Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Marie Allain

Poésie / Essais
photo Marie Allain

Vivant entre la France et l’Italie, c’est-à-dire entre Paris et Rome je vous propose comme « portrait », celui qui a été fait par la revue « Migraphonies » qui se veut une revue des littératures du monde…
« Marie Allain, née à Nice, diplômée en Lettres, outre ses activités d’enseignante, a publié des recueils de poè-mes et des livres pour enfants. Elle a également été comédienne aussi bien en France qu’un Italie (Florence) où elle a monté des comédies franco-italiennes avec sa propre compagnie théâtrale… En Toscane, pays qui lui a inspiré une grande partie de son œuvre aussi bien poétique que romanesque (la plupart de ces textes sont encore inédits, puisque notre auteur est rentrée depuis peu en France), elle a été invitée à de nombreuses lectures publi-ques et radiophoniques. Nous lui souhaitons de trouver, à travers les pages publiées aujourd’hui, un accueil aussi chaleureux que celui qui lui fut réservé en Italie, où les revues littéraires, en lui ouvrant leurs colonnes, saluèrent « L’incanto e la musicalità » de sa poésie. »

Thèmes
Les thèmes majeurs de mon écriture, y sont déjà représentés, De l’amour humain à l’amour universel. J’ai écrit sur les hommes de ma vie, sur les enfants de ma vie, sur les chats de ma vie… Les courants de mon inspiration se rejoignent tous en un fleuve unique qui a pour nom Amour.

Bibliographie

Poèmes
– Je te parlerai l’amour, Editions St Germain des Prés, sous le nom de Marya l’Hene, 1978
– Un feu qui court dans les yeux des hommes, Editions Caractères, 1981
– Je t’aime grand comme une maison, Editions du Centurion Jeunesse & Pomme d’Api
– Une petite fille aux yeux noirs, Handicap International, 1999
– Hossin et Vierge Noire, Migraphonies, 2001, mention dans la Plume de Paris
– L’homme qui jardinait l’espace et autres textes, Art - Scènes, 2002
– La prière du chat (en français et italien), Varia, mai 1995
– Jalousie, L’Apostrofo italien, 1996
– Où es-tu Liberté, Elan, 1977

Livres pour enfants
– Cervantès : Don Quichotte, Hachette, 1979 (adaptation sous le nom de Marya l’Hene)
– Mon premier Evangile, Apostolat des Editions, 1980

Théâtre
– Pas de dieux, Institut français de Florence, compagnie Colpo di Scena, 1995
– L’amour à un fil, Institut français de Florence, compagnie Colpo di Scena, 1995
– Le Péché d'Eve, éditions l'Harmattan, 2011

Conte érotique
– Le vœu, Supérieur inconnu, 2001

Essai
– Le Professeur de Vie Sociale, Courrier fédéral du Ministère, 2003
– Saint-François d'Assise, Prêcheur pour un monde bienheureux, éditions Lanore, 2010
– Sainte Rita de Cascia, dernier espoir des causes perdues, éditions Ex Aequo, octobre 2013

Disque
– Marbella, Sacem, 1983

Roman
– C'était près de l'Yerres éd. Ex Aequo, septembre 2012
– mini-roman: Le Costume, illustré par Fabien Tissier, éd. Ex Aequo, novembre 2013
– Une Maison en Toscane, éd. Ex Aequo, 2014

Extraits

Sous le signe du cancer

Ma petite fille qui m’a donné tant d’amour
Tu pars, agrippée aux nuages
Bien trop lourds,
Tu dérives au fil du cancer
Les vieux jours : tes adversaires !...
Tu pars pour ton ultime voyage,
Ma petite fille, ma petite mère
Toi qui m’as donné tant de bonheur
A présent, tu t’accroches avec rage,
Il y a un nid de crabes qui te mangent le cœur !
Ils ont sucé ton sang et rongé tes poumons
Mais n’ont pas éteint la lumière
Sur ton front !
Ma petite fille de 40 kilos et 80 hivers
Tu es toujours jolie même battue par l’orage
Il n’y a pas de mots pour dire ton courage !
Tu es là, cherchant l’air
Tel un poisson échoué sur le rivage…
Je compte chacune de tes respirations !
Je prie, je pleure pour que Dieu nous donne
Encore un peu de temps pour qu’on se pardonne
D’avoir épuisé l’autre de nos passions !
Nos mains se joignent à l’extrême
Je ne sais que dire : « je t’aime »,
Et je ne comprends plus s’il faut te laisser partir
Ou s’il vaut mieux
Un peu plus te retenir ?...
Tu t’en retournes là d’où tu es venue
Ancienne princesse, solitaire et nue
Tu appartiens déjà aux forces des nues,
Les aïeux…
Et moi restée seule sur la terre
Moi qui demeure ton enfant
Une dernière fois j’appelle :
Maman !

Extrait de La prière du chat, Les Cahiers de Varia, Florence, 1995
Seigneur, me voici devant Toi
En cette aube mystique
Les hommes dorment à cette heure,
Et même ma vieille maîtresse dort, elle aussi !
Seigneur, je ne puis faire le signe de la Croix,
J'aligne simplement mes deux pattes de chat
Reposant sagement sur mes flancs postérieurs,
Et seul Toi sais
Que lorsque je suis ainsi,
humblement recueilli
C'est pour mieux te prier...

L'autre jour, devant ma prunelle enchantée
Un ange est passé
Et m'a rappelé à mes devoirs de serviteur !
Depuis trop longtemps, je m'étais endormi
Dans la lente digestion des félins domestiques
Pleins de ronrons et de caresses,
Tellement gâtés par nos maîtresses !

J'avais oublié l'heure mystique
Et d'élever vers Toi, Seigneur
Tous les chants de grâce de mon petit coeur
Prisonnier de ce corps de poils, de muscles et de nerfs,
Où n'affleure souvent que l'instinct du chasseur
Et trop rarement l'amour du Créateur !
Alors, pardonne-moi et considère
Que si les hommes sont oublieux
Combien le serai-je
Moi qui ne suis point l'un d'entre eux
Mais juste un animal un peu moins bête
Que d'autres, peut-être ?
Car tu m'as accordé plusieurs vies
Pour voir, méditer et connaître
Tous les secrets de l'être humain qui m'a choisi :
Vieille dame, musicien ou poète
Et l'accompagner silencieusement, sur les chemins
De cet Ailleurs, invisible pour eux
Dont ne reste qu'un faisceau de lumière
Captif dans les yeux
Des enfants, des chats et des devins !

Lieu de vie

Nouvelle-Aquitaine, 17 - Charente-Maritime

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences