Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Les écrivains / adhérents

Mario Urbanet

Poésie / Contes
photo Mario Urbanet

J’ai grandi dans une famille venue d’Italie en 1929. On y parlait le Frioulan, à l’exception de ma mère et de mes grands-parents maternels, qui étaient Français. J’ai ainsi bénéficié de deux sources de culture. L’occupation allemande, la Guerre d’Algérie, divers métiers et un fort engagement citoyen m’ont appris l’essentiel sur la vie. Mais les livres m’en ont dit les valeurs. J’ai quitté l’école à quatorze ans, mon instituteur, en m’ouvrant sa bibliothèque, m’inculqua la passion des mots.
Je m’efforce de la faire partager, par ma poésie et mes contes, dans les écoles, bibliothèques, lieux de spectacles, prisons, salons …
J’écris pour faire trace et participer, pour une infime mesure, à la grande ébullition des idées humaines. Je tente de découvrir comment fonctionne ce monde étrange. Je me fie au comportement de mes semblables, plus qu’à leurs croyances. La poésie est une nécessité. Elle intègre à l’existant, à l’existence. C’est le média qui exacerbe l’être au plus vif. Les mots s’y arrangent, comme s’appareillent les pierres d’un monument, pour au-delà de leur beauté, suggérer à coup sûr, le sens. La poésie n’est telle, qu’à son écoute. J’apprécie le privilège, que mes mots soient lus, et dits.
Mes choix : Un éventaire de préoccupations. Des thèmes qui me hantent. Une déclinaison de tonalités de mots à dire absolument. Ces mots-là pour signifier un parcours.
L’inspiration : En marchant. Le mouvement stimule le bouillonnement interne. C’est le sang qui s’exprime et cherche une issue par les mots. Lever le nez et boire le spectacle de la vie. Dans ma poche, du papier et un stylo. Toujours.
L’importance des mots : C’est la monnaie d’échange des vraies richesses. Tout passe par le mot. La beauté, l’amour, la haine, la lutte, le renoncement, le don … tout. Les mots ne coûtent que la peine de les choisir.
Chercher dans le quotidien, le sens. L’essentiel. Ce qui perdure et peut ouvrir la petite fenêtre du vent, celle par où passera la lueur d’espoir.
Le message à passer : Vivre. Regarder résolument les autres. S’emparer de ce qui révolte et fortifie. Trouver son utilité. Reprendre les mots, autant qu’il le faut pour qu’ils incrustent une trace lisible.
Un regret : Ne plus avoir autant de temps, pour écrire, que j’en ai eu pour mûrir.
Le mot clef : Pourquoi ? Le mot toujours en suspens dans l’infini, irrésolu, qui motive l’enfant, comme le vieillard. Le seul mot qui vaille, tant qu’un esprit pourra le concevoir.

Membre de Regard Parole, lien www.regardparole.com

http://www.mario.urbanet.sitew.com
Bibliographie

Poésie
– Mur de Sable (brûlures d’Algérie), Le Temps des Cerises, 2005
– Lieux communs où l'on patiente, éditions Le Serpolet, 2009
– La douleur des arbres, L'Amandier, novembre 2009
poèmes sur des photographies de Patrice Leterrier
– Indéfinitif Présent, La lune bleue
– Poèmes sur leur Trente-et-un et plus, éditions Henry
– Impressions suite poétique pour expositions, Le Serpolet
– Indéfinitif Préssent illustré par Alexandrinr Lang, La lune bleue, 2011
– Corps Emprunts et empreintes, vidéo de Alain Rico
– Incisif Instinct, Exposition Maison de la Poésie SQY
– Impressions, suite poétique au fil d’expositions, éditions du Serpolet, 2012.
– Exploir sur une gravure de Giai Miniet, éd. Le nain qui tousse

Poèmes publiés dans des ouvrages collectifs
– Ailleurs ( anthologie ), Printemps de Durcet
– Carré comme une roue de vélo, Touch’d’Auge et l’épi de seigle
– La Poésie est dans La Rue, Le Temps des Cerises
– Et si le Rouge n’existait pas, éditions Le temps des cerises
– Haïti Haïcris, Corps Puce
– Anthologie pour Haïti, éditions Desnel
– Nous la multitrude, Le Temps des cerises
– Les poètes en Val d’Hiver, éd. Corps Puce
– Passerelles poétiques, éd. Corps puce

– Des poètes dans la nature (collectif ), l’Amandier
– Dans le ventre des femmes (collectif), édit. BSC publishing
– Le Chasseur Abstrait, Florilège 2012

Poèmes publiés en revues
Aujourd’hui Poèmes, présentés par Charles Dobzinski
Ecrit(s) du Nord, présentés par Jean Le Boël
Incertain Regard, présenté par Hervé Martin
Ici et Là, présenté par Jacques Fournier
Les Carnets d’Eucharis, présenté par Nathalie Riera
CAIRNS, présenté par Patrick Joquel
MOUVANCE ( Québec ), présenté par Claudine Bertrand
Art du Nu Today 2, Editions Patou Comme en Poésie N°45
Revue de l’APAC
Florilège de l’APAS-BTP
Revue Ecrit(s) du nord, triptyque “ Couleurs noires”, 2008
Revue Traccie ( Italie), six poèmes traduits en italien, 2009
CD Rom 100 poètes, présenté par M.H. Audier, 2012
Un territoire vu du Ciel, commande de la Maison de la Poésie de St Quentin en Yvelines
Corps Emprunts et Empreintes, poèmes écrits sur l’exposition Hervé Petit Gérard Bigniolais
Publication orale pour la vidéo réalisée par Alain Rico

Livres de contes
– Sagesses et malices de Hitar Pétar, Albin Michel, 2005
– Borko et autres contes bulgares, L’Harmattan, 2006
– La Maison des amis chanteurs, L’Harmattan, 2006
– Petits Contes Insolents, Milan, 2006
– Petits Contes pour Grandir, Glénat, 2007
– Petits Contes pour Rire, Glénat, 2007
– Petits Contes pour s’Aimer, Glénat, 2008
– Petites Fables Inoubliables, Glénat, 2008 (sélectionné par le Prix des Incorruptibles 2009)
– Petits contes pour rêver, Glénat, 2009
– Petits contes pour faire la fête, Glénat, 2009
– Contes d'Italie, Milan, septembre 2009
– Petits contes pour voyager, Glénat, 2010
– Petits contes dans le vent, Glénat, 2010
– Contes et merveilles du printemps, Glénat, 2010
– Contes et merveilles de Noël, Glénat, 2010
– Contes et merveilles du printemps, Glénat, 2011
– Qui dit noir dit blanc, Glénat, 2011
– Il sera une fois ! …, Le serpolet, 2012
– La vie privée des Anges (mars 2013 ), Glénat, 2013

Contes publiés en Revues
– Aïe !AÎ ! Ouille !, Moi je lis Milan
– Qui est le plus fort, Moi je lis Milan

Extraits

Poèmenade en France en décembre à un homme mort de froid en ce troisième millénaire

dispersion ordinaire

il chercha refuge dans notre ville
astre des rues aux souvenirs fragiles
il usa la paume de ses mains
en caresses faites aux chiens


ses doigts il les offrit épars
aux six cordes de sa guitare
ses yeux brûlèrent d’amertume
aux vents au froid aux brumes


il oublia ses pieds une nuit noire
sur les sentes étroites de l’espoir
son sexe se perdit corps et âme
au creux des lits de femmes


il épuisa sa langue en mots choisis
pour vêtir le quotidien de poésie
son cœur s’est rétréci
à chaque départ d’un ami


un matin gela le reste de sa chair
à déraison sacrifice très ordinaire
ainsi disparut infinitésimale scorie
un acteur du terrifiant théâtre de la vie

Ma bibliothèque

Francis Ponge, Louis Aragon, Aimé Césaire, Pier Paolo Pasolini, Jacques Roubaud, Nazim Hikmet, Pablo Neruda, Roberto Juaroz, Guillaume Apollinaire, La Fontaine et Florian
Je lis le maximum de poètes contemporains en revues’ et des contes de toutes origines.

Outre les dictionnaires, je picore à loisir
Le théâtre de Molière et de Goldoni, Leçons Américaines de Calvino
Lector ion fabula de Umberto Eco, Poétique d’Aristote, Exercices de Style de Queneau, Grammaire de l’imagination de Rodari

Ceux qui ont formé mon enfance et ma jeunesse d’ouvrier du bâtiment :
Jules Vernes, London, puis Hugo, Dumas, Zola, Martin du Gard, Romain Rolland, Giono, Marguerite Audoux, Gogol, Dostoïevski, Tolstoï.
Et encore Homère, Bernard Clavel, Jorge Amado, Gabriel Garcia Marques, Brecht, Faulkner, Proust.
Plus tard, Irving, Updike, Paasilinna, Jeanne Benameur, Olivier Adam, Claudie Gallay, pour m’en tenir aux plus marquants.

Lieu de vie

Ile-de-France, 78 - Yvelines

Types d'interventions
  • Ateliers en milieu scolaire
  • Rencontres et lectures publiques
  • Ateliers en milieu universitaire
  • Rencontres en milieu universitaire
  • Ateliers / rencontres autres publics
  • Résidences
  • Rencontres en milieu scolaire