Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Marie-Claire Bancquart

Poésie / Essais

L'autoportrait que je préférerais, ce serait un portrait à la manière d'Arcimboldo, où figureraient le chat, la pomme, le merle , un plan de Paris, des ruines romaines, quelques photographies aimées, un grand châtaignier, un disque réunissant bien des musiques, une tomate, un livre fait de pages prises à plusieurs livres, ....des choses réputées humbles mêlées aux chefs-d'oeuvre ; tout cela formant une interrogation, essayant de s'y retrouver dans la vie (et la mort). J'essaie depuis longtemps de le faire, ce portrait, que j'écrive des poèmes, des romans, ou des études sur la littérature . Il est toujours en route.
Née en 1932. Longue maladie, d'autres solitudes, et la guerre : mon enfance et ma première jeunesse ne m'ont pas aimée. Je le leur rends bien; mais elles m'ont servi de révulsif. Études de lettres;professeur dans diverses universités. Actuellement, professeur émérite à la Sorbonne. Depuis plus d'un demi-siècle, la vie ne va pas sans mon mari Alain, compositeur de musique, professeur honoraire au Conservatoire national supérieur.

Essais et articles : 1-sur Paris et les écrivains : je suis moi-même une amoureuse de la ville ; 2-sur la période littéraire 1880-1914 (en particulier, Anatole France et Maupassant), qui permet de voir dans un microcosme les questions qui se posent dans le temps présent; 3- sur la poésie contemporaine: auteurs récemment disparus, ou recueils tout récents. Romans, poèmes...
Écrire, ce n'est pas seulement chercher comment vivre (et mourir) , mais aussi se livrer à un long travail sur la langue - justesse, brièveté, silences, intensité -, qui à son tour retentit sur la vie. J'aime particulièrement la poésie, parce qu'elle est cette " langue dans la langue", dont nous avons grand besoin contre la langue de bois. La mienne se fonde sur le corps (une fascination pour son intérieur), les choses , les espaces, les violences, les énigmes noires ou belles qui nous entourent.

http://marieclairebancquart.blogspot.com
Bibliographie

— Maupassant conteur fantastique, Minard, 1976, réédité en 1993
— Anatole France, un sceptique passionné, Calmann-Lévy, 1984
— Anatole France, Julliard, 1994
— Fin de siècle gourmande, PUF, 2001
— Paris fin de siècle, de Jules Vallès à Remy de Gourmont, La Différence, 2002.
— Paris “Belle Époque” par ses écrivains, Adam Biro, 1997
— Paris des surréalistes, La Différence, 2003 .
— Paris dans la littérature française depuis 1945, La Différence, 2006
— Direction de Poésie française 1945-1970, P.U.F, 1995
Direction d'André Frénaud, la négation exigeante, Le Temps qu'il fait, 2004
– Marie-Claire Bancquart, l'invention de vivre, colloque du 3 au 10 septembre 2011 à Cerisy-le-Salle.

Éditions préfacées et commentées
– Ecrivains fin-de-siècle, édition Folio/gallimard, 2010
– Garçon, un bock !, Le Castor Astral, 2010
— Anatole France, Œuvres, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, en 4 tomes, 1981-1994,
de nombreuses éditions d'œuvres de Maupassant, dans la collection Folio Classique, Gallimard, et , dans " la Pochothèque ", chez Hachette, ses Contes Normands, Contes fantastiques, Contes Parisiens.

Romans
Chez Belfond, L'Inquisiteur, 1980 ; Les tarots d'Ulysse, 1984.
Chez François Bourin, Photos de famille, 1988 (puis dans la collection "J'ai lu")
Elise en automne, 1991 (puis en Livre de poche).
Chez Bourin/ Julliard, La saveur du sel, 1994.
Aux éditions de Fallois, Une femme sans modèles, 1999.

Récits
– Impostures, ed. L'Amourier, 2008
– Explorer l'incertain, ed. L'Amourier, 2010

Poèmes
Mais, Vodaine, 1967- Projets alternés, Rougerie, 1972-Mains dissoutes, Rougerie, 1975-Cherche-terre, Saint-Germain des prés, 1977-Mémoire d'abolie, Belfond 1978 -Habiter le sel, Pierre Dalle Nogare, 1979 -Partition, Belfond, 1981-Votre visage jusqu'à l'os, Temps Actuels, 1983-Opportunité des oiseaux, Belfond, 1986
– Opéra des limites, José Corti, 1988
– Végétales, Les cahiers du Confluent, 1988
– Sans lieu sinon l'attente, Obsidiane, 1991
– Dans le feuilletage de la terre, Belfond, 1993
– Énigmatiques, Obsidiane, 1995
– La vie, lieu-dit, Obsidiane, 1997, coédition/Noroît- La paix saignée, précédé de Contrées du corps natal, Obsidiane, 1999 (réédition 2004)
– Rituel d'emportement, anthologie personnelle de poèmes, suivie d'un long inédit, "Qui voyage le soir", Le Temps qu'il fait /Obsidiane, 2002
– Anamorphoses, Écrits des Forges (Québec), 2003
– Avec la mort, quartier d'orange entre les dents, Obsidiane, 2005.
– Verticales du secret, Obsidiane, 2007
– Terre Energumène, Le Castor Astral, 2009
– Violente Vie, Le Castor Astral, 2012
– Mots de passe, Le Castor Astral, 2014
– Qui vient de loin, Le Castor Astral, 2016

Poèmes, éditions d'art numérotées
sur papiers du graveur Marc Pessin: Voix, 1979; Mouvantes, 1991 - avec eaux - fortes de Jean-Louis Viard, Signes d'alphabet, aux éditions Manière noire, 1998 - avec gravures de Gérard Serée, Peut-être Qui, Nice/Paris 2005 – avec peintures d'Augusta de Schucani et musique originale d'Alain Bancquart, Qui rature l'imprévisible, 2005 - avec gravures de Pierre Dubrunquez, Livre du Qui, éd. Daniel Leuwers, 2006.

Prix de poésie
Max Jacob, Alfred de Vigny, Supervielle, grand prix d'automne de la Société des gens de Lettres, prix Kowalski-ville de Lyon, prix Verlaine de l'Académie française.
Prix de poésie Robert Ganzo, décerné au festival "Etonnants Voyageurs", en mai 2012.

Extraits

Voici vingt ou trente siècles
un poète mon frère
regardait l’ insecte minuscule
cheminant le long de son bras.

Il s’étonnait avec violence
d’être là, au monde, en même temps que lui
dans un pli commun des immenses
combinaisons de l’univers.

Attentats, guerres, soleils en délire,
non loin brûlaient des villes.

Par hasard épargnés, par hasard ensemble,

entre les lignes
de l’inexorable

duraient le poète et la bête.

Lieu de vie

Île-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu scolaire