Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Valérie Clo

Roman / Nouvelle
photo Valérie Clo

Née en 1970, Valérie Clo vit en région parisienne. Elle a fait des études scientifiques et de communication. Elle est l’auteur de sept romans.

http://www.facebook.com/valerie.clo.7
Bibliographie

Romans
– Une vie et des poussières, éditions Buchet & Chastel, mars 2020
– La Tyrannie des apparences, éditions Buchet & Chastel, avril 2015
– Les Gosses, éditions Buchet & Chastel, 2013, éditions Le livre de Poche, juin 2014
– Plein Soleil, éditions Buchet & Chastel, janvier 2011
– Amours et cha-cha-cha, éditions Calmann-Lévy 2004
– Encore un peu de Patience, éditions Petrelle 2002, éditions J’ai lu 2003
– Papa bis, éditions Petrelle 2000, éditions Point virgule 2002

Extraits

Extrait "Les Gosses":
"Depuis qu’il est ado, mon fils est toujours allongé. Je ne le vois jamais debout. Assis, oui, quand il est table avec nous, et encore je suis gentille, avachi serait plutôt le mot exact. Le reste du temps, il est affalé en travers de son lit, bien calé avec tous les coussins qu’il a pu trouver dans la maison, son ordinateur portable posé sur sa table de chevet. Ou bien il est étendu de tout son long sur le canapé, devant la télé, son ordinateur sur les jambes. Un jour, je l’ai même trouvé allongé sur le sol de la cuisine. En l’enjambant, je lui ai demandé ce qu’il faisait par terre ? Il m’a répondu, je réfléchis. Quand je fais remarquer à mon fils qu’il est toujours allongé, il me rétorque qu’il est crevé, et puis, quand il se lève, il a la tête qui tourne. Avec son père, on est très inquiets. C’est pas possible, cette fatigue. Son père pense que c’est la fumette. Moi, je crois plutôt qu’à force d’être allongé, son cerveau finit par être mal irrigué."

Extrait "Plein Soleil"
"Pendant longtemps, mon père a été une tombe laquée noire qu'on m'emmenait de temps en temps visiter. Je n'ai de souvenirs de mon père que de sa tombe, des pleurs de mes grands-parents qui coulaient dessus et de mon absence de sentiment. On me disait, c'est ton père, va embrasser sa photo...Voilà, j'étais la fille d'un mort. Ma mère avait embrassé un mort et m'avait conçue avec. Quand je pensais à mon père, je voyais cette tombe perdue au milieu de centaines d'autres, immobile, glacée, fidèle à elle-même en toutes circonstances, dans la nuit, en plein soleil, ou recouverte de neige. Toujours le même calme, toujours la même inertie pendant que moi, je me débattais au milieu des vivants."

Lieu de vie

Île-de-France, 92 - Hauts-de-Seine

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers d'écriture en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire