Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Philippe Lafitte

Roman / Nouvelle / Scénario
photo Philippe Lafitte

Né en 1961, il vit et travaille entre Paris et le Val d’Oise. Après un bac littéraire, il passe quelques temps à voyager, découvrant à cette occasion le Maroc. Début des années 80 : il reprend des études d’histoire de l’art et d’arts graphiques qui le mèneront à travailler comme directeur artistique pendant plus de vingt ans.
En parallèle et dès le début des années 90, il participe à des ateliers d’écriture et de scénarios, s’intéresse à la photographie, continue de voyager (Europe, Etats-Unis, Afrique de l’Ouest et Sahara). Commence à écrire des nouvelles, dont une première est publiée dans le Matricule des Anges en 1995.
A partir des années 2000 et des premières publications, l’écriture devient une activité majeure et régulière, les projets littéraires alternant avec son attirance pour le cinéma et les séries télévisuelles exigeantes (Six feet under, The Wire), genre qu’il considère comme une forme novatrice dérivée du feuilleton romanesque issu du XIXème siècle.
A partir de 2006 il devient membre de Séquences 7, association de jeunes scénaristes parrainée par l’UGS (Union Guilde des Scénaristes) et travaille sur des projets de fiction, cinéma comme télévision, tout en continuant d’écrire des romans, le plus souvent ancrés dans un monde urbain. En parallèle, il anime des ateliers d’écriture dans le Val d’Oise.
Préférant cultiver plusieurs champs que creuser le même sillon, les thèmes multiples qui prédominent dans ses écrits sont en général l’errance, géographique comme existentielle, la condition de l’homme dans les milieux urbains, la poursuite du temps et l’éloge de la fuite comme échappatoire, les destinées qui se croisent et se percutent, les masques qui dévoilent des vérités cachées, l’extraordinaire révélé au sein du quotidien le plus ordinaire.

Deux lieux de vie :
Val d’Oise (95) – Paris (75)

http://philippelafitte.free.fr
Bibliographie

Romans
– Mille Amertumes, Buchet/Chastel,2003
– Un monde parfait, Buchet/Chastel,2005
– Étranger au Paradis, Buchet/Chastel,2006
– Vies d'Andy, Le Serpent à Plumes, 2010

Nouvelles
– Autorisé, L’Imbécile de Paris, septembre 2003
– Cinéma non paradiso, L’Imbécile de Paris, octobre 2003
– Dernière station, Décapage n°29, octobre 2006
– Fait d’hiver, Décapage n° 30, février 2007
– Frères de sang, (commande à l’occasion de la journée mondiale des donneurs de sang), juin 2008
– Une journée d’absence, Décapage n° 36, octobre 2008
– Femmes captives, Décapage n° 39, été 2009

Extraits

Extrait : Vies d’Andy, roman, Le Serpent à Plumes, 2010

Il y eut une ride puis une autre sur cette mer d’huile où les vaguelettes naissaient pour mourir aussitôt en répétant le même murmure. Près du bord un banc d’alevins se désagrégea, chassé par l’ombre d’un corps qui flottait. Bercée par le ressac, Sandy se retourna et lança les bras vers l’avant, tête tendue, menton hors de l’eau. Sur un rocher en surplomb, éblouie par le soleil mitraillant la surface, Valerie la regardait s’éloigner vers le large.
-Attends-moi ! cria Valerie.
Elles nagèrent l’une vers l’autre, se séparèrent pour se rejoindre à nouveau. Parfois, l’une d’elle retournait jusqu’au rocher pour souffler un peu, avant de glisser dans l’eau fraîche et prolonger le bain de mer. Il y avait maintenant un mois qu’elles séjournaient sur cette île des Cyclades. Elles restèrent longtemps allongées sur le sable sans rien dire, profitant du soleil de mars avant de regagner la maison qu’on apercevait de la plage.
On pouvait donc vivre ainsi, dans un lieu inconnu, sans racines et sans point d’ancrage. On pouvait tourner le dos au passé et vivre dans l’instant, sans inquiétude et sans regrets. Sans Dovidénia. Allongée sur le ventre, les poings sous le menton, les yeux mi-clos, Sandy regardait la brume de chaleur esquisser les contours d’une île, un bloc massif qui frémissait à l’horizon.


Extrait : Etranger au paradis, roman, Buchet/Chastel, 2006

Vous êtes cinq orphelins mâles sur la ligne de départ et vous savez déjà où l’enjeu se situe. Lotr approuve la règle en ricanant. Il se place à vos côtés derrière la trace inscrite dans la poussière. Cheveux Lisses lève un bras si long que vous vous consumez sur place. Ses yeux châtains n’expriment rien ou peut-être une hypothétique attente. Vous détaillez une fois encore son corps mince, ses longues jambes brunes. Votre coeur tord les barreaux de sa cage. Le bras retombe et vos mollets claquent. Vos cuisses s’arrachent. Vous bondissez dans le vent. Vos pieds mordent la pelouse, fusent sur le carrelage, dévalent l’escalier, explosent dans le pédiluve. Vos bras moulinent dans l’air et vous collez bien au gravier cette fois. Vous courez à perdre haleine. Votre profil se tend et vos cheveux se lissent. Vous êtes une flèche qui siffle vers son but. C’est la dernière ligne droite et le guichet minuscule grossit démesurément. Vous sentez le souffle de la victoire sur vos épaules mais quelque chose vous dépasse. C’est Lotr qui ricane. Vous humilie avant terme. Au loin la bouche de Cheveux Lisses aimante votre bouche. Un instinct brutal vous rattrape. Vos désirs font désordre. Vous trichez. Dans le dernier mètre et à l’insu des retardataires, vous saisissez la capuche de Lotr. La traction vous propulse vers l’avant. Vous arrachez la capuche et la victoire avec. Vous franchissez la porte d’accueil en vainqueur. Sur les marches de la piscine, Cheveux Lisses vous regarde sans exprimer rien d’autre qu’une hypothétique attente. Les mains en appui sur les genoux, vous tournez la tête vers Lotr. Première victoire et première trahison.

Lieu de vie

Ile-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Ateliers en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire