfermés dans des mondes individuels et qu’ils ne savent pas en franchir les limites pour se rejoindre. J’écris pour tenter la traversée.
Rien n’est plus fort que ce lien qui nous unit les uns aux autres et que je cherche à dénuder par l’écriture. Il est notre seul rempart contre le tragique. Ce qui altère ce lien nous mutile, ce qui le tisse nous ressuscite. C’est simple et c’est peut-être même tout ce qu’il y a à comprendre. Il n’y a pas de thème, car il n’y a qu’un seul thème, l’Homme. Sa grandeur, sa démesure, son impuissance, sa cruauté, sa bêtise, son avilissement, sa déchéance, sa rédemption, son impossible quête, sa peur constitutive de vivre, son audace, son courage, sa tendresse parfois et son acharnement à aimer, malgré tout. L’homme et cette dimension de lui qu’il s’obstine à repousser : cet au-delà qui ne cesse pourtant de l’appeler.

http://www.frederiquemartin.fr
Bibliographie

Parutions
- Editions du Rocher : « L’écharde du silence » – Prix Prométhée de la nouvelle 2004
- Editions N&B : « Papier du sang » – Proses poétiques et poèmes – 2006
- Pleine page éditions : « Femme vacante » – Roman – Septembre 2007

Parution Jeunesse
- Editions Thierry Magnier : « Zéro, le Monde » Collection Roman ados – 2005

Parutions dans des collectifs
- Editions Rafaël de Surtis : Collectif « Sur Mesure » – 2001
- Editions KERDORE-SILOE : Collectif « Une lettre pour le vieux Tolly Hope » – 2001
- HB éditions : « Erratum » in « Dernières nouvelles de Palaiseau » – 2002
- Editions GROS TEXTES : « Comme si je t’avais faite » in Collectif Les belles palissades – 2002
- Editions La Dérive : « La morsure » in « Sur les pas de Simenon » – 2003
- Editions Editinter : « Sens interdits » in « Nouvelles au plurielle » – 2004
- Nouvelles éditions Loubatières : « Le Grand Agglographe » collectif d’ateliers d’écriture – Octobre 2007
- Nouvelles éditions Loubatières : « Le goût des choses » in Toulouse patrimoine & art de vivre – Collectif – Novembre 2007

Parutions en revue
- Revue Décharge n° 97: « Petite lettre au matin » – 1998
- Revue SOL’AIR n° 18 : « Décroche Marie » – 1999
- Revue Poésie Première n°16 : « Décroche-Marie » – 2000
- Magazine Flydoscope (Luxembourg) : « Les fenêtres » – 2000
- Revue Sol’Air n°20 – « Paranoïa » – 2000
- La Dépêche du Midi : « Peau d’ombre » – 2001
- Revue Nouvelle Donne : « Œil pour œil » – 2002
- Revue Décharge n°115 : « Comme si je t’avais faite » – 2002
- Revue L’encrier renversé : « A titre posthume » – 2002
- Revue l’Ours Polar n°28 : « Sens interdits » – 2004
- Brèves : « Le désespoir des roses » – nouvelle – revue n° 81 – 2007

Lieu de vie

Midi-Pyrénées, 31 - Haute-Garonne

Types d'interventions
  • Ateliers en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire