Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Marianne Bélis

Roman / Essais
photo Marianne Bélis

Marianne Bélis est une ressortissante roumaine de nationalité française, établie en France depuis 1987. Elle a enseigné dans des écoles d'ingénieurs à Paris, dans le domaine de l'électronique, de l'informatique et de l'intelligence artificielle. Son intérêt pour le domaine de l'intelligence artificielle et pour la philosophie des sciences lui a permis de participer à des congrès partout dans le monde avec des communications originales.
Malgré ses préoccupations scientifiques, elle a consacré une partie notable de son temps à la littérature, autant pour lire que pour écrire. Issue d'une famille de roumains lettrés, aimant la littérature et la langue française (son père a publié en France), elle a hérité d'un penchant qui s'est affermi au cours des années et s'est donné libre cours une fois qu'elle est arrivée en France et a acquis une situation stable.
Ses deux premiers ouvrages ont une facture hétéroclite, présentant sous une forme littéraire des concepts scientifiques. Ce n'est qu'avec le récit "Cette grande lumière à l'Ouest" (L'Harmattan, 2003), que l'auteur accède définitivement au domaine littéraire en racontant des fragments de sa propre vie sur fond d'Histoire.
Enfin, "Le chant des Parques" (L'Harmattan, 2010), est un roman qui met en relief la part incontrôlable de nos actions, les personnages étant ballotés par les remous de l'Histoire et par l'influence mystérieuse des Parques. Celles-ci se font entendre dans les moments clé de la vie de chacun. Le texte est parsemé de poésies originales qui font ressortir les sentiments complexes des personnages.

Bibliographie

Bibliographie littéraire
(les publications scientifiques n'intéressent pas ici)
– Communication, Eyrolles, Paris, 1988
– Comment cerner le hasard, Supinfo Press, Paris, 2001
– Cette grande lumière à l'Ouest, L'Harmattan, Paris, 2003
– Lumina occidentului, Cartea Romaneasca, Bucuresti, 2004
– Le chant des Parques, L'Harmattan, Paris, 2010
– Cantul Ursitoarelor, Editura Noua, Bucuresti, 2010

Extraits

Extrait du récit "Cette grande lumière à l'Ouest"
Et me voilà, en ce soir de décembre 1986, me promenant toute seule sur les Champs Elysées. Toute seule, car ma famille était restée à Bucarest et mon mari devait se trouver quelque part en Europe, en train d'accomplir le même exploit: s'évader. Et soudain, la beauté des lieux, l'étrangeté de la situation, le hors temps que je vivais, réveillèrent en moi de vieux souvenirs, du temps où tout cela n'était qu'un rêve. Je revis mes anciens doutes, mes angoisses précédant le départ, mon désir inassouvi de liberté et d'un coup cette sensation de liberté m'envahit comme une lame de fond, irrésistible. Je me sentais heureuse et fière...Et je me rappellerai toujours que c'est ici, en plein désarroi, dans l'inquiétude des premiers pas vers une vie nouvelle, que j'ai ressenti pour la première fois, l'exaltante ivresse de la liberté.

Extrait du roman "Le chant des Parques"
Elle revoyait chaque instant de cette nuit incroyable quand elle avait connu l'amour, cette nuit qu'elle attendait depuis longtemps et qui était venue de façon tellement imprévue qu'elle se demandait si elle n'avait pas été le jouet de forces inconnues qui l'avaient manipulée. Elle se rappelait l'ivresse qu'elle avait connue dans ses bras, l'odeur de sa chair, les gestes nouveaux que l'amour lui avait appris à faire, le repos de leur corps moites et repus qui continuaient à s'embrasser en rêve. Qu'allait-il se passer maintenant? Pourra-t-elle garder un tel secret face à sa mère qui la connaissait si bien, qui devinait ses moindres pensées?...Non, se dit-elle, il faudra, coûte que coûte, que je garde ce secret. Ce serait trop dur pour ma mère, elle ne s'en remettrait jamais.

Lieu de vie

Île-de-France, 75 - Paris

Types d'interventions
  • Rencontres et lectures publiques
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Résidences