Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Véronique Pittolo

Poésie / Nouvelle

Je me situe dans une écriture hybride, entre poésie et prose. Mon unité est la phrase, le vers remodelé vers une possibilité narrative. J’aime les énoncés, les phrases qui ressemblent à des formules, me permettant de produire des effets de rupture.
Gary Cooper ne lisait pas de livres propose une réinvention rêveuse des films hollywoodiens, questionne l’effet de retour des constructions héroïques sur notre quotidien.
Les mythes m’intéressent comme fictions «éteintes», rebuts de notre patrimoine commun à réveiller, à revisiter (l’ogre, l’acteur, la diva, le héros homérique), ce qui reste d’un personnage qu’on a vaguement oublié, ce qui, dans le folklore, nous rassemble. Dans Hélène mode d’emploi, je déplie le fond commun de la légende pour le replier autrement, proposer un nouveau mode d'emploi du mythe en explorant des icônes actuelles (le Séducteur, la Plus Belle Femme du monde, la Femme qui s'en va).
La Révolution dans la poche interroge l’héritage de la Révolution française par-delà les images d’Epinal. Comment percevons-nous aujourd’hui ce capital symbolique ? La clé USB qui accompagne le livre met en oeuvre une circulation interactive entre histoire de France et médias contemporains (discours de tribuns, exégèses d’historiens, tableaux, photos, clips). Cet objet low-tech est une réponse ironique à la marchandisation de notre société.
En 2012, On sait pour pourquoi les renards sont roux rassemble les poèmes de patients atteints de cancer. Outre la gravité du propos, il s’agit d’une réflexion sur la littérature à travers le croisement de textes d’amateurs et de citations d’œuvres qui ont nourri mon atelier d’écriture à l’hôpital.
La même année, Toute Résurrection commence par les pieds se présente comme un recueil de poèmes critiques qui interroge la place du féminin dans l’art occidental de la Renaissance au XXème siècle.
En 2014, Une jeune fille dans tout le royaume, à travers trois contes contemporains, renverse les codes de l’éducation catholique qui de tout temps ont aliéné le devenir des jeunes filles.

Elue en juin 2013 au Conseil d'administration de la Mel, membre du Bureau de la Mel (trésorière).
Août 2014-juin 2015 : Résidence Île-de-France à la CCAS/CE ED, Caisse centrale des Activités Sociales des personnels des Industries électriques et gazières de Chevilly-Larue, 94. remue.net/spip.php?rubrique755 & www.m-e-l.fr/fiche-residence.php?id=16

Thèmes
Mon souci est d’inventer un mode d’écriture personnel qui correspond à un motif que tout le monde connaît (Schrek, le Chaperon rouge, un acteur célèbre, une cantatrice).
J’aime travailler avec les sensations de déjà-vu, l’inconscient collectif, le patrimoine commun. Produire de la fiction là où il y en a déjà, rénover le plaisir de la fable, prolonger et modifier des émotions esthétiques.
Mes propositions sont censées réveiller quelque chose chez le lecteur, quelque chose qu’il connaît mais qu’il a un peu oublié (Gary Cooper ne lisait pas de livres, Opéra isotherme, Hélène mode d’emploi).
Comment réagir face à un univers encombrés de références ?
Depuis plusieurs années, je pends pour motif le personnage (cinéma, conte, opéra, mythologie), dans cet espace ténu où la fable, le merveilleux s’étaient appauvris. Il s’agit de travailler sur les bribes, susciter de nouvelles directions à partir d’un matériau déjà traité par d’autres.
Le texte sur Hélène de Troie – fiction sonore pour deux comédiens – réactualise le mythe dans le but de susciter des réflexes contemporains à partir de modèles antiques ; Hélène est un paradigme qui pourrait tout aussi bien être Zorro ou Scarlett O Hara, paradigme situé dans une région (origine) fabuleuse, nébuleuse, plus ou moins brouillée. J’ai voulu déplier le fond commun de la légende, le replier autrement, proposer un nouveau mode d’emploi du mythe en explorant des icônes toujours actuelles (le Séducteur, la Plus Belle Femme du monde, la Femme qui s’en va).
J’aime construire des univers étranges qui renvoient au réel avec un éclairage nouveau. Décanter. On peut avoir entendu parler de la Guerre de Troie, mais ça reviendra à la surface avec quelque chose en plus, une compensation poétique.
Je considère mes textes comme une matière vivante à réactiver (lors de lectures publiques, par exemple), dans un présent idéal qui est celui du lecteur, de l’auditeur. L’écriture est avant tout une adresse, un mouvement vers…

Bibliographie

– Montage, éditions Fourbis (1992)
– 29 Poètes françaises, éd. Stock (1995)
– XY ou la Poursuite du Bonheur, Cahiers Ephémérides (1998)
– Héros, éd. Al Dante (1998)
– Schrek, éd de l’Attente (2003)
– Chaperon Loup Farci, éd La Main Courante (2003)
– Gary Cooper ne lisait pas de livres, éd Al Dante (2004)
– Opéra isotherme, éd Al Dante (2005)
– Danse à l’école, éd de l’Attente (2006)
– Hélène mode d’emploi, éd Al Dante (2008)
– Ralentir Spider, éd de l’Attente (2008)
– La Révolution dans la poche, éd. Al Dante (2010)
– Toute Résurrection commence par les pieds, éd de l’Attente (2012)
– On sait pourquoi les renards sont roux, éd Le temps des cerises (2012)
– Une Jeune fille dans tout le royaume, éd de l’Attente (2014)

2004 : Prix de poésie de la SGDL (Société des Gens de Lettres)
2009 : Prix Yvan Goll

Oeuvres sonores et multimédia
Pièces sonores et multimédia.
– Peinture/Ecriture, DVD réalisé avec Bernard Giraudeau, Institut Gustave Rouss 2007
– Peinture/Ecriture à l’hôpital, Sur les Docks,France Culture 2008
– Hélène mode d’emploi, ACR, France Culture 2006 .
– Hélène mode d’emploi, mise en espace, Théâtre au Fil de L’eau, Pantin 2010
– Toute Résurrection commence par les pieds, Perspectives contemporaines, France Culture 2008
– Clé USB Révolution dans la poche, Dicream 2010
– Fondation Ricard, Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon : spectacle/performance Révolution dans la poche 2011
– CinémaTati, Tremblay, performance Et toi aussi tu as des armes 2011
– De tout temps les couples n’ont pas formé un tout, Microfiction, France Culture 2012.
– La Nuit rêvée de…, France Culture, entretiens avec Geneviève Huttin 2013

Ateliers d‘écriture depuis 1995 dans diverses structures
Education nationale
Poètes dans la Classe, l’Ami Littéraire, classes à PAC.
Poésie et Science (Université d’Orsay).
Poésie et Cinéma (Rectorat de Créteil)
Poésie et jeu vidéo (Résidence Vega Conseil Général Seine St Denis).
Ecoles d’art.
Comités d’entreprise (CCAS-EDF, RATP)
Maison d’arrêt. (Villepinte)
Hôpital.
Depuis 2007 Institut Gustave Roussy auprès d’enfants et de patients atteints de cancer.

De 1986 à 1996 critique d’art à Beaux Arts Magazine, Art press, Photographie Magazine.
Publications en revues de poésie : Banana Split, Action Poétique, Nioques, Prétexte, Zone sensible, Espace(s).

Bourses et résidences depuis 1991
Bourse d’encouragement, de création, année sabbatique, CNL.
Résidence VEGA C. Général Hauts de seine.
Résidence Région Ile-de-France (Institut Gustave Roussy 2011, CCAS EDF 2014)

Extraits

Johnny Guitar. (Gary Cooper ne lisait pas de livres)
Ce qui reste d’un nom : son prénom + une mélodie.
Un accompagnement. Du modeste mélo restent le cow-boy et sa belle guitare,
une façon de danser un pas de présence-absence (slow-polka).
Le charme du gentleman placide use l’héroïne tout doucement
mais elle l’ignore. Quand il entre dans le bar, elle pense
“il m’arrive quelque chose”, ou encore “je me souviens”.
Johnny a retrouvé son chemin par le bruit des cascades,
il aurait pu s’appeler Johnny L’Oasis mais pas Jean La Forêt.
Américain, il l’est par sa peau empoussiérée, la panoplie en daim jaune
(foulard flottant et pistolets qui sentent le plastique.)
Les armes brillent sur la diligence brûlée.

La Révolution dans la poche
A chaque époque correspond une aliénation, à chaque aliénation,
son émancipation.
Celui qui se lève tôt par obligation entre dans les statistiques du révolutionnaire légèrement endormi.
Il se dirige vers une bouche de métro (lent travelling suivi d’un zoom saccadé).
La journée entière, il tient le coup, entre un patron et une machine à café.
A quel degré d’anesthésie la révolution est-elle greffée dans le cerveau
du citoyen ?
A quel moment le JE va-t-il se fondre en NOUS ?
Un NOUS qui signifie grèves, débrayages, hauts parleurs Gare de l’Est ?

L’énergie du matin existe comme un temps inaliénable jusqu’à midi.
Le sentiment pénible tombera à 18h lors du retour à la maison
(correspondance Gare du Nord).
Le silence des existences à quatre mètres sous le sol est-il acceptable ?

Au stade de la revendication, il y a de vrais désirs et de grands enjeux,
il y a cortège, grandes gueules, nez bouchés, Lénines de Prisunic à la sortie
du métro.
Il faut l’énorme immobilité du leader pour entraîner un groupe
(regardez Danton).
Il faut un mouvement primitif, exotique, décapant.

(Le réveil sonne à 6h30, vous attendez au lit, et vers 7h, dans la cuisine,
vous n’avez pas encore conscience de l’aliénation).

Ma bibliothèque

Proust, Gombrowicz, Hubert Lucot... Nathalie Quintane, Elisabeth Jacquet...

Lieu de vie

Ile-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire