Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Renée Elkaïm-Bollinger

Récits
photo Renée Elkaïm-Bollinger

De vive voix. Je vous le dirai de vive voix. Je l’écrirai de vive voix. Radio et écriture c’est tout un. Du micro à la page. Ecrire comme on parle, parler comme on écrit, et passer doucement ou brutalement de l’un à l’autre, quel rêve ! Bousculer la langue tantôt familière, tantôt précieuse, quelle liberté ! Ne pas mâcher ses mots, mais les mordre !
Quand on écrit, on peut être silencieuse, ou bien pratiquer « le gueuloir » comme Flaubert, ou bien chuchoter comme font les comédiens en studio pour apprivoiser leur texte.
Renée Elkaïm-Bollinger a été comédienne, professeur de lettres, professeure de « Mise en ondes » à l’Ecole Louis Lumière, et chargée de mission culturelle au ministère de l’Education. Journaliste, productrice, elle est l’auteure de plusieurs émissions « élaborées » sur France-Culture, littérature, anthropologie, histoire, cinéma, portraits, reportages, documentaires, comme DE BOUCHE A OREILLES, (Saveur, savoir, savoir-faire) sur la nourriture désirée.. (écrivait Roland Barthes), car la langue qui parle coïncide avec la langue qui savoure et raconte sa succulence .

Bibliographie

Publications
– Alphabet comestible, aux éditions Menu Fretin, œuvre qui a obtenu la bourse d’écriture « Brouillon d’un rêve », de la SCAM.
– Un zouave sur le front, aux Editions de Paris, avec une préface de Pascal Ory

Projets en cours
Recherches et interventions autour du thème de l’Hospitalité/ Amulettes ou les croyances intimes/ Littérature cuisinée/ Vivre sans permis / Alphabétisation des migrants et exilés.

Revues
Magazine Littéraire/ Cimaises / Les cahiers de la gastronomie/Textuel.

Types d’intervention
Organisation de rencontres et de colloques : Centre Pompidou/Maison des Ecrivains/Festival des Etonnants Voyageurs.
Interventions au Collège de France, au Colloque International de Bakou.
Ateliers d’écriture universitaire à Chichiliane.
Enseignement du français en Suède.

Extraits

L’écorce est mince, sèche, dure, ivoire rougeâtre. La lame dérape, entame la couronne, blesse les grains mis à nu. La peau de la grenade, Pline l’avait appelée « cuir de pomme ».
L’épluchage des fruits se faisait à l’occasion d’une fête, en octobre, dans la cuisine rouge. Après chaque grenade décortiquée, ma mère regardait ses mains tachées ; elle soulevait ensuite les membranes claires du fruit pour libérer les essaims de pépins de leurs alvéoles. Pépins ou grains ? On hésitait. La grenade est grenue.
Parfois, il restait entre les arilles, des morceaux de cuir acide qu’on recrachait en soufflant.
extrait de Grenades ou Pommes Puniques in ALPHABET COMESTIBLE.

Au milieu du jardin, sur la gauche, derrière le figuier, il y a la tranchée que tu as creusée, il y a quelques temps. Etroite, allongée, herbue, on la voit à peine. Elle touche presque une vigne en espaliers. Une tranchée, c’est un abri, on s’y réfugie en cas de danger. Un jour, on entend le hurlement de la sirène ; c’est long, ça se déploie dans les oreilles, comme un long serpent puissant qui vibre fort, très fort, très très fort, palpite, s’étire et puis se calme lentement ; et à la fin, on tend l’oreille pour entendre encore le bruit qui va mourir, et même peut-être, on l’imagine pour ne pas le perdre.
extrait de En premières lignes, in UN ZOUAVE SUR LE FRONT.

Ma bibliothèque

Louise Labé/Pline l’Ancien/Colette/Italo Calvino/Apollinaire/Laurence Durrel/Roland Barthes/Bashô/Francis Ponge /Maryline Desbiolles/ Christine Montalbetti /Marina Tsvetaieva / Clarice Lispector/ La littérature Japonaise et Argentine

Lieu de vie

Île-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques