Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Sylvie Azema Prolonge

Roman / Nouvelle / Théâtre / Récits
photo Sylvie Azema Prolonge

Sait-on comment on en vient à l’écriture ? Très tôt, puis le temps social, le temps privé prennent la vie sans pour autant que ne s’efface la promesse de mettre le monde en mots. Des études de lettres pour rester au plus près de ses aspirations, un séjour en Grèce auprès du poète Odysseus Elytis qui en 1979 vient d’obtenir le prix Nobel , un affolement du destin et puis, l’enseignement, une agrégation de lettres classiques. Mais l’œuvre chemine. Vient le temps de tenir sa promesse, d’achever des chantiers, de mettre de l’ordre dans des cahiers de notes innombrables et de partager enfin.

4ème de couverture du Jogging d’Eurydice et autres Conversations :
Dans ces pages Sylvie Azéma-Prolonge cherche à mettre le monde en mouvements de vie plutôt qu’en formulations de pensée. D’où ces Conversations qui prennent des colorations tour à tour romanesques, poétiques ou théâtrales. A travers cette forme volontairement hybride, elle tente de réconcilier la rapidité et la fragilité de nos existences avec leur absolu ou leur éternité. Le lecteur est invité à écouter les voix de personnages pris dans des situations à la fois quotidiennes et universelles.

Sylvie Azéma-Prolonge appartient au collectif d’auteurs des Mots Migrateurs du Val d’Oise et participe à des lectures publiques.

Bibliographie

Mars 2009 : lecture et mise en espace de trois conversations au Théâtre 95 de Cergy dans le cadre du Festival des Nouvelles Ecritures Contemporaines, Les Douleurs Etrangères, Gare Frontalière, De l’Usage de l’Apologue en maison d’arrêt.
Octobre 2009 : Publication dans la revue Quatre III, dialogues (Babel-Editeur) de la conversation De l’Usage de l’Apologue en maison d’arrêt.
Des nouvelles (La tresse, Un sac de toile bleue) ont été éditées dans le cadre du Prix Philippe Delerm aux Editions Valhermeil (2007 et 2009)
Des nouvelles (Mauvais Quarts d’Heure et Liquidation) dans les recueils collectifs De Temps en Temps et Les Quatre Eléments (éditions des Mots Migrateurs).
Décembre 2010 : Publication de Le Jogging d’Eurydice et autres conversations (Gare Frontalière, Femmes-Caméléons) chez Mots Migrateurs Editeur.

Extraits

Extraits :
(Le jogging d’Eurydice)
Orphée Allez, une remontée au pas de gymnastique. Une, deux !
Eurydice Si vous regardez passer les couples dans la rue, vous les voyez très souvent côte à côte, main dans la main, se donnant le bras, mais regardez mieux, c’est souvent une erreur d’optique : il y en a toujours un qui a un pas en avance sur l’autre, ou en retard.
Orphée Un qui parle aussi plus que l’autre. L’effort ne t’essouffle pas assez. De quoi vas-tu encore me parler ?

(Carreaux ou trois femmes à l’expo)
Line
Et bien moi je suis sur le point de commettre un crime. C’est l’été où les histoires de salles de bain me montent à la tête. J’arpente ma maison depuis un mois quand je ne suis pas aux expos parisiennes. Je vais tuer mon carreleur. Les devis de réfection étaient prêts depuis avril. Il faut s’y prendre tôt pour gagner les dates voulues. L’idéal pour moi cela aurait été que les travaux aient lieu tout le mois de juin quand je travaillais encore. En juillet, je serais en vacances et je tenais à la quiétude de ma maison. Il n’est pas encore arrivé. Déjà 9h. Je bois une deuxième tasse de café. Ce que je voudrais te raconter c’est comment j’ai pris en haine mon carreleur.
Eve Vas-y doucement. Tu comptes les jours d’abord.

(Les douleurs étrangères)
Decima Arrière, Douleur !
Nona Je vois ses petits yeux verts brillant dans le noir. Un loup !
Decima Arrière ! chienne ! douleur chienne ! va-t-en !
Elle claque des doigts. La lumière revient. Un silence.
Nona ce n’est pas notre mari
Decima ni notre frère
Nona ni notre fils
Decima nous sommes des étrangères proches…
Nona aux abords de cette jeune famille, de cette maisonnée neuve, petite nichée à peine éclose qui s’étire le matin au petit-déjeuner où fusent les céréales.

(Joseph Grand ou la jeune fille au bord de la mer)
Rieux Oui, je suis là moi aussi à attendre l’heure de la grande réconciliation de la Terre et de la Mer. Un peu tôt peut-être, les oiseaux ne sont pas encore revenus sur les bouées, je suis là moi aussi comme vous, je suis venu guetter le premier touriste qui osera à nouveau s’allonger sur cette plage. Ce sera une belle jeune fille, une promesse que la vie reprend. On la pointera du doigt mais elle sera le bon signe.

(Gare Frontalière ou nous n’aurons pas eu notre demi-heure au lit)
Milena L’essentiel pour moi est que tu sois là. Et tu ne m’échapperas pas. Cela m’attriste et cela me rassure à la fois : je ne suis pas là pour te tendre un piège, Tu as entendu la mesure de mon pas de valse viennoise, mon frôlement de robe. Je pourrais faire semblant de ne pas te voir. Ah ! Franz ! Tant de lettres entre nous et nos corps ne se reconnaissent pas ! Ne te moque pas de moi.

(La mort d’Homère)
Jeune pêcheur1« Ceux que nous avons pris nous les avons jetés ;
Jeune pêcheur2–Ceux que nous n’avons pas pris nous les emportons. »
Jeune pêcheur1 Alors ?
Kaliopi–Encore une de vos histoires de pêche.
Jeune pêcheur 2 Tu ne sais pas, tu ne vois pas. Le vieux il a tourné la devinette dans tous les sens, il n’a pas trouvé. Te rends-tu compte ! Lui, le sage d’entre les sages. Il va falloir revoir la hiérarchie des gens intelligents.

(De l’usage de l’apologue en maison d’arrêt)
-Je remets ma carte d’identité dont on a déjà fait parvenir une copie par fax de mon lycée, on me prépare un badge d’entrée. Entre temps, et je ne les ai pas vu venir, c’est l’heure des visites des familles.
-Erreur de ponctualité, je vous le disais.
-On a ouvert les portes du baraquement d’accueil comme des vannes, et elles se sont déversées les familles, surtout des femmes, je ne les vois pas vraiment mais j’entends leur souffle. Des policiers sont là avec un paquet de courrier entre les mains. On me fait passer avec eux. Je ne parviens pas à attacher mon badge, alors je le tiens à la main, les femmes me regardent, je vais passer avant elles et elles m’en font grief. En fait, je ne vois strictement rien en détail, c’est plus tactile, fugace, indicible et terrible aussi. J’ai une impression de déjà vu, des longues files d’attente, d’exil, d’exode. Ces femmes ont des visages effarés, j’ai dû les rencontrer dans les métros et les gares de la région en train de quémander quelques pièces, des mères et des sœurs aux maquillages plutôt vulgaires. Les sans-abri, les sans-papiers, toute la misère de notre époque, petite et moyenne délinquance. Tous ces visages grimaçants se penchent sur moi, se mettent à grossir démesurément et font une horrible ronde de mauvaise conscience. Je suis au bord de l’évanouissement.
-Et une fois entrée dans le sas de sécurité, après avoir fait passer votre cartable au tapis roulant de contrôle, on vous demande si vous avez un téléphone portable.
-Oui, bien sûr.

Lieu de vie

Île-de-France, 95 - Val-d'Oise

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire