Contenu | Navigation | Politique d'accessibilité | Crédits Lettre internet

Résidences

Villa Marguerite Yourcenar. Centre de résidence d'écrivains européens

photo Villa Marguerite Yourcenar. Centre de résidence d'écrivains européens

Photo : Photothèque Conseil général du Nord

Identité et historique

Villa Marguerite Yourcenar. Centre de résidence d'écrivains européens
Nord
France
https://lenord.fr/villayourcenar

Historique et missions Située au cœur des Monts de Flandre, à la frontière avec la Belgique et à 40 km de Lille, la Villa Marguerite Yourcenar, Centre de résidence d'écrivains européens géré par le Conseil départemental du Nord, accueille chaque année, durant un à deux mois, des écrivains venus du monde entier pour y poursuivre ou y achever un manuscrit sur le site exceptionnel et verdoyant de l’ancienne propriété familiale de Marguerite Yourcenar (1903-1987) désormais classé Espace naturel sensible.
Peuvent poser leur candidature les auteurs ayant publié au moins un livre chez un éditeur professionnel. Tous les genres littéraires (roman, nouvelles, poésie, théâtre, essai, roman graphique, littérature jeunesse à partir de 12 ans, scénario, traduction d'œuvres littéraires) sont acceptés. Les candidats sont sélectionnés par un jury indépendant constitué de spécialistes et de personnalités issus du monde littéraire européen.

 

Manifestation littéraire La Villa Marguerite Yourcenar organise chaque année Les Saisons de la Villa.

Structure organisatrice Conseil départemental du Nord

Statut Collectivité territoriale

Année de création 1997

> Haut de page

Contact

Responsable Mme Marianne Petit, Responsable

Contact Mme Françoise Bultez, Médiatrice culturelle

Adresse 2266, route du Parc
59270 Saint-Jans-Cappel
France

Tel 03 59 73 48 90 / Fax 03 59 73 48 95

Mel villayourcenar@lenord.fr ; francoise.bultez@lenord.fr

Site ou page internet https://lenord.fr/villayourcenar

> Haut de page

Conditions

Durée du séjour Un à deux mois.

Sessions annuelles De mars à juillet et de septembre à novembre.

Date limite de dépôt de dossier Mi-février

Nombre de bénéficiaires Quinze à vingt auteurs (trois écrivains peuvent être accueillis simultanément).

Genres littéraires Tous les genres littéraires sont acceptés (roman, nouvelles, poésie, théâtre, essais, roman graphique, littérature jeunesse à partir de 12 ans, scenario, traduction d’œuvres littéraires, tandem auteur/traducteur…).

Conditions d'accès Peuvent poser leur candidature les auteurs ayant publié au moins un livre chez un éditeur professionnel. Les publications à compte d’auteur ainsi que les ouvrages collectifs, ceux concernant la recherche universitaire (thèses, travaux scientifiques...), les manuels scolaires et autres ouvrages didactiques ne relevant pas de la création littéraire et tout ouvrage purement iconographique sont exclus. 
Les écrivains proposent deux périodes préférentielles pour leur séjour. L'équipe de la Villa Marguerite Yourcenar en tiendra compte pour l'établissement du planning de résidence (mars à juillet et septembre à novembre).
Cf. le dossier de candidature et le formulaire d'inscription.
Les dossiers de candidature sont évalués annuellement, en juin, par un jury indépendant de spécialistes et personnalités littéraires européens. 

Allocation Les écrivains résidents perçoivent une bourse d'environ 2000 euros par mois de présence effective. Cette bourse de résidence est versée par virement administratif, au plus tard 60 jours après le début du séjour.

Participation financière Un forfait de 300 euros est ajouté au montant de la bourse, pour la prise en charge des frais de déplacement. La Villa Marguerite Yourcenar offre aux écrivains résidents le logement et les repas du soir, sauf weekends et jours fériés.

Rencontres / Production L’auteur en résidence s’engage à respecter les principes suivants : - Consacrer son séjour à son travail littéraire ; - Lors de la publication, faire figurer sur l’ouvrage sur lequel il aura travaillé pendant la résidence : « L’auteur a bénéficié pour la rédaction de ce livre, d’une résidence d’écriture à la Villa Marguerite Yourcenar, Département du Nord » et en adressera deux exemplaires à la Villa Marguerite Yourcenar ; - S’engager à participer à trois rencontres minimum lors des événements littéraires organisés par la Villa Marguerite Yourcenar ou en direction de l’Education Nationale ou dans le cadre d’autres partenariats ; - Accepter de rencontrer la presse ; - Accepter que les informations professionnelles le concernant et les photographies prises lors de la résidence soient mises en ligne sur le site internet du département du Nord et dans les différents documents de communication de la Villa.

> Haut de page

Sessions en cours ou à venir

1er - 29 septembre 2020
Bénéficiaires Patrice Pluyette

Informations complémentaires Né en 1977 à Chevreuse dans les Yvelines, Patrice Pluyette a grandi en région parisienne. En 2004, il choisit de s’établir au bord de la mer, dans le Morbihan. Après un recueil de poèmes en 2001 et deux récits très remarqués publiés chez Maurice Nadeau (Les béquilles en 2004 et Un vigile en 2005), il est accueilli aux éditions du Seuil dans la collection « Fiction et Cie ». Suivront cinq romans, certains primés (prix Pierre Mac Orlan et prix Amerigo Vespucci pour La traversée du Mozambique par temps calme), d’autres sélectionnés pour des prix (Goncourt, Médicis, RTL/Lire…). Tous ont la particularité de revisiter un genre littéraire (aventure, érotique, policier, initiatique). En 2010-2011, il fut lauréat de la Villa Médicis à Rome. Durant l’année 2017, il a été admis en résidence d’écriture au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris.
Derniers titres parus : La vallée des Dix Mille Fumées, Seuil, 2018 ; La fourmi assassine, Seuil, 2015 ; Un été sur le Magnifique, Seuil, 2011



1er - 29 septembre 2020
Bénéficiaires Franck Thomas

Informations complémentaires Franck Thomas s’est formé en psychologie et aux beaux-arts. Il a créé une compagnie  de théâtre et une revue littéraire. Il a été peintre et graphiste. Il a aussi tenu une cave à vins, vendu des crédits, inspecté des robinets de gaz et livré du courrier. Performeur, comédien à l’occasion, il écrit du théâtre, des sketchs, des nouvelles, des romans, de la fiction, des documentaires, de la réalité virtuelle… bref, des histoires. Il aime aussi accompagner d’autres auteurs dans l’accomplissement de leurs projets, tout en écrivant ponctuellement des biographies élogieuses de lui-même pour les brochures de présentation de résidences d’écrivains.
Derniers titres parus :
Romans : L’amour à la page, Aux forges de Vulcain, janvier 2020 ; La fin du monde est plus compliquée que prévu, Aux forges de Vulcain, mai 2018 ;
Documentaire : Les petits secrets des grands tableaux, saison 5, Arte Éditions, 2019.



1er - 29 septembre 2020
Bénéficiaires Benedek Tótth (Hongrie)

Informations complémentaires Benedek Tótth est né en 1977 dans le sud de la Hongrie. Il vit actuellement à Budapest où, en plus de se consacrer à sa création, il donne des cours d’écriture créative. Il est entré en littérature par la traduction de plus de cinquante romans, pièces de théâtre et romans graphiques anglais et américains (Bret Easton Ellis, Cormac McCarthy, Aldous Huxley, Hunter S. Thompson). Son premier roman, paru en 2014 à Budapest aux éditions Magvető, est couronné par le prix Margó 2015 du premier roman. Sa traduction française est parue en 2017 aux éditions Actes Sud sous le titre Comme des rats morts. Son deuxième roman, encore traduit pour Actes Sud, est paru en 2019 sous le titre La guerre après la dernière guerre. Un nouveau
roman est en cours d’écriture ainsi qu’une pièce de théâtre intitulée Bouledogue.



1er - 29 octobre 2020
Bénéficiaires Alain Jaspard

Informations complémentaires Après avoir adapté pour la télévision Pierre Gripari, Marcel Aymé, Mark Twain ou encore les inénarrables Tom-Tom et Nana, Alain Jaspard, réalisateur et scénariste depuis toujours, s’est attelé durant deux ans à l’écriture d’un premier roman publié chez Héloïse d’Ormesson, Pleurer des rivières, dans un style très cinéma, très Audiard, et pour cause. Entre humour et
émotion, ce livre a reçu un chaleureux accueil, de la critique comme des lecteurs. Il a été lauréat de quatre prix littéraires, dont le prestigieux prix du premier roman de la Société des Gens de Lettres, et est en cours d’adaptation pour le cinéma par la société de production Épithète.



1er - 29 octobre 2020
Bénéficiaires Dominique Brisson

Informations complémentaires De formation littéraire, captivée depuis toujours par la relation à l’autre et les surprises de l’âme humaine, Dominique Brisson s’est tournée, progressivement mais résolument, vers l’écriture personnelle. D’abord journaliste, directrice éditoriale et conceptrice d’ouvrages (Textuel, Seuil) et de cédéroms patrimoniaux ou artistiques, dont les célèbres et  internationalement multiprimés Louvre, peintures et palais et Orsay, visite virtuelle (Arte, Pathé, Réunion des musées nationaux), elle a glissé vers le romanesque. Sous sa plume légère et grave, son sens de la fiction transcende les réalités, son imagination accompagne la réflexion, la singularité de ses personnages dit un certain rapport au monde. Parallèlement, à travers son travail d’éditrice (elle a créé les éditions Cours toujours en 2012), elle s’intéresse à notre lien à la culture, au patrimoine sous toutes ses formes, à la force de la mémoire et de la
transmission, à la résilience du monde.
Derniers titres parus : Les yeux d’Aireine, Syros, 2019 ; Nouvelle : Toi, mon chat, avec Pascale de Berre, Cours toujours, 2019.



1er - 29 octobre 2020
Bénéficiaires Francis Tabouret

Informations complémentaires Francis Tabouret est né dans le Vaucluse en 1980. Les différents métiers qu’il a exercés (régisseur dans le spectacle équestre, chauffeur, convoyeur et soigneur d’animaux…) ont en commun le déplacement et les voyages, qui l’ont amené, autour de la trentaine, à l’écriture. Ses premiers textes ont été publiés dans les revues Le Tigre, Papier Machine, La moitié du fourbi. De son activité de convoyeur d’animaux, il a tiré Traversée, publié aux éditions P.O.L en 2018 (prix Senghor, Mac Orlan et Mémoires de la mer). Le texte est autant le récit d’un voyage et du travail de convoyeur d’animaux – huit chevaux, huit taureaux et quinze moutons embarqués à travers l’Atlantique sur un porte-conteneurs, du Havre aux Antilles – qu’une méditation poétique sur le temps et l’espace. Le relevé, méticuleux, de ce qu’il y a autour de soi comme de ce qu’il y a en soi, au fil de jours de large et d’océan.
Derniers titres parues : Traversée, P.O.L, 2018 ; Suburban Wonder, Readux Books, 2015.



2 - 30 novmbre 2020
Bénéficiaires Jean-Baptiste Cabaud

Informations complémentaires Depuis un premier album jeunesse remarqué et traduit en plusieurs langues, Le petit inconnu au ballon (Le Baron perché, 2007), Jean-Baptiste Cabaud explore les liens qui unissent poésie et récit. Son travail artistique (livre, scène, dessin) s’articule autour des territoires et espaces isolés, des utopies techno-scientifiques, des irruptions de l’imaginaire à travers les failles du réel. Il donne régulièrement des lectures et crée des performances musicales à partir de ses textes, en France et à l’étranger. Son travail graphique, dessins et textes combinés, a été montré en expositions personnelles en France et en Lituanie. Il a traduit de la poésie tchèque et lituanienne.
Derniers titres parus :
Poésie : La folie d’Alekseyev, Dernier Télégramme, 2017 (finaliste du prix Jean Follain de la prose poétique 2018) ; Nouveau Noum [Saint Octobre], La passe du vent, 2016 ;
Traduction : Europ’oètes, 5 voix de la poésie européenne, Éditions Bruno Doucey, 2016 Traduction du lituanien avec Ainis Selena.



2 - 30 novembre 2020
Bénéficiaires Eduardo Berti (Italie/Argentine)

Informations complémentaires Né en Argentine mais établi en France depuis presque vingt ans, Eduardo Berti est l’auteur de plusieurs romans et recueils de nouvelles. Il est traduit en huit langues, notamment en langue française pour presque toute son œuvre : La Vie impossible (prix Libralire 2003), L’Inoubliable, Le Désordre électrique, Madame Wakefield (finaliste du prix Fémina), Tous les Funes (finaliste du prix Herralde 2004), L’Ombre du boxeur ou Le Pays imaginé (prix Emecé 2011 et prix Casa de las Américas 2012). Ses livres ont été publiés, principalement, aux
éditions Actes Sud et traduits de l’espagnol par Jean-Marie Saint-Lu. Une présence, son premier roman écrit en français, est paru chez Flammarion. Eduardo Berti est membre de l’Oulipo depuis 2014 et travaille aussi comme traducteur littéraire.
Derniers titres parus : Un père étranger, 2020 ; Inventaire d’inventions (inventées) – Bref catalogue d’inventions imaginaires, La Contre Allée, 2017 ; Une présence idéale, Flammarion, 2017.



2 - 30 novembre 2020
Bénéficiaires Anne-Sophie Subilia (Suisse/Belgique)

Informations complémentaires D’origine belgo-suisse, Anne-Sophie Subilia vit à Lausanne. Elle a étudié la littérature française et l’histoire à l’Université de Genève. Elle est diplômée en création littéraire de la Haute école des arts de Berne et anime des ateliers d’écriture autour de la question du corps et du lieu. Entre poésie et fiction, son écriture se nourrit de voyages, de paysages et de lieux composites, où viennent s’incarner des individus parfois désorientés. Révéler la profondeur de l’ordinaire constitue un pan important de sa recherche. Sa pratique d’écriture sur
carnet à la manière du croquis s’ensuit d’un travail dans l’espace-langue, perméable à l’imaginaire. Occasionnellement, elle écrit pour des ouvrages collectifs et des revues, pour la radio ou pour la scène avec Hyperborée, inspiré d’une navigation le long des côtes groenlandaises.
Derniers titres parus : Neiges intérieures, Zoé, janvier 2020 ; Les hôtes, Paulette éditrice, 2018 ; Parti voir les bêtes, Zoé, 2016 et Arthaud (en Poche), 2018 ; Qui-vive, Paulette éditrice, 2016.



Mars - Novembre 2021

Informations complémentaires Sélection en cours.



> Haut de page

Historique des sessions

10 - 28 août 2020
Bénéficiaires Katharina Stalder (Suisse)

Informations complémentaires Katharina Stalder est née en Suisse alémanique. Elle est traductrice, metteuse en scène, doctorante en arts du spectacle et enseignante de théâtre. Elle vit aujourd’hui à Toulouse où elle enseigne au Conservatoire de théâtre et à l’Université Jean-Jaurès. Sa pratique de la traduction est un prolongement de son travail de metteuse en scène. En tant que Suissesse vivant et travaillant en France, elle a choisi sa langue de travail et du quotidien, le français, comme languecible de traduction. Elle a traduit des pièces de Soeren Voima, Andreas Liebmann, Philipp Weiss, Klaus Mann, Christina Kettering, Maxi Obexer et Magdalena Schrefel. En 2015, elle a obtenu le prix de la traduction des Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre pour Un beau lièvre est le plus souvent l’Unisollitaire de Philipp Weiss.
Derniers titres parus : Le repli du paysage, de Magdalena Schrefel, Espaces 34, 2019 ; Dossier Enseigner la mise en scène, dans Théâtre/Public, n° 230, octobre 2018, éditions Théâtrales ; Anja et Esther de Klaus Mann, dans Le drame en révolution. Écritures théâtrales allemandes 1907-1937, éditions Théâtrales, 2017.



10 - 28 août 2020
Bénéficiaires Justine Arnal

Informations complémentaires Justine Arnal est née en 1990 à Metz. Après un master en lettres modernes et en édition, elle est diplômée de l’UFR d’études psychanalytiques de Paris 7. Elle exerce actuellement en tant que psychologue clinicienne à Paris. Elle a publié deux livres aux éditions du Chemin de fer en 2018 et 2019 : un premier récit proche de la forme du conte, Les corps ravis (illustré par Lola B. Deswarte), et un roman, Finir l’autre (illustré par Anya Belyat Giunta). Elle s’intéresse particulièrement aux croisements et frictions entre littérature et psychanalyse. Une question est au cœur de son travail : par quelles langues et quels corps sommes-nous habités ?



10 - 28 août 2020
Bénéficiaires Anne Delaflotte Mehdevifrance

Informations complémentaires Née en France, en milieu rural. Après des études de droit international à Paris, elle s’installe à Prague en 1993 avec son mari, américain, qui y ouvre une librairie internationale. À Prague, elle apprend le métier de relieur et commence à écrire. La relieuse du gué sera son premier roman, publié chez Gaïa en 2008. Six autres ouvrages ont suivi depuis, traduits en plusieurs langues. Les thèmes qu’elle veut préciser, explorer sont ceux qui relient les humains entre eux, qui leur permettent de « tenir », occuper le temps, l’espace, le geste du paysan, de l’artisan, le geste musical, l’histoire, la grande et la petite.
Derniers titres parus : Sanderling, Gaïa, 2018 ; Le théâtre de Slavek, Gaïa, 2018 ; Le portefeuille rouge, Actes Sud, 2017.



1er - 30 juillet 2020
Bénéficiaires Julia Wolf (auteure, Allemagne), Sarah Raquillet (traductrice)

Informations complémentaires C’est à Berlin que Julia Wolf (auteure) et Sarah Raquillet (traductrice) se rencontrent en 2014, alors que le premier roman de l’une est prêt à paraître et que l’autre se tourne vers la traduction littéraire. Julia née à Groß-Gerau vit désormais à Leipzig, Sarah née à Paris vit désormais à Berlin. L’une est réalisatrice de pièces radiophoniques et l’autre danseuse. Elles se découvrent très vite des positions communes quant à l’implication du corps dans les processus d’écriture et de traduction. Leur résidence commune sera le lieu d’un laboratoire où le travail de traduction viendra alimenter celui de l’écriture même, puisqu’elles s’attelleront à un texte non encore paru en allemand (Alte Mädchen) et qui viendra clore la trilogie amorcée avec les deux titres précédents.
Derniers titres parus de Julia Wolf : Dickicht, nouvelle, dans l’anthologie Sagte sie. 17 Geschichten über Sex und Macht, Hanser Berlin, 2018 ; Walter Nowak bleibt liegen,  Frankfurter Verlagsanstalt, 2017 (prix 3sat des Journées de la littérature de langue allemande 2016, nominé pour le prix du Livre allemand 2017).
Dernières traductions parues de Sarah Raquillet : Julia Wolf, Walter Nowak à terre, Le Castor Astral, 2020 ; Julia Wolf, Tout est maintenant, Le Castor Astral, 2019 ; Hartmut Rosa,
Résonance. Une sociologie de la relation au monde, La Découverte, 2018.



1er - 30 juillet 2020
Bénéficiaires Elitza Gueorguieva (Bulgarie)

Informations complémentaires Elitza Gueorguieva est cinéaste, performeuse et écrivaine. Née à Sofia, elle vit et travaille depuis quinze ans à Paris. Son premier roman Les cosmonautes ne font que passer (prix SGDL André Dubreuil du premier roman) est paru chez Gallimard, collection « Verticales » (2016). Elle a réalisé plusieurs courts-métrages de fiction et documentaires de création, dont Chaque mur est une porte en janvier 2017 (deux mentions spéciales au Cinéma du réel à Paris, prix des Jeunes aux Escales Documentaires à La Rochelle, prix spécial de Transcinema au Pérou, etc.). Elle réalise régulièrement des performances textes/vidéos. Dans son travail traversé par une dimension à la fois burlesque et mélancolique, elle cherche des formes atypiques et explore les liens entre le réel et le fantasque, entre le politique et l’intime, entre l’autofictif et la mémoire collective.



1er - 30 juillet 2020
Bénéficiaires Jakuta Alikavazovic

Informations complémentaires Jakuta Alikavazovic est l’auteure de plusieurs romans, dont Corps volatils (Goncourt du premier roman 2008) et L’avancée de la nuit (2017) qui a figuré sur les listes des prix Fémina et Médicis et est en cours de traduction dans plusieurs pays. En 2013-2104, elle a été pensionnaire de la Villa Médicis à Rome. Contributrice régulière à Libération, elle interroge les émotions passées et celles à venir dans un monde en constante mutation politique, technologique et climatique. Ces questionnements irriguent le roman auquel elle travaille actuellement.
Derniers titres parus : L’avancée de la nuit, Points, 2018 ; La blonde et le bunker, Points, 2013 ; Le Londres-Louxor, Points, 2012



3 - 29 juin 2020
Bénéficiaires Anne Simon

Informations complémentaires Anne Simon est née en 1980 dans les Deux-Sèvres. Elle vit et travaille aujourd’hui à Paris. Elle est auteure et illustratrice. Après des études à l’École européenne supérieure de l’image d’Angoulême, puis à l’EnsAD de Paris, elle reçoit en 2004 le prix Jeune Talent au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême et publie son premier livre Perséphone aux Enfers en 2006. Depuis une dizaine d’années, elle est l’auteure aux éditions Misma des Contes du Marylène, un ensemble de romans graphiques qui retracent les dérives d’un pays imaginaire en proie à la folie de ses dirigeants. Elle a également signé plusieurs biographies dessinées en collaboration avec Corinne Maier : Freud, Marx et Einstein, puis L’homme à la fourrure avec Catherine Sauvat, d’après la vie de Leopold von Sacher-Masoch.
Derniers titres parus : L’homme à la fourrure, Dargaud, 2019 ; Boris l’enfant patate, Misma, 2018.



3 - 29 juin 2020
Bénéficiaires Florentine Rey

Informations complémentaires Née à Saint-Étienne en 1975, Florentine Rey est poète et performeuse. Ses textes font la part belle à l’imaginaire, à la nature, à la fantaisie, au féminin... Elle a choisi depuis plusieurs années de vivre au plus près d’une liberté têtue et nomade, cherchant à agrandir l’espace en soi qui permet la pensée et la création. Elle a publié deux romans, un roman graphique (prix Olympe de Gouges 2010), et s’intéresse aujourd’hui à l’écriture poétique. La forme fragmentaire lui permet « d’aller à l’essentiel avec un maximum de liberté » et de donner du relief à la vie quotidienne pour « laver l’habitude de vivre ».
Derniers titres parus : Le bûcher sera doux, La rumeur libre, 2019 ; Dé-camper, Gros Textes, 2018 ; Je danse encore après minuit, Gros Textes, 2017.



3 - 29 juin 2020
Bénéficiaires Nathalie Yot

Informations complémentaires Nathalie Yot est née à Strasbourg et vit à Montpellier. Diplômée de l’École d’architecture en 1992, elle préfère se consacrer à la musique puis à l’écriture poétique sous le nom de Natyot. Artiste pluridisciplinaire, passionnée des mots, de musique et d’art, Nathalie Yot a un parcours hétéroclite à l’image de son écriture. Elle se tourne également vers des projets théâtraux, anime des ateliers d’écriture, est invitée à dire ses textes dans divers festivals. Ces lectures sont des performances, accompagnées de musiciens, danseurs ou encore plasticiens. Elle inclut parfois des vidéos ou dessine en live. Elle a aussi une chaîne YouTube où elle dépose des pastilles visuelles, ainsi qu’un duo d’électro-poésie Natyotcassan.
Elle a obtenu une bourse de la Région Occitanie pour son premier roman, Le Nord du monde (éditions La Contre Allée), road trip où son écriture poétique reste très présente.
Derniers titres parus : Poésie : L’Amour. Bouquet final, La Boucherie littéraire, 2019 ; Je suis d’accord, Plaine Page, 2017 ; Je n’ai jamais été mais il est encore temps, Gros Textes, 2016 ; Hotdog, Le Pédalo Ivre, 2016 ;  Roman : Le Nord du monde, roman, La Contre Allée, 2018 (prix Zonta Olympe de Gouges / prix Condrieu).



4 - 29 mai 2020
Bénéficiaires Jean-Marc Turine (Belgique)

Informations complémentaires Jean-Marc Turine a travaillé comme producteur à France Culture de 1993 à 2002. Il est aussi réalisateur de films : Les Enfants, coréalisé avec Marguerite Duras et Jean Mascolo (1984), Monsieur S. et Madame V. (1987), coréalisé avec Violaine de Villers, témoignage de deux rescapés des camps nazis, Liên de Mê Linh (2014), sur et avec des victimes de l’agent orange au Viêt Nam, ou encore La solitude Anjouan (2019) qui revient sur le différend opposant les Comores à la France au sujet de l’île comorienne de Mayotte. Il a publié trois romans dont La Théo des fleuves (2017), prix des Cinq Continents de la Francophonie (2018). Volontiers porte-parole de ceux qui ne la prennent pas ou qui n’en ont pas la capacité, il a consacré un livre à la situation des Tsiganes en Europe, Le crime d’être roms (2005), et un livre en hommage à Marguerite Duras, 5, rue Saint-Benoît, 3e étage gauche. Marguerite Duras (2006). Résidence reportée en 2021.



4 - 29 mai 2020
Bénéficiaires Maria Poblete

Informations complémentaires Maria Poblete est née au Chili. Elle a vécu à Lyon où elle et sa famille ont trouvé refuge, fuyant la dictature militaire du général Pinochet. Elle vit aujourd’hui à Paris. Après des études de sociologie-ethnologie et de journalisme, elle a exercé comme journaliste pendant vingt-cinq ans, en Amérique latine et en France. Elle se consacre désormais pleinement à l’écriture. Elle a publié une quinzaine d’ouvrages : romans, essais, nouvelles et biographies ou récits, notamment pour la jeunesse. Dans ce genre, elle a signé quatre titres dans la célèbre collection « Ceux qui ont dit non » (Actes Sud junior), qui a reçu la mention spéciale « Livre jeunesse et droits de l’homme ». Spécialisée depuis vingt ans dans les sujets de société, elle collabore à diverses publications grand public, menant des dossiers et des grands reportages.
Derniers titres parus : Gustave Courbet. Non au conformisme (avec Bruno Doucey, Elsa Solal, Murielle Szac), coll. « Ceux qui ont dit non », Actes Sud junior, 2019 ; La dictature nous avait jetés là, Actes Sud junior, 2018 ; Célestin Freinet. Non à l’ennui à l’école, coll. « Ceux qui ont dit non », Actes Sud junior, 2018 ; Lucie Aubrac. Non au nazisme, Actes Sud junior, 2014. Résidence reportée en 2021.



4 - 29 mai 2020
Bénéficiaires Alexandre Lenot

Informations complémentaires Alexandre Lenot est né en 1976. Il vit à Paris. Son premier roman, Écorces vives, est paru aux éditions Actes Sud dans la collection « Actes Noirs » en octobre 2018. Il a reçu le prix Première / RTBF 2019 et a figuré dans les sélections des prix Vialatte et Roblès. Il fait se croiser au sein du Massif central les destins de cinq personnages en quête de renouveau et de réinvention. Inspiré du western et de ses codes, c’est un conte noir et une mélopée incantatoire, une fable et un long poème en prose.
Également scénariste et documentariste, Alexandre Lenot a travaillé au documentaire Saveur Bitume sur l’histoire du rap français, et à une adaptation de Sans famille d’Hector Malot par le metteur en scène Jonathan Capdevielle.
Derniers titres parus : Écorces vives, Actes Sud, octobre 2018 (prix Première de la RTBF 2019, sélection du prix Vialatte 2019, sélection du prix Roblès 2019, sélection du grand prix du Roman noir de Cognac 2019, sélection du prix Anguille sous roche 2019, sélection du prix Calibre 47) ; Saveur Bitume (réalisé par Adrien Pavillard, coécrit avec Adrien Pavillard et  Rocé, produit par Bridges). Résidence reportée en 2021.



1er avril - 29 avril 2020
Bénéficiaires Géraldine Barbe

Informations complémentaires Née à Montréal, Géraldine Barbe a été comédienne. Suite à l’incendie qui a ravagé son appartement en 2005 et mue par l’énergie que lui donne la naissance de son enfant en 2006, elle se lance dans l’écriture de son premier livre. Rater mieux est publié en 2008 dans une collection expérimentale des Éditions Léo Scheer. Aux Éditions du Rouergue, l'auteure publie plusieurs livres destinés aux enfants, qui tous évoquent les relations, réelles ou imaginaires, existant entre le monde des adultes et celui des enfants. La vie rêvée des grands fait partie depuis peu de la liste officielle de l’Éducation nationale.
Géraldine Barbe a longtemps multiplié ses activités et s’est faite traductrice, réviseuse, modèle nue, assistante d’avocat ou de chanteuse célèbre, professeure de français, assistante pédagogique, lectrice ou encore promeneuse de chien. Parfois, le CNL lui octroie des bourses lui permettant de se consacrer de plus belle à l’écriture.
Dernières publications : S.O.S. parents en panne, Rouergue, 2018 ; Tous les hommes chaussent du 44, La brune au Rouergue, 2017 ; Aimer Roger, Léo Scheer, 2017.
Résidence reportée en 2021



1er avril - 29 avril 2020
Bénéficiaires Laura Pariani

Informations complémentaires Née en Lombardie, Laura Pariani est diplômée d’histoire de la philosophie. Elle publie depuis 1993 des romans et recueils de nouvelles dans lesquels elle questionne les notions de marginalité et de métissage linguistique. Nourrie de la tradition orale paysanne, liée à l’Argentine terre d’émigration, elle réussit à unir particularismes régionaux et cosmopolitisme. Son œuvre, déjà importante, et l’originalité de sa démarche la placent parmi les écrivains de référence dans l’Italie d’aujourd’hui. Laura Pariani est aussi scénariste et traductrice.
Sa résidence à la Villa Marguerite Yourcenar lui donnera l’occasion d’explorer à nouveau l’univers féminin, à travers les figures mythologiques de Phèdre et Ariane.
Derniers titres parus (traducteur : Dominique Vittoz) « Domani è un altro giorno » disse Rossella O’Hara, Einaudi, 2017 ; Caddi e rimase la mia carne sola, Effigie, 2017. Résidence reportée en 2021.



1er avril - 29 avril 2020
Bénéficiaires Rosella Postorino

Informations complémentaires Rosella Postorino est née en 1978. Elle a passé son enfance en banlieue de Reggio di Calabria, dans le sud de l’Italie, et son adolescence dans le nord, sur la côte ligurienne. Elle vit aujourd’hui à Rome et y est éditrice dans la plus importante maison d’édition italienne, Einaudi. Son quatrième roman, La goûteuse d’Hitler, a reçu le prestigieux prix Campiello
2018 et plusieurs autres prix littéraires. Il est son premier roman traduit en français comme en vingt-sept autres langues. Rosella Postorino écrit pour plusieurs journaux et magazines italiens. Son œuvre analyse les zones grises, les rapports de pouvoir, la faute qui naît de la condition de victime, le corps humain comme frontière… Amoureuse de Marguerite Duras depuis l’adolescence, elle a traduit en italien Moderato cantabile et cinq autres de ses romans.
Derniers titres parus (traducteur : Dominique Vittoz) :  La goûteuse d’Hitler, Albin Michel, 2019 (prix Campiello, prix Rapallo, prix Vigevano Lucio Mastronardi, prix Pozzale Luigi
Russo, prix Wondy, prix Chianti) ; Le assaggiatrici, Feltrinelli, 2018. Résidence reportée en 2021.



2 mars - 30 mars 2020
Bénéficiaires Akli Tadjer

Informations complémentaires Akli Tadjer est né à Paris en 1954. Après avoir suivi les cours de l’école de journalisme de la rue du Louvre à Paris, il écrit en 1984 son premier roman, Les A.N.I du Tassili, inspiré d’un voyage en Algérie, dont il fera l’adaptation pour la télévision. D’autres romans suivront, comme Le porteur de cartable ou Il était une fois... peut-être pas, eux aussi adaptés pour la télévision. Ses livres ont souvent pour traits communs sa relation à l’Algérie et la France. Ils sont traduits dans plusieurs pays : Italie, Allemagne, Suède, Russie et ont reçu de nombreux prix littéraires. Akli Tadjer est aussi l’auteur de téléfilms, de séries télévisées et de pièces radiophoniques pour France Culture.
Dernières publications : Qui n’est pas raciste, ici ? JC Lattès, 2019 ; La vérité attendra l’aurore, JC Lattès, 2018.



2 mars - 30 mars 2020
Bénéficiaires Boris Bergmann

Informations complémentaires Boris Bergmann est né à Paris en 1992. À 15 ans, il publie son premier livre Viens là que je te tue ma belle (Scali), pour lequel il reçoit le prix de Flore du lycéen en 2007. L’œuvre est adaptée pour Arte par le réalisateur Jean-Stéphane Sauvaire avec, entre autres, Béatrice Dalle. Fort de ce premier succès, Boris Bergmann continue à écrire : un roman sur le mensonge (1000 mensonges, Denoël, 2010), un autre sur l’engagement (Déserteur, Calmann-Lévy, 2016), un, enfin, sur le désir (Nage libre, CalmannLévy, 2018). Fin 2018, il reçoit le prix littéraire de la Vocation et le prix Révélation de la Société des Gens de Lettres pour Nage libre. Cette même année, il est pensionnaire de la Villa Médicis ; il y travaille à son cinquième roman et à un premier recueil de poésies. Ses recherches récentes le portent vers la question des extrêmes : fanatisme et amour pur, révolution et rêves…



2 mars - 30 mars 2020
Bénéficiaires Jérôme Leroy

Informations complémentaires Jérôme Leroy vit à Lille. Il est né en 1964. Après plus de vingt ans dans l’enseignement du français dans différents collèges du Nord, il se consacre exclusivement à l’écriture depuis 2008. En trente ans, il a publié une trentaine de romans, nouvelles, recueils poétiques et textes pour la jeunesse. Il a reçu le prix Michel Lebrun pour Le Bloc (Série Noire) en 2012, le prix des lecteurs Quais du Polar/20 minutes pour L’Ange gardien (Série Noire) en 2015 et le prix Rive Gauche en 2017 pour Un peu tard dans la saison (La Table Ronde).
Pour la jeunesse, son roman Norlande (Syros) a été couronné par le prix Jean-Claude Izzo en 2014. Jérôme Leroy est contributeur aux pages livres de Causeur et chroniqueur politique de l’hebdomadaire Liberté Hebdo depuis 2008.
Dernières publications : Lou, après tout, Tome 1 : Le Grand Effondrement, Syros, mai 2019 ; Lou, après tout, Tome 2 : La Communauté, Syros, octobre 2019 ; Nager vers la Norvège, poésie, La Table Ronde, 2019.



> Haut de page

Informations pratiques

Hébergement De style néo-normand, la Villa Marguerite Yourcenar a été construite dans les années 1930. Elle peut accueillir simultanément trois écrivains en résidence individuelle. Elle comprend, au rez-de-chaussée, une cuisine, une bibliothèque-salle-à-manger, une grande salle réservée aux rencontres publiques et à l'étage, trois studios équipés d'une salle de bain, une salle informatique, un salon bibliothèque-télé-CD.

Equipements Ordinateur (accès internet), photocopieuse, bibliothèques, TV, lecteur CD, voiture, vélos, cuisine équipée, machine à laver…

* Apporter son ordinateur.

> Haut de page

Historique des bénéficiaires

2020
Jean-Marc Turine (Belgique), Elitza Gueorguieva (Bulgarie), Katharina Stalder (Suisse), Julia Wolf (auteure, Sarah Raquillet (traductrice), Jakuta Alikavazovic, Allemagne), Justine Arnal, Géraldine Barbe, Boris Bergmann, Alexandre Lenot, Jérôme Leroy, Anne Delaflotte Mehdevifrance, Laura Pariani, Maria Poblete, Rosella Postorino, Florentine Rey, Anne Simon, Akli Tadjer, Nathalie Yot

2019
Abdelaziz Baraka Sakin (Autriche), Stéphane Lambert (Belgique), Maya Ombasic (Canada), Laura Pariani (Italie), Gouzel Iakhina (Russie), Ella Balaert, Samantha Barendson, Anne Bourrel, Thomas Coppey, François-Henri Désérable, Carine Fernandez, Françoise Henry, Katrina Kalda, Celia Levi, Geneviève Parot, Luc Tartar, Laurence Vilaine

2018
Sara Rosenberg (Argentine), Vladimir Vertlib (Autriche), Emmanuelle Pirotte (Belgique), Kenan Görgün (Belgique/Turquie), Angel de la Calle (Espagne), Irina Teodorescu (France/Roumanie), Nina Kéhayan (France/Russie), Pierre Adrian, Alexandre Bergamini, Laurent Contamin, Louis-Philippe Dalembert, Anne Gorouben, Nicolas Idier, Anaïs Llobet, Antoine Mouton, Paola Pigani, Pierre Puchot, Sonia Ristic, Patrice Robin, Maxime Rovere, Lenka Hornakova-Civade (France/République Tchèque)

2017
Sidonia Bauer (Allemagne), Victor del Arbol (Espagne), Amanda Michalopoulou (Grèce), Jānis Jonevs (Lettonie), Lidia Jorge (Portugal), Saleh Diab (Syrie), Andreï Kourkov (Ukraine), Laure Anders, Violaine Bérot, Pierre Ducrozet, René Guitton, Gaspard-Marie Janvier, Denis Michelis

2016
Ricardo Romero (Argentine), Geneviève Damas (Belgique), Sanja Lovrencic (Croatie), Françoise Major (Québec/Mexique), Anneli Furmark (Suède), Franck Balandier, Miguel Bonnefoy, Veronika Boutinova, Roberto Ferrucci, Nadine Laporte, Karim Miské, Robert Rapilly, Marion Richez, Emmanuel Ruben, Nils Trede, Marie de Varney

2015
Julia Schoch (Allemagne), Ariel Dilon (Argentine), Karla Suarez (Cuba/Portugal), Núria Perpinyà (Espagne), Makenzy Orcel (Haïti), Eva Almassy (Hongrie/France), Karthika Naïr (Inde/France), Ales Steger (Slovénie), Mario Campana (Équateur/Espagne), Claire Audhuy, Dominique Bromberger, Richard Couaillet, Marie-Christine D’Welles, Philippe Fusaro, Lancelot Hamelin, Marc Molk

2014
Hernán Ronsino (Argentine), Guillermo Roz (Argentine/Espagne), Ara de Haro (Espagne), Bah Mamadou Malal (Guinée/Belgique), Amruta Patil (Inde), Yigit Bener (Turquie), Rafael Cadenas (Venezuela), Tuyêt-Nga Nguyên (Vietman/Belgique), Claudine Aubrun, Véronique Brindeau, Olivier Brunhes, David Homel (États-Unis/ Canada), Julia Deck, Kaoutar Harchi, Maria Poblete, Alice Zeniter

2013
Caroline Lamarche (Belgique), András Petöcz (Hongrie), Marlena Braester (Israël), Catherine Lovey (Suisse), Brian Chikwava (Zimbabwe/GrandeBretagne), Joël Baqué, Paule du Bouchet, Éric Chauvier, Frank Deroche, Pascale Fautrier, Olivier Germain-Thomas, Guillaume Jan, Nikola Madzirov (République de Macédoine), Alice Seelow, Malika Wagner

2012
Alain Bertrand (Belgique), Juan Antonio Gonzalez Iglesias (Espagne), Dimitris Nollas (Grèce), Jean-Lorin Sterian (Roumanie), Kjell Eriksson (Suède), Asli Erdoğan (Turquie), Françoise Arnault, Hervé Carn, Christophe Fourvel, Stéphanie Hochet, Emmanuel Jaffelin, Emanuelle Delle Piane (Italie / Suisse), Anne-Constance Vigier

2011
Arezki Mellal (Algérie), Rouja Lazarova (Bulgarie/France), Myriam Montoya (Colombie/France), Juhyun Choi (Corée-du-Sud/France), Kazimierz Brakoniecki (Pologne), Gabriela Adamesteanu (Roumanie), Patrick Ourednik (République-tchèque/France), Eddy L.Harris (États-Unis/France), Patrick Autréaux, Joël Bastard, Amina Danton, Olivier Grojnowski, Lorette Nobécourt, Marc Pautrel

2010
Maria Eugenia Almeida (Argentine), Merete Pryds Helle (Danemark), Jesus Ferrero (Espagne), Ersi Sotiropoulos (Grèce), Attila Bartis (Hongrie), Abdelmajid Benjelloun (Maroc), Lidia Amejko (Pologne), Draco Jancar (Slovénie), Gisèle Bienne, Denis Grozdanovitch, Bertrand Leclair, Diane Meur, Stéphane Michaka, Corinne Roche, Minna Sif, Béatrice Wilmos

2009
Noni Benegas (Espagne), Tobias Hill (GB), Gabor Csordas (Hongrie), Carmen Véronica Steiciuc (Roumanie), Alain Nadaud (Tunisie), Sema Kaygusuz (Turquie), Samira El Ayachi, Sylvie Deshors, Tanguy Dohollau, Daniel Grojnowski, Jérôme Leroy, Vivian Lofiego, Hervé Mestron, Sélim Nassib, Christiane Rolland Hasler

2008 Stéphane Audeguy, Frédéric Boudet, Jean-Moïse Braitberg, Didier Cornaille, Abha Dawesar, Philippe Denis, Christine Flament, Vanessa Gault, Philippe Lacoche, Michèle Lesbre, Antoine Piazza, Danièle Saint-Bois, Morgan Sportès, Agata Tuszinska, Bart Van Loo, Hyam Yared

2007 Frank Adam, Roberto Alajmo, Carlos Batista, Sabine Bouyala, John Burnside, Lambros Couloubaritsis, Christophe Etematzadeh, José Manuel Fajardo, Christian Ganachaud, Simonetta Greggio, Anne Sophie Jacouty, Dan Lungu, Timour Muhidine, Caroline Price, Foulek Ringelheim, Jean-Marc Turine, Lourdes Ventura

2005-2006 Dmitriev Andreï, Johnston Adrew, O'Faolain Nuala, Stefani Rémi, Salzman Eva, Snajder Slobodan, Bérès Stanislaw, Daoud Zakya, Volante Michela, Rosa Mendes Pedro, Jourde Pierre, Kanor Fabienne, Noiville Florence, Delecroix Vincent, Saïd, Suel Lucien, Ikonnikov Alexandre

2004-2005 Sébastien Ortiz, Virginie Reisz, John Retallack, Paul Nizon, Marc-Alfred Pellerin, Jean-Pierre Spilmont, Claudine Galea, Akli Tadjer, Fatou Diome, Alexandre Stamatis, Fouad Laroui, François Perche, Thorsten Becker, Soumya Ammar Kodja, Marie Le Drian

2003-2004 Eduardo Berti, Vincent Borel, Tereza Brdechova, Laszlo Darvasi, Manfred Flügge, Dorota Maslowska, Boris Pahor, Sandra Petrignani, Isabelle Rossignol, Mikhail Shishkin, Michèle Sigal, Luan Starova, Magdalena Tulli

2002-2003 Claude Duneton, Elsa Osorio, Martina Wachendorff, Antonio Soler, Jean-Paul Dekiss, Jacques Gélat, Patrice Delbourg, Florence Delaporte, Marie-Hélène Lafon, Elisabetta Rasy, Zafer Senocak, Marinella Carosso

2001-2002 Denitza Bantcheva, Nadine Ribault, Abdelkader Djemai, Nicolas Bokov, Parviz Khazrai Seguier, Lise Martin, Eric Laurrent, Eric Durnez, Anca Cristofovici, Alesandro Barbero, Luuk Gruwez, Colette Nys Masure, Hans Christoph Buch, Jean Rolin

2000-2001 Stefan Hertmans, Christophe Huysman, Philippe Beaussant, François Cheng, Juan de Luis, Mark Kharitonov, Jachym Topol, Ippolita Avalli, Sophie Kepes, Kader Abdollah, Sylvie Richter, Fatima Gallaire, Jacques Serena, Mona Thomas

1999-2000 Hélène Lenoir, Stefan Ludmilla Wieszner, Paul Emond, Pentti Holappa, Esther David, Jordan Plevnes, Michèle Lesbre, Nadine Diamant, Pascale Tison, Sylvie Doizelet, Sylvie Germain, Gisèle Pineau, Anouar Benmalek

1998-1999 Nedim Gursel, James Woodall, Olga Tokarczuk, Olivier Charneux, Anna-Maria Carpi, Fatos Kongoli, Marek Bienczyck, Eduardo Manet, Patrick Deville, Susan Wicks Collins, Nedim Gursel, Véra Feyder, Olivier Bleys, Charles Juliet

1997-1998 Annie Saumont, Ludmila Oulitskaja, Jean-Claude Pirotte, Nina Malinovski, Xavier Bazot, Dominique Noguez, Helena Sinervo, Philippe de La Genardière, Philippe Braz, Peter Lengyel

> Haut de page