Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Anne Blayo

Poésie / Essais
photo Anne Blayo

L’écriture, ma circonstance d’existence.
Éconduite en hypokhâgne, au lycée Lakanal : « Ici on forme des professeurs, pas des poètes. »
Reconduite à la Sorbonne Nouvelle : « Vous écrivez comme Tel Quel (en 1975). Vous frôlez l’incommunicable. Il ne s’agit pas de vous éduquer mais de vous convertir ! »
Apnée. De Charybde en Scylla. Déflagration. Travail de ma langue .Lent temps- long temps. Errance chaotique, poétique. Persévérance. Cette part, irréductible. Scansion de textes inédits. Puis une concession. Sortie de l’ellipse. Essayiste alors. Je serais publiée, et cette page.

Thèmes
L’intuition esthétique conduit tous les thèmes que j’aborde.
Les sujets qui m’interpellent dans le domaine des arts me portent à écrire des essais.
En poésie, tant la condition humaine que l’être de langage m’insufflent la volonté de dire.
J’ai aussi, toujours en parallèle, développé une pratique artistique tant picturale, graphique que photographique. Ma pensée créatrice s’étayant de tous ces univers.

Bibliographie

Essais d’esthétique, Beaux Arts, Sociologie études sur la jeunesse
– Le néon dans l’art contemporain, Obscure clarté, 2006, L’art en bref, L’Harmattan.
– Chorégraphie-calligraphie, Danse-Pensée, 2011 L’Harmattan
– Miniatures, sur le vif dans une infirmerie scolaire, 2011, L’Harmattan
– Vers la flamme. Virtuoso, sempre più frenetico. Essai sur Christophe Bertrand dans l’ouvrage : Christophe Bertrand - Ecrits, entretiens, analyses et témoignages, Dir. Olivier Class, 2015, collection du Gream "Création contemporaine", éditions Hermann

Poésie
Dans la revue : « Comme en poésie »
Numéro 31, septembre 2007
Numéro 33, mars 2008.
Numéro 38, juin 2009
Numéro 60, décembre 2014

Création d’un atelier poétique et arts plastiques en bibliothèque de 1979 à 1982, Paris.
Collaboration avec une chorégraphe en danse contemporaine de 2005-13, Association Les Arts Mêlés Capbreton.

Résidence d’écriture
Les Avocats du Diable à Vauvert, février 2015

Radio
Participation à une émission sur France Culture le 09.10.2012 dans L'Atelier de la création Néon-Néon.

Extraits

Le néon dans l’art contemporain, obscure clarté, L’Harmattan, 2006, (extrait de la préface) :

Il y a un siècle encore, j’eus, à la flamme d’une chandelle, soumis les ombres de mes lettres sur la page. Aujourd’hui, somnambule, je médite longeant la kyrielle « mescalinienne » des enseignes au néon, qui survolte dans ses rets la nuit, brasillant alors.
Une vision émulsionnant mes rêves, je me perçus survolant la voûte d’un pont au tablier de vitrail et cette mosaïque de couleurs fusionna tous ces paysages diaprés.
Aussi, réconciliant en cet arc-en-ciel et la Voie lactée et nos guirlandes saturées d’éclairage artificiel, trouvais-je l’origine de ce travail.
Tandis que le feu naturel à travers les siècles ensorcelait les nuits, ponctuant chandelles, auréolant flambeaux, éclairant lampes, incendiant foyers, ce sont les lumières électriques qui aujourd’hui s’unissent à l’imaginaire et clignotent quand le soleil décline, quand la nuit, métaphore du dédoublement de l’être entre hallucination et vision, monte.
J’en vins à me questionner : ces premières lumières avec lesquelles les peintres du XVIIe, âge d’or des Nocturnes, travaillaient, ont-elles un lien avec celles particulières des néons, que nombre d’artistes utilisent dans leurs œuvres ?
Si nous lisons les Nocturnes du XVIIe siècle sous un éclairage spirituel et religieux, au XXe siècle qu’en est-il ? La spiritualité de la lumière s’est-elle seulement transmuée dans ces œuvres de néon, en lumière spirituelle, au sens pris au pied de la lettre de « qui a de la vivacité, qui sait briller et plaire » ou, en une spiritualité moderne qui réfléchirait l’histoire de la nuit insondable, en art.
Comme Prométhée, les artistes dérobent le feu urbain pour le donner à l’art, le mettre en lumière ou en abîme.
Des ombres, ces fantômes blancs de la nuit, ont rodé en mon esprit. Très subjectivement ce sujet s’est esquissé, son rythme s’est intuitivement développé.

Poésie été 2012, (inédit) :

Sclérose
la stèle brûlante
les statues sont à abattre
Feu de joie
les silex se frictionnent
la gravure fossile
se lit à l'envers
les miroirs totalitaire des fanatismes s'entredévorent,
qui parle de liberté ?
La kalachnikov est automatique, à répétition
elle dribble
les lois
détour
séduction primitive au totem
ils l'y ont accrochée.

Lieu de vie

Nouvelle-Aquitaine, 40 - Landes

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire