Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Kazem Sharhryari

Poésie / Théâtre / Contes
photo Kazem Sharhryari

Poète, dramaturge et metteur en scène, directeur artistique de l'Art Studio Théâtre, directeur des Collections “Théâtre des 5 Continents” et “Création/Réel” aux Editions L'Harmattan.

Déterminé à chanter la liberté par le biais du théâtre, il s’est installé dans un petit lieu qu’il a entièrement refait, l’Art Studio Théâtre. Loin des théâtres parisiens consacrés, il écrit, met en scène et joue parfois lui-même. Cet espace accueille aussi des comédiens qui viennent s’y former. Kazem Shahryari n’a pas besoin de faire du théâtre engagé puisque « le théâtre est un parti en soi ». Il se bat (entre autres) à travers ses actions théâtrales, pour combattre la xénophobie, le racisme, l’ignorance. Attaché à faire vivre la mémoire, à mettre en mots et en scène la souffrance, l’exil, l’oppression, l’injustice dans le monde, ses spectacles sont le reflet et l’écho des urgences de notre temps : le parcours de Kazem, son talent de poète créent une scène de liberté qui explore les coulisses de l’âme humaine.

Kazem n’a pas choisi l’exil mais il a certainement choisi un jour d’habiter la langue française. Depuis, il y invite tout le monde. Poète, il s’invite dans les appartements avec ses musiciens pour des concerts-poèmes. Familier des ateliers d’écriture dans les lycées, collèges, associations socioculturelles, le voilà nommé « écrivain d’utilité publique » à la Courneuve où il est en résidence. Il rencontre des jeunes qui ne fréquentent pas beaucoup les livres et les théâtres, des bavards intarissables ou des femmes qui doivent se débrouiller au quotidien avec une poignée de mots d’usage. Après, c’est presque pour tout le monde pareil : trois quatre mots ça peut déjà se mettre en jeu. Kazem le sait. Il l’a fait quand il a débarqué ici. Alors on le croit. Et ça marche. A chaque succès de ce dialogue, naît une ligne, un vers, et parfois un poème, un poème écrit dans une nouvelle langue, une langue que cette petite communauté aimerait faire entendre, une langue qu’elle aimerait partager. D’où l’importance de la publication des poèmes nés de cette rencontre. Dans les ateliers d’écriture de Kazem Shahryari, il n’y a pas un créateur mais plusieurs. La langue n’est ni un outil, ni un véhicule, elle ne transporte pas les idées, mais elle les crée… Kazem accompagne chaque atelier d’écriture jusqu’à l’édition voire la scène, avec l’organisation de concerts poèmes.

C’est d’un même mouvement que Kazem accoste création et partage, tissant des fils entre sa propre recherche et celles qu’il accompagne. Ce temps de la création collective et populaire nourrit son imaginaire tandis que, pour nous, spectateurs-acteurs, cette communion vécue et retrouvée où il ne s’agit pas de comprendre par l’effort de la pensée mais de ressentir au-delà même du mot et de l’intelligible, comme une cure de jouvence, opère en nous une révélation.

http://www.artstudiotheatre.org
Bibliographie

Théâtre
– L'Automne précoce, L'Harmattan, janvier 2010 "Théâtre des 5 continents".
– Couleurs de Femmes - L’été
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents", 127 p. (2006)
– Départ et arrivée (avec le soutien du Centre National du Livre)
Kazem Shahryari et Dermot Bolger,
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents",127 p. (2004)
– Au revoir et bonjour Monsieur Brecht - Pâle comme la lune
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents", 95p. (2001)
– Le secret de Shouane
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents", 68p. (1999)
– Parle-moi du soleil et des oliviers
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents", 107p. (1997)
– Aller/Retour
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents", 92p. (1995)
– Sans la voie lactée
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents", 125p. (1995)

Essai
Portrait dramatique
– L’Utopie dans le Théâtre Contemporain
L'Harmattan, "Collection Création/Réel", 279 p. (2006)

Poésie
– Mémoire Nue
L'Harmattan, "Poètes des 5 continents", 96 p. (2006)
– Qu’as-tu vu voyageur
Chez Cogito « Poesis-Bilingue » (Roumanie), 150p. (2005)
– L'avenir en feu
L'Harmattan, "Poètes des 5 continents", 160p. (2000)
– Les cendres de l'amour
L'Harmattan, "Poètes des 5 continents", 101p. (1997)
– Le voyage l'emporte
L'Harmattan, "Poètes des 5 continents", 124p. (1995)

Il assure la rédaction en chef de « La figure des héros dans la création contemporaine » (L’Harmattan, Collection Création/Réel à l’occasion des Rencontres Charles Dullin en mars 2002)
1999 : Premier prix du Festival International de Poésie (Oradea-Roumanie)

Recueils de poésie publiés à l’issue des ateliers de création
chez l'Harmattan
– Symphonie du désordre, (2000)
– Personne à qui le dire, (2000),
"Education Nationale"
– Conseils de la Cigogne, (2003),
– Passion, (2006),
–La Cour Neuve, (2008),

Extraits

Mémoire Nue L'Harmattan, "Poètes des 5 continents", 96 p. (2006)
Qu’as-tu vu voyageur ?

J’ai vu la danse de l’été
Des vagues de vapeur envoûter la terre
Puis j’ai entendu
La voix de la pluie arrosée du sang de la nuit
(…)
Qu’as-tu vu voyageur ?
J’ai vu mes mains truffées de lettres
Des syllabes courir de mes yeux
Un volcan de débris de battements de souche s’étendre
Un filon de sang cristallisé du quartz composé exclusivement d’émotion
Des mots pur feu embraser l’antarctique de la raison
Puis j’ai entendu
La voix d’un poème
(…)
Qu’as-tu vu voyageur ?
J’ai vu l’océan se vider
De sa substance d’azur
En spirale il enfilait les astres
Puis j’ai entendu
L’écho de ma pensée dans le vide
(…)
Qu’as-tu vu voyageur ?
J’ai vu Dieu
Tenir une corde en brin de paille
A son bout pendre un poète
Pour un temps infini
Puis j’ai entendu
La voix du temps à l’infini à l’infini à l’infini


Couleurs de Femmes - L’été
L'Harmattan, "Théâtre des 5 continents", 127 p. (2006)
ZEK :
Tu t’es éloignée du feu ? Tu as bien fait fillette. Quand j’ai vu le feu, je me suis dit que quelqu’un allait venir… Je suis allé voir là-haut les dégâts qu’on a… De toute façon il y a le feu chaque année, maintenant, et chaque année il y a une personne qui trouve son chemin pour me rendre visite… il y a le feu partout. Autour de nous… ils s’en occupent, eux, de mettre le feu… On ne peut plus s’échapper, nous autres ! N’est-ce pas ? Il faut que l’on ait un peu le courage de se le dire. C’est une nouvelle ère pour les gladiateurs, les mercenaires… Rome dans la poche et dans la boîte crânienne ! Je te le dis, moi, c’est une mauvaise ère… Une mauvaise ère qui souffle sur des braises et qui ranime des martyrs… On est capable de se lyncher pour un accessoire sans intérêt… Regarde ! Ils brûlent tout ! Ils font des routes, disent-ils, pour apporter quelques barils de pétrole à des prix follement raisonnables… Et nous regardons le ciel noir, alors que tombent les cendres de nos ancêtres, nos voisins et nos prochains. Nous ? Nous attendons, sous une pluie noire de cendres brûlées, les yeux cloués au ciel et nous entendons un peu plus loin des hurlements d’hommes qui tombent de ponts qui s’effondrent, et des voix déchirantes qui griffent le visage effacé de dieu… Dieu existe, entre les gladiateurs et les martyrs, dans une pluie noire pour donner de l’eau au moulin ! De qui ? De quoi ? Nous sommes tous dedans… Ils nous ont tous souillés… Nous n’avons plus de temps pour enterrer tous ceux qui tombent. Alors on ne croit plus à rien… Chaque jour, il y aura encore davantage d’hommes qui tomberont… jusqu’à ce que coulent dans nos veines des cendres noires, au lieu de sang…
Il danse.
Un homme n’est rien. Un homme n’est rien, mais mille c’est déjà une ville…
Qui va s’en souvenir ? Toi, petite ? Tu t’en souviendras ? Oui ?
Un homme n’est rien. Un homme n’est rien…
De quoi te souviendras-tu ? De quoi ? De moi ou de la terre brûlée qu’on a dans le crâne… là-dedans…
Un homme n’est rien. Un homme n’est rien, mais mille c’est déjà une ville…

Lieu de vie

Île-de-France, 93 - Seine-Saint-Denis

Types d'interventions
  • Ateliers d'écriture en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers d'écriture en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire