Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Pascal Garnier

Roman / Jeunesse / Polar
photo Pascal Garnier

Né le 4 juillet 1949, dans le 13ème à Paris.
Décédé le 5 mars 2010.
Après une scolarité aussi brève que mouvementée, il quitte à 15 ans le foyer familial et voyage pendant quelques années. Il commence à écrire à 35 ans.
Il entre dans la vie des gens ordinaires et des paumés avec tendresse, lucidité et humour.
Aujourd'hui, il vit en Ardèche et, quand il n'écrit pas, il voyage ou peint.

La critique
Dans sa satire de la mesquinerie et de la petitesse des comportements humains, Pascal Garnier excelle à rendre les situations et les êtres absurdes ou désopilants. Il renverse les idées reçues, dégomme clichés, fausses valeurs et préjugés - dans un grand éclat de rire au profit d'une tendresse émouvante, même poignante, face à la cruauté quasi existentielle de la vie quotidienne.
On ne saurait dire pourquoi l’univers de Pascal Garnier nous est si proche. Pourquoi il nous envoûte avec des histoires plutôt simples, des personnages a priori ordinaires et malmenés par la vie, des mots familiers et des silences qui le sont encore plus.
Avec affection, on range les romans de Pascal Garnier au panthéon des auteurs d’atmosphère. Entre Simenon et Hardellet. Entre tendresse et cynisme, réalisme et humour désenchanté.

L’auteur
Mes livres ne sont pas différents les uns des autres, hélas ! Mais tous les auteurs sont comme ça. On parle tous des mêmes choses, la vie, la mort, l'amour, de quoi voulez-vous qu'on parle d'autre. Le sommet est le même pour tous. Ce qui compte, c'est la voie qu'on emprunte pour y parvenir. Ça s'appelle le style. L'important ce n'est pas de donner les réponses mais de poser les questions.

Je fais partie d'une famille d'écrivains qui font dans le roman d'atmosphère. Je ne me considère pas comme un auteur de polar. Je n'aime pas les étiquettes. Toutes ces querelles entre la « Blanche » et la « Noire » m'indisposent. Pour ma part, j'ai toujours habité entre deux chaises, snob chez les voyous et voyou chez les snobs. C'est là que je me situe le mieux.

Bibliographie

A ce jour, il compte une cinquantaine de livres à son actif.
Certains ont obtenu des prix.
Adulte
– Chambre 12 - Grand prix de la Société des Gens De Lettres
– Nul n'est à l'abri du succès - Prix de la Ville de Saint-Quentin-en-Yvelines
– Flux, ed. Zulma – Grand prix de l’humour noir
– Comment va la douleur ?, ed. Zulma – Prix Terre de France
Jeunesse
– Un chat comme moi - Prix de la Ville de Bobigny
– La Bleuïte aiguë - Prix des Incorruptibles
– Traqués - Prix Polar jeunesse

Extraits

Flux, ed. Zulma
Madame Helm est vieille et Alsacienne. Ils ont fait connaissance sur un banc de square. Ces gens ne se rencontrent jamais ailleurs. Elle est la maîtresse d’un chien jaune, Bob, d’un âge et d’une race indéterminable, adipeux dont l’arrière train paralysé est doté d’un ingénieux systèmes de roulettes qui lui permet de se déplacer. Pas beaucoup. La collerette qui lui enserre le cou pour l’empêcher de se gratter jusqu’au sang les plaques roses de mycoses qui lui constellent son pelage lui donnent un air de famille attendrissant avec le corniaud de la voix de son maître. C’est un animal apathique qui n’aboie jamais mais dans les yeux duquel on discerne cette lueur de compassion qui éclaire le visage des saints de plâtre des églises. S’il ne puait pas autant, on passerait des heures à le caresser.

Comment va la douleur ?, ed. Zulma
Le bébé est une sorte de tube ouvert aux deux extrémités. Par l’une on le remplie, par l’autre il se vide. Comme on venait de le remplir sur l’aire d’autoroute, il se vida à proximité d’Avignon. Malgré les vitres ouvertes, l’odeur était puissante. La merde, le sang et la putréfaction, Simon connaissait bien, c’était l’odeur de la guerre, il y était habitué. Mais ce caca là, mêlé aux fragrances de lait aigre le perturbait. A vrai dire ça ne sentait pas vraiment mauvais, cela tenait de l’étable, de la bergerie, du compost, qui vous ramenait à l’aube de l’humanité et vous donnait du vague à l’homme. Cependant, la présence à l’arrière de ces deux passagères impromptues commençait à l’agacer sérieusement. Elles n’étaient pas prévues et Simon avait horreur de l’improvisation.

Lieu de vie

Auvergne-Rhône-Alpes, 07 - Ardèche