Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Sylvie Latrille

Poésie / Théâtre / Scénario / Contes
photo Sylvie Latrille

Exploratrice biblionaute
Écrivain collectionneuse de mots
Accompagnatrice en écriture
Comédienne conteuse, manipulatrice de mots et d’objets

Née le 30/10/50 à Caudéran (Gironde)
Prénom : forêt, période de naissance : automne
Couleur des yeux et cheveux à l’avenant : noisette, châtaigne ou écureuil, avec de plus en plus de fils de givre.
Écrit du théâtre, du conte et de la poésie depuis 1975.

« Mon arrière grand-mère, Mathilde Ferranti, cousine de Louis, du Théâtre du même nom, épousa un greffier. Je naquis deux générations plus tard des suites de ce tissage entre théâtreux ambulants et gratte-papiers.
A l'âge de huit ans, je déclarai péremptoirement : Quand je serai grande, je serai comédienne ou exploratrice. J'explorai la campagne de mes vacances.
A l'âge de dix-huit ans, je m'initiai à la scène. J'explorai l'écriture, poèmes et pièces de théâtre à laisser dans le fond du tiroir.
A l'âge de vingt-huit ans, j'entrai à la Compagnie de l'Échelle où l'on me demanda d'écrire les textes des spectacles. J'appris beaucoup sur le théâtre de marionnettes. Puis, scission oblige, je suivis les Théâtres de Cuisine et me pris de passion pour le théâtre d'objet.
A l'âge de trente-huit ans, je reçus commande d'un texte sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle. J'explorai les mythes et les contes, les symboles et les sculptures romanes, les villages et les chemins de mon département.
J’aurai bientôt cinquante-huit ans : beaucoup de souvenirs d'explorations par les livres en pays inuit, au Japon, dans les Pyrénées, en Berry, et en pays de féérie ; autant de contes à écrire et à dire. Et pour ce faire, j'ai agrandi ma collection de mots (français, anglais, italien, espagnol, portugais) ; je sais qu'en dogon, le même mot signifie tissu et parole, comme en français on dit texte et textile.
Un mot sur la page, un mot sur la scène, je tisse, file, conte et dit.»

http://sylvielatrille.monsite-orange.fr
Bibliographie

Publications
Toujours disponibles
– L'Eau de soleil, éditions Céphéïdes, (livre d'artiste, tirage limité). Artiste Sarah Wiame, 2010
– Surgie des sables, toujours vive
Poésie - Juin 2004 – Éditions Céphéides - Images : Sarah Wiame.
– Sur le chemin des merles
Poésie jeunesse - 2003 - L’Épi de seigle.
Sélection Éducation Nationale 2004.
– Le pied sur le feuille et en haut de l'arbre
Poésie jeunesse - juillet 2000 - S'Editions - Ill : Michel Gertou.
Sélection Éducation Nationale 2001.
– Jardin des Mélancolies, Poésie Jeunesse - 1997 - S'Editions - Ill : Michel Gertou.
– Les Histoires que racontait le Passeur de Temps
Poésie jeunesse - 1983 - S'Éditions - Ill : Michel Gertou.

Trop tard, épuisés !
– Mille et Mille et Cent
Poésie jeunesse - 1982 - S'Éditions - Ill : M. Tourtigues.
– Malika le train et les Éléphants, Poésie jeunesse - 1982 - S'Éditions - Ill : Tourtigues / Capdeboscq.
– Enfant-Rêve sur des Montagnes de Livres Poussières, Poésie - 1982 - S'Editions - Ill : C. Capdeboscq.
– Ballon Boule Roule, Poésie jeunesse - 1981 - S'Éditions - Ill : D. Peyrucq.
– Le Cheval de Micha, Conte poétique - 1980 - S'Éditions - Ill : S. Demenois.
– Poèmes publiés dans Poèmes pour s'éclairer à la Luciole
(anthologie poétique d'auteurs de la Charte). 1998 - L'Epi de Seigle
– Haïkus publiés dans l'Almanach de la Charte. 1996 - Corps Puce
– Les Collines d'Ombre, Poésie - 1983 - S'Éditions - Ill : C. Capdeboscq.

Contes mis en scène
– Écailles de dragonnes, de quelques serpentes et de leurs petits. Création Parole à Jouer, 2008.
– Piquirinéou 10 contes des Pyrénées (dont 5 choisis par France Bleu pour diffusion nationale). Création Parole à Jouer, août 2002.
– Oiseaux de neige sur fond de neige, mise en écriture de Contes Inuits. Création Parole à Jouer, 1997.

Théâtre
– Gueille ferraille et Rampono.
Poèmes à propos de contes. Après les fées, ogresses, sorcières et magiciennes du "Pied sur la feuille", magie, ogrerie et sorcellerie du côté des hommes : forgerons, chevaliers, ogres, lutins, enchanteurs... Création Parole à Jouer, mars 2003.
– Il arrive parfois que les rossignols chantent faux d'après le Decameron de Giovanni Boccaccio - 1996 - Traduction, appropriation du texte et adaptation à la scène.
– Du sacrifice présenté comme l'un des Divertissements possibles
1996 - Ed. Théâtr'Avenir. Mise en scène de Michel Cerda.
– Où vas-tu mon gentil petit goûter ? Ecoles des Landes, 1991.
– La Pierre et l'Étoile, 1988/89 - Non encore représenté à ce jour.
– Derrière la Façade, 1986 - Les Théâtres de Cuisine, Pau.
– Lili est restée à Venise, 1985 - Non encore représenté à ce jour.
– Qui ? Monsieur Legros (Comédie Musicale), 1981 - Compagnie de l'Echelle, Pau.
– L'Opéra-Bouffe, 1980 Cie de l'Échelle, Les Théâtres de Cuisine, Pau. Reprise par les Théâtres de Cuisine en juin 2000.
– On serait cachés, 1980 - Compagnie de l'Échelle, Pau.
– Le Soleil a besoin d'un petit déjeuner, 1978 - Compagnie de l'Échelle, Pau.
– Le THéâte Ferranti - Histoire d'un théâtre ambulant, avec Daniel Plazer, récit, éditions La Cause du Poulailler, 2012

Dialogue film
– La veille, Court-métrage, Réalisateur : M. Marin.

Contes radiophoniques
– la Nuit la plus longue de l'année (4 mn)
– Ce qui arriva quand la Neige apparut pour la première fois (4mn)
– le Hadath du Hourat (4 mn)
– Jauna Gorri (4 mn)
– le Couteau de la fée (4 mn)
Diffusion Radio France (France Bleu, nationale et locales, RFI), 2001/2002.

Extraits

« Il était une fois, dans la forêt profonde qui recouvrait la terre, des ber’ de toutes sortes, formes et espèces.

L’un de ces ber’, un jour, observa qu’il avait quelque chose que les autres ber’ n’avaient pas. Observer, c’était déjà penser. Il poussa aussitôt le bruit qui disait cela : man’, et qui signifiait tout à la fois : ça alors, des mains, moi, je pense ! Il se désigna du geste en répétant man’, et poussa un autre bruit en montrant les ber’ qui n’avaient pas de mains : ber’. Puis il s’amusa à faire toutes les combinaisons possibles avec le be et le re, il entendit que le ber’ breuait, et vit que les ber’ et les man’ se déplaçaient dans l’erb.

Comme le jeu était très divertissant et nouveau, il continua, prononça ber’erb pour nommer ce qui ressemble à l’erb, et qui est sur les ber’, même les man’. Il y prenait tant de plaisir qu’il prononça ber’erb plusieurs fois, et tant de fois et de plus en plus vite, si bien qu’à la fin ce qui est sur les ber’ prit le bruit de ber’b.»

Début de : Verbe est l'herbe du printemps, nouvelle, inédit

Et quelques poèmes aussi …

Noir de la nuit
et blanche lune
quelqu’un joue de la flûte
au bord de l’eau.
Même les grenouilles se sont tu.

Au dessus de la ville
Les nuages ont la couleur des pierres.
Dans les fêlures d’or du soleil
Se glissent des oiseaux.

Les villes
Jours permanents
Sans repos
Leurs lueurs
Débordent
Jusqu’au cœur
Des forêts.
Oh nuit
Noir profond
Je t’ai perdue.

Lieu de vie

Aquitaine, 33 - Gironde

Types d'interventions
  • Ateliers en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire