Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Florence Lhote

Roman
photo Florence Lhote

Je suis un jeune auteur mais je n’aime pas trop parler de moi. J’en dis déjà assez quand j’écris… alors je laisse à l’éditeur de mon premier roman le soin de me présenter:

Née à Metz, Florence Lhote a étudié les lettres, avant son passage dans l'Armée de terre. Diplômée de l'Ecole militaire de Saint-Maixent, elle a travaillé dans le milieu journalistique et comme professeur. Un parcours atypique pour ce jeune auteur qui nous interpelle avec ce premier roman.

J’écris beaucoup et dans des genres différents (théâtre, roman). J’ai éprouvé le besoin de me mettre à la nouvelle aussi, il y a peu. Pour l’instant, très peu a été publié. J’ai une exigence très grande envers mes textes, ils doivent « sonner » et « résonner » en moi longtemps. En ce moment, le roman me convient bien. Il est à juste titre « polyphonique » pour reprendre l’expression à Bakhtine et entretient des liens ténus avec tous les genres, il tisse sa toile de fiction polychrome et nous expédie cul par-dessus tête. Pour faire œuvre de fiction, je me sers de tout et surtout du réel. Les dialogues de mes personnages m’occupent beaucoup car ils doivent exprimer la façon dont les gens « occupent » la communication, par des silences, par un trop-plein de paroles, par la distorsion, par des coupures. Je m’intéresse à tout et tout particulièrement à l’attente, à l’espoir, aux intrications amoureuses, à la frustration, à toute la vie dans sa quotidienneté…

Bibliographie

– Vierge à trente ans, (roman) éditions Souny, 2009

Extraits

Extrait :
Incipit de Vierge à trente ans

« Je n'ai pas choisi d'être seule, abstinente non plus. Les choses se sont imposées d'elles-mêmes... enfin si on veut... Je n'ai pas choisi d'être vierge à presque trente ans... non plus. Ça fait sourire, hein ? Je me fous des qu'en-dira-t-on. L'échec de ma vie sentimentale n'est pas de mon fait, n'est pas à imputer à une supposée laideur ou encore à une erreur de parcours. Moi, dans la vie, j'ai toujours fait ce qu'on m'a dit. J'ai tout «réussi», alors je ne m'explique pas... comment dit-on qu'on n'a pas d'amis, que vos parents sont vos uniques compagnons, votre seule bouée de sauvetage ? Vous vous y accrochiez, petite, vous vous blottissiez en leur sein, en leur antre fécond de protection, et vous leur êtes encore plus présente, indispensable, vos trente années grisonnantes passées. Comment exprimer l'incongruité de la situation ? Est-ce que vous emmerdez votre monde, pour parler vrai donc trivialement, dès que vous évoquez le sujet ? Cette conversation ne se lie que de vous à moi par un doux intermède différé d'écriture. Elle ne se crie pas, ne se chuchote pas plus et ne se «dit» encore moins. Aucun homme ne s'est repu de mon corps, ne l'a fouillé, ni même ne l'a cher¬ché. Pas même embrassé ou ne s'en est approché. J'en tire une certaine fierté, moi au moins on ne m'aura pas eue... Pas comme toutes ces petites traînées de bas étage qui courent les rues. »

Lieu de vie

Lorraine, 57 - Moselle

Types d'interventions
  • Ateliers en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire