Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Marilyne Bertoncini

Poésie / Traduction
photo Marilyne Bertoncini

Enseignante, poète et traductrice,
Codirectrice de la revue numérique Recours au Poème, www.recoursaupoeme.fr, à laquelle elle participe depuis 2012.
Titulaire d'un doctorat sur l'oeuvre de Jean Giono, auteure d'une thèse, La Ruse d'Isis, de la Femme dans l'oeuvre de Jean Giono, a été membre du comité de rédaction de la revue littéraire RSH "Revue des Sciences Humaines", Université de Lille III, et publié de nombreux essais et articles dans diverses revues universitaires et littéraires : American Book Review, (New-York), Littératures (Université de Toulouse), Bulletin Jean Giono, Recherches, Cahiers Pédagogiques... mais aussi Europe, Arpa, La Cause Littéraire...
Un temps vice-présidente de l’association I Fioretti, chargée de la promotion des manifestations culturelles de la Résidence d’écrivains du Monastère de Saorge, (Alpes-Maritimes), a monté des spectacles poétiques avec la classe de jazz du conservatoire et la mairie de Menton dans le cadre du Printemps des Poètes, invité de nombreux auteurs et éditeurs (Barry Wallenstein, Michael Glück…) dans ses classes, organisé des ateliers d’écriture et de calligraphie, (travaux dans Poetry in Performance NYC).

http://minotaurra.unblog.fr
Bibliographie

Recueils de poèmes
– La Dernière Oeuvre de Phidias, suivi de L'Invention de l'absence, Jacques André éditeur, mars 2017.
– Aeonde, éd. La Porte, mars 2017
– La dernière œuvre de Phidias – 453ème Encres vives, avril 2016
– Labyrinthe des Nuits, suite poétique – Recours au Poème éditeurs, mars 2015

Ouvrages collectifs
– Trans-Tzara-Dada – L’Homme Approximatif , 2016
– Anthologie du haiku en France, sous la direction de Jean Antonini, éditions Aleas, Lyon, 2003

Traductions de recueils de poésie
– Ennuage-moi, a bilingual collection, de Carol Jenkins, traduction Marilyne Bertoncini, River road Poetry Series, 2016
– Early in the Morning, Tôt le matin, de Peter Boyle, Recours au Poème éditions, 2015
– Livre des sept vies, Ming Di, Recours au Poème éditions, 2015
– Histoire de Famille, Ming Di, éditions Transignum, avec des illustrations de Wanda Mihuleac, juin 2015
– Rainbow Snake, Serpent Arc-en-ciel, de Martin Harrison Recours au Poème éditions, 2015
– Secanje Svile, Mémoire de Soie, de Tanja Kragujevic, édition trilingue, Beograd 2015
– Tony’s Blues de Barry Wallenstein, Recours au Poème éditions, 2014

Livres d'artistes
– Æncre de Chine, in collection Livres Ardoises de Wanda Mihuleac, 2016
– Pensées d'Eurydice, avec les dessins de Pierre Rosin : www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-pierre-rosin/
– Île, livre pauvre avec un collage de Ghislaine Lejard (2016)
– Paesine, poème, sur un collage de Ghislaine Lejard (2016)
– Villes en chantier, Livre unique par Anne Poupard (2015)
– A Fleur d'étang, livre-objet avec Brigitte Marcerou (2015)
– Genèse du langage, livre unique, avec Brigitte Marcerou (2015)

Collaborations artistiques visuelles ou sonores
2016
– L'Envers de la Riviera mis en musique par le compositeur Mansoor Mani Hosseini, pour FESTRAD, festival Franco-anglais de poésie juin 2016 : « The Far Side of the River »
– Performance chantée et dansée « Sodade » au printemps des poètes Villa 111 à Ivry : sur un poème de Marilyne Bertoncini, « L’homme approximatif » , décor voile peint et dessiné, 6 x3 m par Emily Walcker :
l’Envers de la Riviera mis en image par la vidéaste Clémence Pogu – Festrad juin 2016 sous le titre « Proche Banlieur»
– ‘Là où tremblent encore des ombres d’un vert tendre » – Toile sonore de Sophie Brassard : www.toilesonore.com/#!marilyne-bertoncini/uknyf

– La Rouille du temps, poèmes et tableaux textiles de Bérénice Mollet(2015) – en partie publiés sur la revue Ce qui reste : www.cequireste.fr/marilyne-bertoncini-berenice-mollet/

Extraits

La Nuit de Lilas (in Labyrinthe des Nuits)

Frisson de l'aube qu'appelle
le chant d'un oiseau

si bleu
si plein

qu'à l'entendre on pense aux forêts cachées sous les jardins enclos derrière les maisons

si plein
si clair

qu'il libère d'antiques frondes agitées de souffles d'outre- monde

Nageur inconscient
j'aborde aux grèves du silence

et le chant ténu m'accompagne comme d'Orphée la flûte dans l'ombre souterraine

filet couleur d'étoile
du roseau dont la voix

ouvre l'huis
de la nuit



Entre lavande et lie-de-vin
sous la paupière de la nuit ciliée de songes
amande d'améthyste dans sa bogue étroite avant qu'une silencieuse explosion n'expose sa chair vive
à travers la sombre écorce craquelée

l'espace d'un cillement ciselant le ciel
mille et un petits calices cruciformes
couleur de paon
de plume d'hirondelle
de pigeon gris


*

(extrait de La Dernière Oeuvre de Phidias)

Phi-dias

Dans l'îlot clair découpé par la lampe
au creux de la ténèbre où ma pensée te cherche
Je trace la caresse
de ton nom


Ombre face à la mer
chaque fois que je t'aperçois
dans le ciel palpitant
tu es le cœur d'une rose immense
qui s'abreuve dans l'eau
puis s'engloutit


Les ombres s'allongent et la sourde rumeur
des vagues
ronflant comme à l'oreille émerveillée
contre la bouche de porcelaine
marine
est résonnante tempête au creux
de ma tête


Puis un vacarme de sonnailles
les aigus cris des pâtres
- oiseaux ébouriffés
s'envolant en rires d'hirondelles
par-dessus le sec martèlement
des cailloux du chemin


A l'heure où rentrent les troupeaux
Phidias
Tu es cette ombre immense
qui submerge le ciel
puis la mer
et mon âme

Lieu de vie

Provence-Alpes-Côte d'Azur, 06 - Alpes-Maritimes

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Rencontres en milieu scolaire