Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Marina Skalova

Poésie / Traduction
photo Marina Skalova

Marina Skalova est née à Moscou en 1988. Elle a vécu en France et en Allemagne, avant de s’installer en Suisse en 2013. Elle est lauréate du Prix de la Vocation en Poésie 2016 pour le recueil bilingue Atemnot (souffle court), paru chez Cheyne éditeur.
Marina Skalova anime régulièrement des ateliers d’écriture, notamment avec des demandeurs d’asile. Elle a créé Silences de l’exil avec la photographe Nadège Abadie, un projet artistique qui interroge la migration à travers la langue et l’image.
Elle travaille comme traductrice de l’allemand et du russe.
Pour la saison 2017/2018, elle est auteure en résidence et dramaturge de saison au théâtre Le Poche/GVE, à Genève.

© Wiebke Zollmann

Bibliographie

Publications
– Atemnot (souffle court), Prix de la Vocation, Cheyne éditeur, Chambon-sur-Lignon, 2016
– Amarres, L’Age d’Homme, Lausanne, 2017
– Silences de l’exil, avec Nadège Abadie, éditions d’en bas, Lausanne, 2017 (à paraître)

Traductions littéraires
– Katja Brunner, Change l’état physique de ton chagrin, L’Arche éditeur, 2017
– Ernst Barlach, Boll le bleu, avec René Zahnd, Editions théâtrales, 2017
– Dea Loher, Pays sans paroles, L’Arche éditeur, 2015

En revues littéraires francophones, dont Remue.net, Libr. Critique, N47, Contre-Allées, Décharge, Le Courrier...

Extraits

« Notre corps, il est déjà assez peuplé, il est traversé par des intestins qui sont presque aussi longs que le tunnel qui mène de Calais à l’Angleterre, notre corps, il n’a pas besoin de la misère des autres, il a déjà assez de manques qui le font souffrir, des manques de fer et des manques de zinc, des manques de minéraux et des manques d’amour, il n’a pas besoin de la guerre des autres, il a déjà des globules rouges et des globules blancs, qui se bousculent à l’intérieur comme l’armée blanche et l’armée rouge à l’époque de la révolution russe, sauf qu’aucun des deux camps ne croit au salut, personne ne croit à la fin de l’histoire et à l’Eldorado des corps nus dans les prairies, tout le monde sait qu’ils vont s’exterminer, se déchiqueter et s’exterminer. »
(Exploration du flux, Remue.net, 2016)