Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Vincent Motard-Avargues

Poésie / Nouvelle / Fictions
photo Vincent Motard-Avargues

Né le 15 juin 1975 à Bordeaux, où vit et travaille musique, textes et images ; a créé la revue Ce Qui Reste ; codirigé la revue Recours Au Poème ; écrit des chroniques et critiques pour diverses revues.

http://sipeutout.fr/
Bibliographie

Photographie
- “Radicelles”, avec les poèmes de Murièle Modély, éditions Tarmac, 2019
- couverture et intérieur revue Décharge n°169, 2016
- couverture et intérieur revue Paysages Ecrits n°26, 2015
- Couverture du livre de Murièle Modély, “je te vois”, éditions du Cygne, 2014
- couverture de la revue Les Tas De Mots n°14, 2013
- couverture du livre “un écho de nuit”, éditions du Cygne, 2011

Peinture
- couverture du livre “Je de l'Ego”, éditions du Cygne, 2015
- couverture de "Leurs mains gantées de ciels”, éditions Encres Vives, 2012

Anthologies
- “le chant du Cygne”, éditions du Cygne, 2020
- “Gros textes 47”, éditions Gros Textes, 2020
- “Traverser”, éditions de l’Aigrette, 2020
- “Duos”, revue Bacchanales, maison de la Poésie Rhône-Alpes, 2018
- “Dehors”, éditions Janus, 2016
- “Visages de la poésie, vol.6”, éditions Rafael de Surtis, 2014

Nouvelles :
- “Fugues en rives anonymes”, éditions la Ptite Hélène, 2020

Poésie :
- “Carnets d'un plongeur sec”, éditions Gros Textes, 2019
- “La chair de la pierre”, éditions Inclinaison, 2018
- “(im)permanence”, éditions Encres Vives, 2015
- “Recul du trait de côte”, éditions de la Crypte, 2014
- “À ce qui est de ce qui n'a”, éditions Encres Vives, 2013
- “Si peu, tout”, Éclats d'encre éditeur, 2012
- “Le village retrouvé”, éditions Encres Vives, 2012
- “l'Alpha est l'Oméga”, -36° éditions, 2011

Livre d’artiste :

- “Où poser ses ombres ?” avec les peintures de Choupie Moysan, galerie MT, collection L3V, 2017
- “Mémoires du soleil”, photos avec les poèmes de Sophie Brassart, galerie MT, collection L3V, 2016
- “ToiMoi”, avec le collage de Ghislaine Lejard, collection les riches enveloppes, série 54, 2016
- “De l'oubli des rives”, avec les peintures de Sophie Brassart, galerie MT, collection L3V, 2015

Fiction :
- “Je de l'Ego”, éditions du Cygne, 2015
- “Leurs mains gantées de ciels”, éditions Encres Vives, 2012
- “Un écho de nuit”, éditions du Cygne, 2011

Extraits

"L’automne, enfin… L’automne sent les feuilles qui pourrissent dans les jardins publics, quand les oiseaux désertent les plaines ; quand les touristes travaillent, chez eux, pour l’an prochain ne plus travailler deux trois semaines estivales ; quand la pluie - mi froide mi-chaude - vient s’infiltrer et flirter partout avec le corps, dans le corps… L’automne, ce synonyme du nettoyage, grand coup de balai des petites mauvaises odeurs toutes faites, trop senties, que j'espère voir disparaître, avant même qu’elles viennent au monde… Ces odeurs - rapidement putrides - de l’amour, de la joie, du farniente forcé des grandes vacances… Tout ce que je vomis est détruit par l’automne, que je déguste chaque année, comme d’autres les premières fraises ou les premiers melons… La seule saison où tout semble fonctionner normalement : le corps est à sa place, le désir aussi, la frustration itou… L’automne, équilibre tant attendu… Si vite disparu."
"L’automne qui me tombe sur le crâne, cette année, puis coule le long de mon cou, s’insinue sous mon manteau, longe la colonne vertébrale qui tremble, frissonne, fait vaciller la droiture du corps, m’oblige à me resserrer sur moi-même, à me blottir contre le vent, à me lover contre l’absence."
"L’automne de la mort du père… Lui qui aimait tant cette saison. Me l'avait fait aimer. Adorer. Vénérer… Chaque année à attendre la mi-septembre, pour que les jours déclinent lentement mais sûrement… Puis octobre, et enfin novembre… La force impénétrable de ce mois. La violente jouissance de ces jours… Tout le banalement beau qui explose, se réduit en miettes, s’éparpille, avalé par les caniveaux de la vacuité, laissant visages blêmes et regards livides des quidams tomber lentement vers l’assassin obsédé sexuel qu’est l’hiver !"

in "Fugues en rives anonymes", éditions la Ptite Hélène

*
* *


"Des années après
il restera toujours
ce message sur le répondeur

sa voix
annonçant un retard

définitif.

... / ...

Elle a pris les mesures
acheté des tissus
puis travaillé

elle a fait des essais
retaillé la coupe

elle a été fière.

... / ...

Elle parle
au téléphone
elle dit

il rit
alors

ils sont

ils vivent

alors
il pense

elle dit
au téléphone
elle rêve."

in "La chair de la pierre", éditions Inclinaison


*
* *


Il mordait le temps
pour échapper au silence

en bruissant les heurts
et tentant de meubler l’absence rouge

Noé Vida
et son horizon
vertical

*

À force de
torturer ses
doigts
via un bout d’encre
et une table de papier

Noé
enfin
parle

*

Jour
après
jour
après
jour

la ligne discontinue du présent
la flèche aveugle du quotidien

Nuit
après
nuit
après
nuit

le silence fait naître

les mots
à ne jamais prononcer

*

Noé ne voit plus son image
dans le miroir
mais celle d’un autre

à nouveau

Noé Vida
n’est plus
Noé Vida

(jamais existé
oui)

in "Je de l’ego", éditions du Cygne

Lieu de vie

Nouvelle-Aquitaine, 33 - Gironde

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Rencontres en milieu scolaire